Les lamantins disparaissent à un rythme alarmant

Des grands plans de sauvetage sont en cours pour venir en aide aux lamantins de Floride, affaiblis par la faim et le froid hivernal.

De Gena Steffens
Photographies de Jason Gulley
Publication 14 févr. 2022, 11:01 CET
manatee 1

Un lamantin cherche de la nourriture dans une forêt inondée par les eaux chaudes du printemps. En Floride, le froid hivernal et les pénuries aiguës des aliments de base du régime des lamantins (la zostère) sont une combinaison mortelle pour ces mammifères herbivores.

PHOTOGRAPHIE DE Jason Gulley

Les troubles qui ont tué plus de 1 100 lamantins en Floride l'année dernière sont à nouveau à l'œuvre cet hiver. Les responsables de la faune de cet État américain ont signalé la mort de 97 lamantins au cours du seul mois de janvier. La faim et le froid en sont les principaux responsables. Les estimations du nombre total de lamantins vivant dans l'État varient entre 5 700 et 7 500.

La plupart des décès ont eu lieu dans l'Indian River, un estuaire situé le long de la côte atlantique de la Floride, qui s'étend sur plus de 195 kilomètres. Ici, des décennies de pollution due aux engrais agricoles et au développement urbain ont tué de vastes étendues d'herbes marines qui constituent la principale source de nourriture des lamantins.

Entre la mi-janvier, lorsque le froid a frappé la Floride, et la fin du mois, le nombre de carcasses de lamantins retrouvées a triplé, comme l'indique Martine de Wit, de la Florida Fish and Wildlife Conservation Commission (FWC).

Les biologistes qui surveillent les populations de lamantins dans les refuges d'eau chaude « voient des animaux maigres, des animaux émaciés », rapporte Andy Garrett, coordinateur des missions de sauvetage des lamantins de la FWC.

En novembre dernier, Patrick Rose, directeur exécutif du Save the Manatee Club, avait prévenu que cet hiver pourrait être catastrophique : « Les lamantins vont devoir faire un choix horrible de vie ou de mort - mourir rapidement en étant obligé de sortir dans le froid ou rester au chaud et mourir de faim. »

Selon Martine de Wit, les lamantins auraient par le passé facilement survécu aux vagues de froid hivernales. Mais aujourd'hui, ces doux mammifères herbivores ont été affaiblis par des années successives de pénurie alimentaire et atteignent un point de rupture. « Leur avenir est compromis », soupire-t-elle.

 

BESOIN DE CHALEUR POUR SURVIVRE

En tant qu'espèce subtropicale, les lamantins de Floride sont vulnérables lorsque la température de l'eau descend en dessous de 20°C. Contrairement à d'autres mammifères marins tels que les baleines et les phoques, les lamantins ne disposent pas d'une abondante masse graisseuse isolante. Ils sont ronds et potelés non pas parce qu'ils sont gras mais parce que leur tube digestif est très volumineux.

Pour survivre aux périodes de froid, les lamantins s'abritent dans des refuges d'eau chaude comme les sources naturelles et les systèmes de refroidissement des centrales électriques. Fin janvier, près de 800 lamantins se sont serrés les uns contre les autres près du centre d'énergie solaire de Florida Power & Light, dans le comté de Brevard. Ce type de refuges offrait autrefois une nourriture abondante, mais aujourd'hui, avec la disparition d'une grande partie des herbes marines, les lamantins n'ont presque plus rien à manger.

Au centre Florida Power & Light, une opération d'alimentation d'urgence sans précédent est en cours. Normalement, les lois de l'État et les lois fédérales interdisent de nourrir les lamantins sauvages, mais comme de nombreux animaux risquent de mourir de faim cet hiver, les responsables de la faune sauvage ont décidé d'intervenir. Depuis le 7 décembre, le personnel du Florida Power & Light jette des têtes de laitues romaines et de choux dans l'eau pour les voraces lamantins. Pour éviter que les animaux associent les humains à des repas faciles, ils le font cachés derrière des bâches.

Des côtes de lamantins recouverts d'algues gisent sur le rivage de Merritt Island, dans la lagune de l'Indian River. L'année dernière, plus de 1 100 lamantins sont morts en Floride, la plupart d'entre eux dans la lagune de 195 km de long. Près d'une centaine de décès ont été signalés cette année.

PHOTOGRAPHIE DE Jason Gulley

EFFORTS DE CONSERVATION

Les équipes de sauvetage du FWC se tiennent prêtes à intervenir pour récupérer les lamantins ayant besoin d'un traitement médical. Les animaux malades sont transportés par camion vers des centres de réhabilitation tels que le centre de soins intensifs pour lamantins de SeaWorld et du ZooTampa.

L'année dernière, l'afflux de lamantins malades était sans précédent. En prévision d'un autre hiver rude, SeaWorld, qui avait fin janvier 28 lamantins en garde, construit cinq bassins de réhabilitation supplémentaires pour en accueillir jusqu'à 20 autres.

Au ZooTampa, le travail de l'équipe de soins intensifs pour lamantins semble sans fin, regrette Jaime Vaccaro, superviseur des soins aux animaux. Les patients sont des juvéniles orphelins, des victimes du froid, de la faim, porteurs de pneumonie ou d'autres maladies, ainsi que des lamantins blessés par des bateaux à moteur.

« Nous avons tous fait des heures supplémentaires au cours des neuf derniers mois », explique M. Vaccaro.

Après s'être agenouillé pour nourrir au biberon deux juvéniles de la taille d'un bébé humain, Vaccaro aide d'autres soignants à guider un jeune mâle nommé Flapjack dans une « piscine médicale ». Il est allongé, clignant des yeux à la lumière du soleil, tandis qu'un tube en plastique est inséré dans son nez et dans son estomac pour lui apporter un mélange riche en nutriments et divers médicaments.

Lorsque Flapjack est arrivé en octobre dernier, il était si émacié que certains soignants pensaient qu'il ne survivrait pas. Mais après plus de cent jours en soins intensifs, il a repris du poil de la bête. S'il se rétablit complètement, il sera relâché dans la nature et un nouveau patient prendra immédiatement sa place.

Les lamantins - comme leurs plus proches parents vivants, les éléphants - ont une mémoire vive. Comme ils sont connus pour fréquenter les mêmes eaux tout au long de leur vie, les sauveteurs prennent soin de relâcher chaque lamantin à l'endroit où il a été capturé. Si cela n'est pas possible parce que les sites sont devenus des déserts alimentaires, les lamantins sont réintroduits là où la végétation est abondante, comme au Blue Spring State Park, à Orange City, en Floride.

 

POURSUITES JUDICIAIRES

Alors que de plus en plus de lamantins succombent à la faim et au froid, une coalition de groupes de protection de la nature entame une action en justice. Le 1er février, le groupe a intenté une action en justice contre l'U.S. Fish and Wildlife Service, accusant l'organisme fédéral de ne pas avoir étendu « l'habitat critique » des lamantins.

Dans leur plainte, les groupes de défense des animaux affirment que l'organisme a reconnu la nécessité de réviser et de mettre à jour les zones d'habitat critique des lamantins il y a plus de dix ans, mais qu'elle ne l'a pas fait. Ils espèrent que cette action en justice poussera le Fish and Wildlife Service à revoir les réglementations relatives à l'habitat essentiel de l'espèce de manière à remédier à la perte de refuges naturels d'eau chaude, à la mauvaise qualité de l'eau qui provoque la prolifération d'algues nocives et la disparition continue de la végétation saine.

Selon les défenseurs de l'environnement, il est crucial de restaurer les herbiers marins. L'herbe marine fait vivre non seulement les lamantins, mais aussi les poissons, les crevettes, les crabes, les hippocampes et les tortues, ainsi que les économies humaines basées sur le tourisme, la pêche, l'immobilier et les loisirs.

Tant que la pollution ne sera pas réduite et que les herbiers ne seront pas restaurés, les lamantins continueront à souffrir et à mourir. « Le problème des herbes marines ne sera pas résolu d'ici l'année prochaine », déclare Tom Reinert, directeur régional de la Florida Wildlife Commission. « Nous prévoyons donc que nous aurons sans doute à répéter [ces mesures d'urgence] l'hiver prochain, sur la base des leçons que nous aurons tirées cet hiver. »

La National Geographic Society, engagée à mettre en exergue et protéger les merveilles de notre monde, a financé les travaux de l'explorateur Jason Gulley. En savoir plus sur la National Geographic Society.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
L'hécatombe de lamantins en Floride prend les scientifiques de court
Animaux
Découverte : ces lémuriens sont capables de chanter en rythme
Animaux
La pêche au mérou goliath de nouveau autorisée après 30 ans d’interdiction ?
Animaux
Big Bull, l'une des plus grandes requins-bouledogues du monde, a eu des petits
Animaux
Comment les chiens de sauvetage retrouvent-ils les survivants d'une catastrophe ?

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.