Tout comprendre sur : le commerce des animaux exotiques

Des millions d'animaux sont arrachés à leur habitat pour vivre dans des foyers en tant qu'animaux de compagnie, alimentant ainsi un commerce illégal florissant d'espèces sauvages.

De Jani Hall

Chaque année, des millions d'animaux exotiques sont vendus dans le monde entier, à destination des sous-sols et des arrière-cours des particuliers. Le terme « exotique » n'a pas de définition fixe, mais il désigne généralement un animal sauvage ou plus inhabituel que le chien ou le chat ordinaire. Le commerce en plein essor des animaux de compagnie exotiques est connu sous le nom de commerce des animaux de compagnie exotiques.

Une partie de ce commerce est légale, mais il arrive souvent que des animaux soient capturés illégalement dans la nature pour répondre à la demande d'animaux de compagnie exotiques. La vente illicite d'animaux vivants représente une part importante du commerce illégal d'espèces sauvages, un marché noir mondial de plusieurs milliards de dollars.

 

UNE DEMANDE EN PLEIN ESSOR

Les gens ont toujours eu des animaux de compagnie exotiques, mais la demande de créatures uniques a explosé ces dernières années. Cela est dû en grande partie à la popularité du commerce électronique et des réseaux sociaux, qui ont permis aux gens de faire facilement de la publicité pour la vente d'animaux vivants. Ils ont également popularisé les animaux exotiques en offrant un lieu où les gens peuvent les exhiber. Une rafale de vidéos postées sur YouTube en 2015 de loris lents mangeant des boulettes de riz en captivité, par exemple, est devenue virale et a conduit au braconnage des primates aux grands yeux pour le commerce des animaux de compagnie.

D'OÙ VIENNENT CES ANIMAUX ?

Certains animaux exotiques sont élevés en captivité. Les défenseurs de la nature considèrent souvent l'élevage en captivité comme un moyen de sauver les animaux sauvages du braconnage pour le commerce des animaux de compagnie, et de nombreux pays autorisent l'exportation d'animaux élevés en captivité à condition d'obtenir les documents juridiques appropriés.

Mais d'innombrables animaux sont prélevés dans la nature avant d'être vendus comme animaux de compagnie. Une fois qu'un animal a été prélevé dans la nature - souvent en violation de la loi - il peut être utilisé dans une opération d'élevage, vendu localement, sorti clandestinement du pays ou intentionnellement étiqueté à tort comme élevé en captivité et exporté légalement. Des chercheurs ont découvert que des personnes « blanchissent » des tortues étoilées indiennes de Jordanie, des grenouilles arboricoles aux yeux rouges du Nicaragua et de nombreuses autres espèces.

 

LES CONSÉQUENCES DE CE TRAFIC 

Le braconnage effréné pour le commerce des animaux de compagnie exotiques dévaste les populations animales dans le monde entier. Elle a décimé les populations de tortues radiées de Madagascar, par exemple, et a conduit à la mise en danger des perroquets gris d'Afrique, des oiseaux connus pour leurs impressionnantes capacités vocales. De plus, de nombreux animaux souffrent pendant la capture et le transport - et même s'ils finissent vivants à leur destination finale, ils sont souvent en détresse - incapables de manger, de se déplacer et de se comporter comme ils le feraient dans la nature.

Le commerce des animaux exotiques affecte également les humains et les animaux non impliqués dans le commerce. Les animaux sauvages peuvent potentiellement attaquer leurs propriétaires ou propager des maladies, comme l'ébola et le SRAS. Une épidémie de maladie de Newcastle forme exotique (END), qui a entraîné la mort de 12 millions d'oiseaux aux États-Unis dans les années 1970, a été attribuée à des perroquets introduits en contrebande d'Amérique du Sud.

 

LES EFFORTS POUR Y METTRE FIN

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), un accord international signé par 183 gouvernements, a voté pour interdire ou limiter le commerce de nombreuses espèces animales recherchées comme animaux de compagnie. De nombreux pays interdisent également la vente ou la possession de certains animaux à l'intérieur de leurs frontières. Aux États-Unis, les lois régissant la propriété d'animaux exotiques varient d'un État à l'autre.

En outre, des organisations à but non lucratif du monde entier tentent de mettre un terme au commerce des animaux de compagnie exotiques en sensibilisant les gens aux méfaits liés à la possession de ces animaux. Une étude menée par World Animal Protection, une organisation à but non lucratif basée au Royaume-Uni, a montré que le meilleur moyen de dissuader les gens de posséder un animal exotique est de mettre l'accent sur les risques qu'il représente pour les humains, et non pour les animaux eux-mêmes.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
Tiger King condamné à 22 ans de prison
Animaux
L'antilope du Tibet est massacrée pour la confection d'écharpes
Animaux
Le trafic de jaguars à la hausse, conséquence des investissements chinois en Amérique du Sud
Animaux
Grands félins : ce qui n'est pas dit pas dans Tiger King
Animaux
En Afrique du Sud, des lions maintenus captifs vivent dans des conditions déplorables

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.