Vidéo : Ces dauphins éjectent des poissons hors de l'eau pour les assommer et s'en nourrir

Sur une nouvelle vidéo, on peut apercevoir des grands dauphins en train de propulser des poissons dans les airs avant de les manger, et il ne s'agit que d'un de leurs nombreux tours pour s'alimenter.vendredi 8 novembre 2019

Les tursiops, que l'on voit ci-dessus au premier plan accompagné d'un dauphin tacheté de l'Atlantique (derrière), sont connus pour jeter les poissons dans les airs avant de les avaler.
Les tursiops, que l'on voit ci-dessus au premier plan accompagné d'un dauphin tacheté de l'Atlantique (derrière), sont connus pour jeter les poissons dans les airs avant de les avaler.
photographie de Brian J. Skerry, Nat Geo Image Collection

Pour capturer les poissons, les grands dauphins ont plus d'un tour dans leur sac. Ils peuvent les rassembler en remuant les sédiments du plancher océaniques, ce qui crée une sorte de filet de boue, ou les prendre en chasse vers le rivage, piéger leur proie et l'avaler avant de risquer de s'échouer eux-mêmes.

Ces cétacés également appelés grands dauphins, tursiops ou encore dauphins souffleurs disposent d'une tactique légèrement plus brutale : frapper le poisson avec leur nageoire caudale pour les faire s'envoler avant de nager vers le poisson assommé pour un encas facile.

Baptisée en anglais fish-whacking ou fish-kicking, cette technique que l'on pourrait qualifier de lancer de poissons a été observée chez plusieurs types de dauphins dans des régions aussi diverses que la Côte du Golfe ou la Nouvelle-Zélande, nous explique Stefanie Gazda, biologiste à l'université de Floride qui étudie ces animaux à Cedar Kay, au nord de la baie de Tampa.

Comme il le dit lui-même, Michael McCarthy est un amoureux des animaux et il observe les dauphins souffleurs exécuter ce petit numéro depuis des années devant sa maison de Seminole, en Floride, à environ 120 km plus au sud. D'après ses observations, cette technique est la plus fréquemment utilisée chez les dauphins locaux et sa récente vidéo du phénomène offre un nouvel aperçu du comportement à ceux qui n'ont pas la chance de vivre près de ces animaux.

McCarty a filmé la scène alors qu'il était à bord de l'un des canoës transparents fabriqués par son entreprise, SeeThroughCanoe, à l'aide du zoom optique d'une GoPro installée sur un drone.

« C'est une vidéo très spectaculaire » qui montre bien ce lancer de poisson, commente Gazda, en ajoutant que ce comportement est probablement enseigné par les parents ou d'autres adultes aux plus jeunes.

Mais il est également apparu de façon indépendante à plusieurs reprises, puisqu'on le retrouve dans diverses régions, explique-t-elle, ce qui constitue un exemple intéressant de la façon dont une stratégie de chasse fructueuse peut se développer à divers endroits.

Shanon Gowans est écologiste du comportement, elle étudie les dauphins à Saint-Pétersbourg au sein de l'Eckerd College et affirme être régulièrement témoin de ce comportement. « Il ne me semble pas que ce comportement soit adopté par l'intégralité des individus, » rapporte-t-elle, mais plutôt par quelques dauphins qui le reproduisent très souvent.

Ces animaux présentent toute une gamme de comportements et certains individus se spécialisent dans des techniques différentes. « Un dauphin fait telle chose, un autre telle autre, » résume-t-elle.

« Cela permet de réduire la compétition entre les individus tout en donnant aux lanceurs de poissons un avantage sur ceux qui adoptent des techniques plus communes. »

 

DISTANCE DE SÉCURITÉ

Avant de penser à utiliser un drone, il est important de connaître les limites et les risques que comportent l'enregistrement vidéo de la faune.

McCarthy nous a précisé qu'il prenait grand soin de ne pas perturber les dauphins en s'approchant de trop avec son drone Mavic 2, un modèle qu'il a d'ailleurs choisi pour son fonctionnement relativement silencieux. Pour filmer ces vidéos, il a gardé une distance d'environ 150 à 180 m entre son drone et les animaux, avec une hauteur d'environ 30 m ou plus et a utilisé le zoom de sa GoPro, explique-t-il.

Si le drone est assez près pour être remarqué, « vous ruinez votre opportunité et vous ennuyez le dauphin, et ce n'est jamais une bonne chose, » déclare-t-il.

Par ailleurs, le harcèlement des dauphins et des autres animaux marins est contraire à la loi, c'est une violation du Marine Mammal Protection Act qui peut être sanctionnée par des amendes, au minimum. Lors de l'observation à la verticale de dauphins ou d'autres animaux, tout type d'appareil volant n'est pas censé descendre à moins de 300 m, selon les recommandations de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Cela dit, cette altitude est tirée de la loi citée précédemment qui a été promulguée au début des années 1990 avant la démocratisation des drones. Parallèlement, selon la Federal Aviation Administration, les drones ne peuvent pas être manœuvrés à plus de 120 m afin de ne pas interférer avec les hélicoptères et les avions.

Ainsi, l'utilisation des drones pour filmer la faune tombe dans un vide juridique. Techniquement, les chercheurs qui utilisent des drones devraient solliciter un permis qui les autorise à s'approcher brièvement à moins de 120 m.

Quoi qu'il en soit, la NOAA demande aux observateurs de ne pas approcher à moins de 45 m des animaux en bateau, déclare Stacey Horstman, coordinatrice de la conservation des dauphins souffleurs.

« Lorsque vous observez des dauphins, conclut-elle, il est important d'adopter une pratique responsable afin de ne pas interrompre les comportements essentiels comme l'alimentation ou les soins maternels. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite