Tout comprendre sur : l'extinction des espèces

Les extinctions se produisent lorsqu'une espèce meurt à la suite d'événements cataclysmiques, de problèmes d'évolution ou d'interférences avec les êtres humains.

De National Geographic
La dernière grenouille arboricole vivante de Rabb est décédée en 2016 au zoo d'Atlanta. L'espèce de ...

La dernière grenouille arboricole vivante de Rabb est décédée en 2016 au zoo d'Atlanta. L'espèce de grenouille panaméenne, aujourd'hui disparue, a été découverte à l'état sauvage en 2005, et à peine deux ans plus tard, aucune autre grenouille n'a pu être trouvée.

PHOTOGRAPHIE DE National Geographic Photo Ark

Les scientifiques ne savent pas combien d'espèces de plantes, d'animaux, de champignons et de bactéries existent sur Terre. L'estimation la plus récente évalue ce nombre à 2 milliards, et il est fort probable que cela évolue.

Une chose est sûre : le rhinocéros noir occidental, le tigre de Tasmanie et le mammouth laineux figurent parmi les créatures dont les populations ont été réduites à zéro à un moment donné, et il est possible que l'extinction des espèces soit mille fois plus rapide à cause de l'Homme.

L'extinction d'une espèce se produit lorsque des facteurs environnementaux ou des problèmes d'évolution entraînent la mort de ses membres. La disparition d'espèces de la Terre est en cours et les taux ont varié au fil du temps. Un quart des mammifères est menacé d'extinction, selon les estimations de la Liste rouge de l'UICN.

Dans une certaine mesure, l'extinction est naturelle. La modification des habitats et les troubles de la reproduction font partie des facteurs qui peuvent faire en sorte que le taux de mortalité d'une espèce soit supérieur à son taux de natalité pendant une période suffisamment longue pour qu'il n'en reste plus aucune.

L'Homme est également à l'origine de l'extinction d'autres espèces par la chasse, la surexploitation, l'introduction d'espèces envahissantes dans la nature, la pollution et la transformation des zones humides et des forêts en terres cultivées et en zones urbaines. Même la croissance rapide de la population humaine est un cause d'extinctions en détruisant les habitats naturels.

Le dodo, un oiseau qui vivait principalement dans la nation insulaire de l'île Maurice et qui a été popularisé par son apparition dans le livre de Lewis Carroll Les Aventures d'Alice au pays des merveilles fait partie des espèces les plus célèbres qui ont été amenées à l'extinction par l'Homme. Les dodos ont été mentionnés pour la première fois par les marins néerlandais à la fin du 16e siècle et vus pour la dernière fois en 1662 après avoir été chassés jusqu'à l'extinction. Les pigeons voyageurs, dont des milliards recouvraient fréquemment le ciel nord-américain lorsque les Européens sont arrivés sur le continent, se sont éteints lorsque le dernier est mort au zoo de Cincinnati en 1914.

 

SIX EXTINCTIONS DE MASSE

Les fossiles montrent qu'il y a eu cinq périodes de l'histoire où un nombre inhabituellement élevé d'extinctions s'est produit dans ce que l'on appelle des extinctions de masse. La plupart des espèces de la Terre se sont éteintes il y a environ 266 à 252 millions d'années lors de l'extinction du Permien.

Ces pertes, cependant, ont également ouvert la voie à l'évolution des dinosaures, car les extinctions massives créent une chance pour de nouvelles espèces d'émerger. Les dinosaures ont pris fin il y a environ 65 millions d'années lors d'une autre extinction massive à la fin du Crétacé. Un grand cratère au large de la péninsule du Yucatán, au Mexique, suggère qu'un astéroïde a très probablement frappé à cet endroit. Les scientifiques pensent que des éruptions volcaniques en Inde ont provoqué un réchauffement climatique qui pourrait également avoir contribué à l'extinction de masse.

Les scientifiques se demandent si la Terre n'est pas déjà le théâtre d'une sixième extinction de masse. Si tel est le cas, il pourrait s'agir de la plus rapide jamais enregistrée, avec un taux de 1 000 à 10 000 fois supérieur au taux d'extinction de base d'une à cinq espèces par an. L'Homme est largement responsable de cette tendance lourde. Les scientifiques pensent que la pollution, le défrichement et la surpêche pourraient conduire à l'extinction de la moitié des espèces terrestres et marines de la planète d'ici 2100.

L'augmentation lente des températures de surface causée par l'augmentation des niveaux de gaz à effet de serre va probablement pousser de nombreuses espèces à se déplacer vers les pôles de la Terre et en altitude dans les montagnes pour rester dans des habitats ayant le même climat. Mais toutes les espèces ne seront pas capables de s'adapter assez rapidement pour éviter l'extinction et beaucoup devraient périr.

 

QUE PEUT-ON FAIRE ?

Utiliser moins de combustibles fossiles en baissant le thermostat, en conduisant moins fréquemment et en recyclant est un bon moyen de ralentir le rythme des extinctions. Manger moins de viande et éviter les produits, comme l'ivoire, fabriqués à partir d'espèces menacées peut également faire la différence. À la maison, ranger les ordures dans des poubelles verrouillées, réduire la consommation d'eau et s'abstenir d'utiliser des herbicides et des pesticides peut protéger la faune locale.

Si vous voulez en apprendre davantage sur notre planète et la manière dont nous pouvons la préserver, ne manquez pas One Strange Rock.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
Les Bahamas, sanctuaire des requins jusqu'à l'ouragan Dorian
Animaux
La surprise des soigneurs pour l'anniversaire d'un panda roux
Animaux
Le venin des méduses-boîtes s'est activé avec l'eau froide de la douche
Animaux
Un requin se fait attaquer par un crocodile deux fois plus gros que lui
Animaux
Un léopard attaque un impala attiré par l'arbre à saucisses

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.