Le coronavirus menace (aussi) la survie de ces singes en voie de disparition

Lorsque la COVID-19 a balayé le Brésil, elle a entravé un programme de vaccination important pour protéger le tamarin-lion doré, en voie de disparition, de la fièvre jaune.

Des tamarins-lions dorés, en voie de disparition, sont assis sur une branche dans la forêt atlantique, ...

Des tamarins-lions dorés, en voie de disparition, sont assis sur une branche dans la forêt atlantique, au Brésil. Bien que leur nombre soit passé de quelques centaines dans les années 1970 à quelques milliers aujourd'hui, les épidémies de fièvre jaune pourraient les condamner à l'extinction.

Photographie de Leo Correa, Associated Press

SÃO PAULO, BRÉSIL - La propagation effrénée de la COVID-19 à travers le Brésil menace plus d'un demi-siècle d'efforts de conservation pour protéger un petit singe orange vif, le tamarin-lion doré (Leontopithecus rosalia).

Nommés ainsi en référence à leurs crinières léonines et endémiques du Brésil, les tamarins-lions dorés n'étaient plus que 200 dans les années 1970. En cause : leur capture pour le commerce des animaux de compagnie et la destruction et la fragmentation de leur habitat naturel. Une série d'efforts - allant de la recherche génétique et reproductive à l'élevage en captivité - ont ramené leur nombre à environ 3 700 en 2014. 

Après ce premier rebond, un autre revers a frappé l'espèce : une épidémie de fièvre jaune a tué en 2017 environ 30 % de leur population. Aujourd'hui, un effort pluri-annuel pour vacciner ces singes contre la fièvre jaune a été suspendu en raison de la pandémie de coronavirus.

« Que les tamarins meurent de la fièvre jaune était une surprise », dit Russ Mittermeier, responsable de la conservation de l'organisation à but non lucratif Global Wildlife Conservation, qui étudie le tamarin-lion doré depuis les années 1970. D'autres espèces de singes étaient connues pour être sensibles à la maladie, mais pas les tamarins-lions dorés. « Une autre épidémie serait désastreuse. »

 

EFFONDREMENT DE LA POPULATION

À la moitié de l'année 2017, les tamarins-lions dorés ont commencé à disparaître.

Carlos Ramon Ruiz-Miranda, primatologue à l'Université d'État du nord de Rio de Janeiro et ses collègues terminaient une enquête de routine sur la population de petits singes. Le Brésil était au pic de sa pire épidémie de fièvre jaune en 80 ans, qui avait balayé le sud-est du pays, tuant plus de 250 personnes et des milliers de singes dans la forêt atlantique.

Lorsque Carlos Ramon Ruiz-Miranda n'a pu trouver aucun tamarin-lion doré dans la réserve biologique de Poço das Antas, principale région d'étude depuis 1985, il en a été déconcerté.

« J'étais inquiet et un peu effrayé parce que c'est une grande population, et il y a eu cette prise de conscience soudaine que quelque chose de grave s'était produit », dit-il.

Bientôt, les habitants ont commencé à appeler le chercheur au sujet de tamarins-lions dorés malades gisant sur le sol, incapables de grimper aux arbres.

« Il est vraiment rare de trouver des tamarins-lions dorés morts couchés dans un pâturage », explique Ruiz-Miranda, qui est également président de l'association à but non lucratif Golden Lion Tamarin, un groupe de conservation basé au Brésil. Les singes ont tendance à rester dans la forêt, ne traversant que brièvement les pâturages lorsqu'ils passent d'un fragment de forêt à un autre, et leurs carcasses disparaissent rapidement à cause des prédateurs et de l'humidité élevée de leur environnement. 

En mai 2018, des scientifiques ont confirmé la première mort de tamarins-lions dorés victimes de fièvre jaune. L'année suivante, une étude a montré à quel point la situation était désastreuse ; l'épidémie de fièvre jaune a fait chuter la population de près d'un tiers, à seulement 2 516 singes aujourd'hui. Les chercheurs ont finalement confirmé que 30 tamarins-lions dorés vivaient toujours dans la réserve biologique de Poço das Antas à Rio de Janeiro, mais la population de la réserve a chuté de 70 %.

Ruiz-Miranda et d'autres membres de la Golden Lion Tamarin Association et Save the Golden Lion Tamarin, une organisation caritative basée aux États-Unis, ont décidé qu'une vaste campagne de vaccination était leur meilleure chance de sauver l'espèce.

Dans de nombreux cas, vacciner des populations entières de primates serait impossible, mais les tamarins-lions dorés vivent dans une petite région et sont étroitement suivis par les chercheurs, cela semblait donc faisable, explique Sérgio Lucena, primatologue et directeur de l'Institut national de la forêt atlantique. Pour réussir, dit-il, « le vaccin doit être utilisé de manière très exacte et dans une zone très restreinte ».

Jusqu'en 2018, les scientifiques ne savaient pas que la fièvre jaune pouvait affecter les tamarins lions dorés, mais des tests et des enquêtes sur la population ont confirmé qu'une récente épidémie avait fait chuter leur nombre de 30 %.

Photographie de Silvia Izquierdo, Associated Press

Après que la première série de vaccins - une version diluée de ce qui est administré aux humains - a été administrée aux tamarins-lions dorés en captivité et jugée sûre, le plus grand obstacle était d'obtenir la permission de l'administrer aux singes vivant à l'état sauvage dans la forêt. C'était la première fois qu'une telle demande était faite au gouvernement, et il n'y avait pas de processus clair pour la faire approuver.

Et puis, alors que Ruiz-Miranda et son équipe attendaient un dernier permis avant de se rendre sur le terrain pour vacciner cinq groupes sociaux de singes, la pandémie de COVID-19 a frappé.

 

VACCINER DES SINGES PENDANT UNE PANDÉMIE

Confinés à domicile et incapables de se rendre sur le terrain pour poursuivre leurs travaux, les chercheurs ont perdu sept mois à attendre.

« Nous étions très frustrés et irrités par cette bureaucratie », dit Ruiz-Miranda. « Nous passions des appels hebdomadaires pour essayer de faire avancer la vaccination et pour avoir une réponse rapide avant de perdre les tamarins. »

Leur insistance leur a finalement permis d'obtenir ce dont ils avaient besoin en août. Permis en main, ils se préparent à repartir sur le terrain en septembre. Une fois les premiers groupes vaccinés et transférés, ils seront observés pendant six mois à un an avant que les autres ne reçoivent le même traitement.

Pour protéger les chercheurs de la propagation de la COVID-19, ils se rendront désormais dans la forêt par équipes de deux, ce qui nécessitera plus de véhicules et augmentera le temps et les coûts nécessaires pour mener à bien leur mission. Seuls trois d'entre eux seront autorisés à entrer dans le laboratoire à la fois, et ils porteront des masques en permanence, pas seulement lorsqu'ils manipuleront les singes. (Il n'y a aucune preuve que les tamarins-lions dorés puissent contracter le coronavirus, mais il n'y a pas non plus de preuve qu'ils ne le puissent pas.)

Il faut jusqu'à trois jours pour trouver les tamarins-lions dorés qui sont surveillés par télémétrie ; ceux qui n'ont pas d'émetteur radio peuvent prendre deux mois à dépister. Une fois trouvés, ils sont placés dans un piège spécial où ils sont anesthésier pour prélever des échantillons de sang, des écouvillons et effectuer un bilan de santé complet. Le vaccin contre la fièvre jaune peut être administré chez les singes éveillés.

Si tout se passe bien, l'objectif est de vacciner 500 tamarins-lions dorés, la population minimale viable pour maintenir l'espèce en vie à l'état sauvage. Ruiz-Miranda espère que le temps qu'ils ont perdu pendant le confinement n'a pas déjà nui à la santé de la population.

« Plus la population est petite, plus la probabilité qu'un petit événement catastrophique puisse les anéantir est élevée », dit-il. « Si rien n'est fait, nous pourrions commencer à voir des extinctions locales. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.