Les limules, créatures au sang bleu très recherchées... et de plus en plus menacées

Les limules, ou « crabes fer à cheval », vivent dans les fonds marins depuis 450 millions d'années. Elles jouent aujourd'hui un rôle-clé dans la médecine — mais en paient le prix fort.

De Amy McKeever
Photographies de Laurent Ballesta
Publication 6 août 2022, 11:00 CEST
Une limule du Japon soulève les sédiments dans la vase de l’aire marine protégée de Pangatalan, ...

Une limule du Japon soulève les sédiments dans la vase de l’aire marine protégée de Pangatalan, aux Philippines. Après une décennie d’efforts de restauration, les eaux de la baie, à nouveau riches en plancton, peuvent accueillir de plus gros animaux.

PHOTOGRAPHIE DE Laurent Ballesta

La limule est née pour durer. Avec sa queue épineuse, sa carapace ressemblant à un casque de combat et des pinces acérées au bout de huit de ses dix pattes, cet invertébré, qui a relativement peu changé, se déplace à toute vitesse sur les fonds marins depuis quelque 450 millions d’années. Bien que celle que l’on nomme aussi « crabe fer à cheval » ou « crabe des Moluques » ait résisté à la météorite qui a anéanti les dinosaures, survivre aux humains pourrait s’avérer plus difficile.

À l’instar de nombreux autres animaux marins, cet arthropode est surexploité en tant que nourriture et appât – le développement du littoral, quant à lui, a détruit ses sites de reproduction. Il est aussi pêché pour son sang bleu, qui contient un agent coagulant rare, essentiel pour la mise au point de vaccins sans danger. Mais l’animal est souvent tué lors de sa capture – en particulier en Asie, où on prélève tout son sang, et pas simplement une partie.

La limule du Japon (Tachypleus tridentatus) a perdu plus de la moitié de sa population ces soixante dernières années. Mais, sur les 4,5 ha de la petite île philippine de Pangatalan, l’espèce est un symbole inattendu de résilience. En 2011, la limule, avec ses 38 cm de long environ, faisait partie des plus grosses créatures survivantes.

Après des années de dégradation, Pangatalan, désormais aire marine, commence à prospérer de nouveau. Les efforts de restauration du récif et la plantation de milliers d’arbres ont permis le retour de nombreux animaux, y compris le rare mérou géant, qui peut atteindre 2,50 m.

Le rôle de la limule dans la fabrication du vaccin anti-Covid l’a mise en valeur. Les écologistes espèrent que cela permettra de mieux protéger son habitat et d’adopter plus largement une alternative synthétique à son sang. Afin de sauver la limule comme elle nous a sauvés.

Article publié dans le numéro 275 du magazine National Geographic. S'abonner au magazine

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
À Cuba, les oiseaux chanteurs sauvages menacés par des concours populaires
Animaux
La surpêche et la médecine traditionnelle asiatique menacent les hippocampes
Animaux
En France, le trafic d’espèces sauvages prospère
Animaux
Quand la faune sauvage arrive en ville
Animaux
Après avoir quasiment disparu, le lynx fait son grand retour

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.