Mêmes décapitées, les têtes de serpents peuvent encore mordre

Des scientifiques ont découvert que les crotales restent dangereux longtemps après leur mort.

De Stephen Leahy
Les crotales diamantins de l'Ouest ont plus à craindre des Hommes que nous d'eux, mais ils devraient toujours être traités avec soin.

Un homme résidant au Texas jardinait lorsqu'il a repéré un crotale de 1,2 mètre de long. Il a alors décapité le serpent avec une pelle mais lorsqu'il a voulu le ramasser, la tête coupée l'a mordu.

Selon plusieurs sources, l'homme a reçu une forte dose de venin. Il est tombé gravement malade et a dû être héliporté à l'hôpital où il a reçu une grande quantité d'anti-venin. Une semaine plus tard, son état s'est stabilisé. Le serpent en question serait un crotale diamantin de l'Ouest.

Cette histoire n'est pas aussi rare qu'elle y paraît : les serpents, comme bien d'autres reptiles, conservent leurs réflexes des heures après leur mort. Le réflexe de morsure est extrêmement fort chez les serpents venimeux car leur instinct les pousse à mordre très rapidement, s'éloigner et attendre que le venin agisse. Malheureusement pour ce Texan, le réflexe de morsure peut se déclencher encore quelques heures après la mort du reptile.

Selon Bruce Jayne, professeur de biologie à l'Université de Cincinnati, les cadavres de serpents se contorsionnent encore quelque heures après leur mort. Il s'agit d'un réflexe similaire à celui d'un poulet sans tête capable de courir pendant une courte période, explique Bruce Jayne. Ce comportement pour le moins étrange est lié au système nerveux préprogrammé pour effectuer certains mouvements sans que le cerveau n'ait besoin d'envoyer un signal. Ainsi, une tête de serpent venimeux décapité est programmée pour mordre en réponse à un stimulus - comme quelqu'un qui tenterait de la ramasser.

lancer le diaporama

« Cela arrive assez souvent. D'ailleurs, un chercheur a récemment été mordu de cette façon », a déclaré Bruce Jayne, qui a travaillé avec des serpents de mer en Asie, dont le venin est particulièrement mortel.

Il travaille sur des cadavres de serpents venimeux, tués sur la route ou décapités dans des vivariums, avec la même précaution que sur les serpents vivants.

« Vous pouvez facilement vous accrocher un doigt sur le croc d'un serpent mort depuis longtemps et être empoisonné », indique-t-il.

La grande majorité des morsures sont observées chez les personnes qui s'approchent trop près des serpents, qui font pourtant généralement de leur mieux pour éviter les Hommes. 

Bruce Jayne explique que le mieux est de laisser un serpent venimeux tranquille. Si vous devez en déplacer un présent sur votre propriété ou dans un espace public, appelez un expert pour qu'il le déplace lui-même. 

Lire la suite