Les restes d'un mystérieux ancêtre du chat domestique découverts en Pologne

À en croire la découverte d'ossements vieux de 7 000 ans, nos chats de compagnie auraient un passé évolutif plus complexe que ce que nous imaginions.

Publication 7 oct. 2021, 15:56 CEST
photo-ark-european-wildcat2501892

Le chat sauvage européen (ici un animal du Parco Natura Viva en Italie) partageait son habitat avec le chat sauvage du Proche-Orient en Pologne il y a 7 000 ans.

Photographie de Joel Satore, National Geographic Photo Ark

Lorsque les premiers agriculteurs néolithiques ont quitté le Croissant fertile il y a environ 7 000 ans, ils ont emmené avec eux les animaux qu'ils avaient domestiqués, des chèvres, des moutons, des bovins et des chiens. Mais ils n'avaient probablement pas réalisé qu'un auto-stoppeur opportuniste, le chat sauvage du Proche-Orient, faisait aussi partie du voyage.

Lorsque les migrants ont atteint la Pologne il y a environ 6 000 ans et ont commencé à convertir les forêts en pâturages ouverts et en champs agricoles, les rongeurs et les chats sauvages - un ancêtre de notre chat domestique - se sont eux aussi installés. C'est la conclusion d'une étude parue en 2020, qui fait état des restes de chats sauvages du Proche-Orient mis au jour dans quatre grottes polonaises.

« C'était inattendu », souligne Magdalena Krajcarz, responsable de l'étude, archéozoologue à l'Université Nicolaus Copernicus de Torun, en Pologne. 

L'une des découvertes notables était l'humérus d'un chat incrusté dans une couche de sédiments. Il n'est pas certain que le chat en question ait réellement été domestiqué, indique Krajcarz – les peuples néolithiques visitaient occasionnellement des grottes, et un prédateur a probablement transporté l'os dans l'une d'elles. Mais la présence du félin suggère qu'il était confortable de vivre sinon avec, du moins aux côtés des humains - une étape importante sur la voie de la pleine domestication.

Tous les chats domestiques modernes sont les descendants du chat sauvage du Proche-Orient, qui a été domestiqué pour la première fois au Proche-Orient il y a environ 10 000 ans. Cette découverte permet de dessiner les contours de l'évolution de l'espèce, selon l'article publié en juillet 2020 dans les Actes de la National Academy of Sciences.

Les scientifiques ont également mis au jour les ossements de quatre chats sauvages européens, un parent indigène du chat sauvage du Proche-Orient, dans les mêmes grottes. Cela signifie que les chats sauvages du Proche-Orient ont dû rencontrer un parent éloigné lorsqu'ils ont atteint leur nouveau foyer (les deux espèces partageaient un dernier ancêtre commun il y a environ 200 000 ans).

Cela soulève de nombreuses questions. Les deux félins se sont-ils affrontés pour des proies, ou se sont-ils reproduits entre eux ? Si tel était le cas, cela pourrait signifier que nos chats de compagnie ont un passé évolutif plus complexe que ce que nous imaginions.

 

DES INDICES DANS LES OS

Pour en savoir plus sur la relation entre les deux espèces de félins, les scientifiques ont étudié ce qu'ils mangeaient tous les deux en analysant les isotopes d'azote présents dans les os des chats.

D'autres études ont montré que les peuples néolithiques utilisaient du fumier pour fertiliser leurs cultures ; avec pour conséquence des traces d'azote élevées dans leurs os ainsi que dans les os de leurs chiens et de leur bétail. Les chats sauvages du Proche-Orient, cependant, avaient une concentration d'azote plus faible dans leurs os, signe que ces « chats avaient une relation assez distante avec les humains » et n'étaient certainement pas dépendants d'eux pour se nourrir, explique par email Claudio Ottoni, paléogénéticien à l'Université Sapienza de Rome.

Au lieu de cela, les chats se sont probablement nourris des rongeurs qui vivaient dans les champs, y compris peut-être les souris domestiques du Proche-Orient ainsi que des espèces locales comme les campagnols et les souris des bois.

Une analyse des os des chats sauvages européens a révélé un schéma similaire, ce qui signifie qu'eux aussi se sont nourris des proies qui gambadaient dans les champs et les greniers des agriculteurs. Mais l'analyse a également montré que les chats sauvages européens ont changé leur régime alimentaire, délaissant les petites créatures forestières qu'ils mangeaient auparavant pour se tourner vers des oiseaux migrateurs (comme les grives).

« Il apparaît donc que les deux chats sauvages ne se sont pas directement affrontés », révèle Krajcarz. « Ils ont pu coexister » dans ce nouvel habitat, et très probablement se reproduire. De futures études génétiques pourraient révéler l'étendue de leur hybridation et si les gènes de ce chat sauvage européen ont pu affecter la façon dont le chat sauvage du Proche-Orient a évolué pour devenir le chat domestique que nous connaissons.

Les gènes européens pourraient avoir empêché les chats du Proche-Orient dans cette partie de l'Europe de devenir pleinement domestiqués pendant une période plus longue. Les os de vrais chats domestiques n'apparaissent en effet en Pologne qu'en 200 après J.-C. Aujourd'hui, les chats domestiques et les chats sauvages européens s'hybrident toujours, ce qui constitue une menace pour la santé génétique de l'espèce sauvage.

Ottoni, qui n'a pas pris part à cette recherche, estime qu'il s'agit d'« une avancée significative » dans notre connaissance de l'évolution des chats domestiques.

 

UNE HISTOIRE D'ÉVOLUTION

Les archéologues supposent que les chats sauvages du Proche-Orient – ​​qui sont un peu plus gros mais quasi-identiques aux chats domestiques modernes – sont d'abord sortis du désert pour profiter d'un repas plus facile : des souris domestiques se précipitant dans les fermes du Croissant fertile.

Ils jouissaient des ressources des autres, comme la nourriture ou les déchets stockés par les humains, tout en faisant de leur mieux pour éviter une relation plus étroite. « On pense que les loups et les porcs ont emprunté le chemin de la domestication de la même manière », relève Krajcarz. 

Les Hommes ont probablement toléré ces petits félins, appréciant leur travail auto-imposé de contrôle de la population de rongeurs.

La plus ancienne sépulture connue de chat domestique (une tombe vieille de 9 500 ans) a été découverte en 2004 à Chypre. À côté du chat se trouvaient des artefacts décoratifs, notamment des coquillages et des pierres polies, ainsi que les restes d'une personne de 30 ans (dont le sexe n'est pas connu), peut-être le ou la propriétaire du chat. Comme il n'y a pas de chats sauvages indigènes à Chypre, certains scientifiques pensent que les marins ont amené les félins sur l'île il y a environ 10 000 ans.

Il existe encore de nombreuses questions concernant les changements génétiques et de mode de vie qui ont transformé les chats sauvages en chats domestiques. Se sont-ils dispersés dans le monde à bord de navires, ou ont-ils lentement voyagé d'une colonie à l'autre ?

Krajcarz espère que les futures analyses génétiques révéleront un jour l'évolution complète du chat sauvage, du désert à la chaleur de nos foyers et de nos cœurs.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.