Tout comprendre sur : le braconnage des animaux

Le prélèvement illégal d'animaux dans la nature menace de nombreuses espèces, les condamnant pour certaines à l'extinction.

De Jani Hall
L'ivoire d'éléphant récupéré par les forces de l'ordre auprès des braconniers est parfois détruit pour éviter ...

L'ivoire d'éléphant récupéré par les forces de l'ordre auprès des braconniers est parfois détruit pour éviter qu'il ne se retrouve sur le marché noir.

PHOTOGRAPHIE DE Getty Images

Les animaux sauvages font l'objet d'un braconnage massif : des millions d'animaux appartenant à des milliers d'espèces sont tués ou capturés dans leur habitat naturel. Le braconnage constitue une menace croissante pour les éléphants, les rhinocéros et autres animaux charismatiques, ainsi que pour des créatures plus petites moins connues, comme certains lézards ou singes.

 

POURQUOI LES ANIMAUX SONT-ILS BRACONNÉS ?

Les braconniers tuent ou capturent parfois des animaux pour les vendre localement ou pour le commerce mondial des espèces sauvages. Le commerce d'espèces sauvages est un important marché noir qui s'est développé parallèlement à l'augmentation de la richesse en Asie, grande consommatrice d'espèces sauvages, et à l'avènement du commerce électronique et des réseaux sociaux.

Certains animaux, tels que les oiseaux, les reptiles et les primates, sont capturés vivants afin de pouvoir être gardés ou vendus comme animaux de compagnie exotiques. Les animaux abattus, en revanche, ont une valeur commerciale en tant que nourriture, futurs bijoux, décoration ou ingrédient pour la médecine traditionnelle. Les défenses en ivoire des éléphants d'Afrique, par exemple, sont sculptées pour en faire des bibelots ou des objets d'art. Les écailles des pangolins sont réduites en poudre et consommées pour leurs prétendus pouvoirs de guérison. La viande de singes, de serpents et d'autres animaux de brousse est considérée comme un mets délicat dans certaines parties de l'Afrique.

En plus de tuer pour un profit direct, les braconniers ciblent les animaux pour les empêcher de détruire les récoltes ou d'attaquer le bétail. Cela arrive aux lions et aux éléphants en Afrique, ainsi qu'aux loups, coyotes et autres prédateurs en Amérique du Nord.

 

LES EFFETS DU BRACONNAGE

Le braconnage a des conséquences dévastatrices pour la faune. Dans certains cas, c'est la principale raison pour laquelle un animal court un risque d'extinction. C'est le cas de l'éléphant d'Afrique, dont plus de 100 000 individus ont été tués entre 2014 et 2017 pour leur ivoire. Le braconnage a également eu un impact catastrophique sur les rhinocéros, avec plus d'un millier d'individus abattus chaque année pour leurs cornes.

Le braconnage pour le commerce des animaux de compagnie exotiques affecte le bien-être des animaux en plus de leur nombre dans la nature. La plupart des animaux sauvages ont un régime alimentaire spécialisé que l'on trouve dans la nature, et ils ont besoin d'espace pour voler, errer et se balancer aux branches. Les animaux capturés sont entassés dans des boîtes, des valises ou des sacs, et même s'ils survivent au transport, ils souffrent souvent dans leur nouvelle situation, qui ne leur est pas naturelle.

Reportage : le pangolin, mammifère le plus braconné au monde

Et puis, il y a la façon tragique dont le braconnage affecte les gens. En Afrique, près de 600 rangers chargés de protéger la faune ont été abattus par des braconniers entre 2009 et 2016 alors qu'ils étaient en service. Dans le parc national des Virunga en République démocratique du Congo, l'un des plus dangereux du continent, au moins 170 gardes ont été tués au cours des deux dernières décennies.

En outre, le braconnage a été associé à des milices armées en Afrique, soupçonnées de trafiquer de l'ivoire pour financer leurs opérations, et il est souvent associé à d'autres crimes, notamment la corruption et le blanchiment d'argent. Et les animaux braconnés peuvent propager des maladies, comme Ebola ou le SRAS.

 

COMMENT Y METTRE FIN ?

En plus de fournir une protection sur le terrain pour les animaux, de nombreux pays font du braconnage un délit passible de prison ou d'amendes. Comme les braconniers d'Afrique et d'Asie sont souvent des populations locales appauvries qui réalisent de petits profits par rapport aux négociants et aux caïds, les sanctions pour le braconnage d'espèces sauvages sont généralement moins sévères que celles pour le trafic d'espèces sauvages.

Il existe également de nombreuses organisations à but non lucratif dans le monde qui s'efforcent de mettre fin au braconnage des espèces sauvages. Certains de ces groupes ont contribué à promouvoir des moyens alternatifs et plus durables pour les braconniers de gagner leur vie. Une autre façon de mettre fin au braconnage est d'essayer de réduire la demande d'espèces sauvages et de parties d'espèces sauvages illégales. Si plus personne n'achète les produits, il n'y aura pas besoin de tuer les animaux.

Si vous voulez en apprendre davantage sur notre planète et la manière dont nous pouvons la préserver, ne manquez pas One Strange Rock.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
Les baleines pourraient nous sauver du réchauffement climatique
Animaux
Les Bahamas, sanctuaire des requins jusqu'à l'ouragan Dorian
Animaux
La surprise des soigneurs pour l'anniversaire d'un panda roux
Animaux
Le venin des méduses-boîtes s'est activé avec l'eau froide de la douche
Animaux
Un requin se fait attaquer par un crocodile deux fois plus gros que lui

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.