Découverte : tous les mégalodons ne faisaient pas la même taille

Disparu des océans il y a trois millions d’années, le mégalodon fascine toujours autant par son imposante stature. De récentes études affirment aujourd’hui que certains spécimens étaient pourtant beaucoup plus grands que d’autres. Mais pourquoi ?

Comparaison de la taille d'un mégalodon face à un être humain.

Comparaison de la taille d'un mégalodon face à un être humain.

PHOTOGRAPHIE DE Creative Commons

Otodus megalodon était un gigantesque cousin du requin qui peuplait les océans de notre planète il y a entre 15 et 3 millions d’années, largement fantasmé par l’industrie cinématographique en raison de sa taille impressionnante.

Avec pour seules traces de son existence quelques dents et vertèbres fossilisées, les scientifiques ont pu déduire ses dimensions au moyen d'équations. Ainsi, ils estiment que sa taille était d’environ 15 mètres de long, et pouvait atteindre 20 mètres chez les spécimens les plus imposants.

La reconstitution la plus fidèle de cet animal ancestral se trouve aujourd’hui au musée d’Histoire naturelle de San Diego.

Si les raisons de son extinction restent sujets à débats, c’est un réexamen des archives dont disposent les scientifiques, recoupées avec l'étude des lieux sur lesquels les fossiles ont été prélevés, qui ont conduit une équipe internationale de chercheurs dirigée par le paélobiologiste Kenshu Shimada de l’Université DePaul à Chicago, à émettre une nouvelle hypothèse concernant les dimensions du mégalodon.

Selon eux, sa taille était loin d’être uniforme à travers le globe et dépendait fortement du lieu de vie et de la température de l’eau dans laquelle évoluait chaque spécimen. Les individus les plus imposants se seraient retrouvés dans des environnements plus frais, loin de l’équateur.

15 mètres de long : le mégalodon, monstre marin des temps anciens

Cette hypothèse correspond à la règle de Bergmann, principe fondé par le biologiste allemand Carl Bergmann au milieu du 19e siècle, qui affirme que la taille d’un corps dépend majoritairement de la latitude dans laquelle il se trouve. Une règle qui, pourtant, ne s'applique pas aux requins.

Selon ce principe, les plus grands animaux se trouvent dans les régions les plus froides du globe, car leur taille les aide à retenir la chaleur plus efficacement. Ainsi, les mégalodons réputés avoir atteint les 20 mètres de long évoluaient probablement dans les eaux les plus froides de notre planète.

Cette théorie interfère avec d’autres études déjà existantes, qui désignent certaines régions près de l’équateur comme de potentielles pouponnières à mégalodons, des dents plus petites y ayant été retrouvées. Il se pourrait qu'elles correspondent finalement à des zones dans lesquelles les dimensions des mégalodons étaient tout simplement moins impressionnantes du fait des eaux chaudes dans lesquelles ils évoluaient, plutôt que de réelles zones d’alevinage.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
Une murène engloutit un requin-corail
Animaux
Du requin-bouledogue ou du grand requin-blanc, lequel est le plus dangereux ?
Animaux
Un photographe animalier se retrouve nez à nez avec un banc de requins-marteaux
Animaux
Les attaques de requins seraient-elles conditionnées par les pics de chaleur ?
Animaux
Le requin-tigre, "poubelle de l'océan"

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.