Environnement

Guatemala : le volcan Fuego est entré en éruption

Avec des jets de cendres de plus de 1 700m de haut, l’éruption pourrait conduire à l'évacuation des villages de toute la région. Lundi, 5 février

De Juliette Heuzebroc

Le volcan Fuego est l’un des plus actifs du Guatemala. Du haut de ses 3 763m, il surplombe toute la région d’Alotenango, située à une trentaine de kilomètres de Guatemala, la capitale. Le volcan est entré en éruption le 31 janvier, générant des colonnes de cendres montant à plus de 1 700m au-dessus du cratère. Des flux de lave de plus de 500m ont également été observés.

D’après la Coordination nationale de lutte contre les catastrophes naturelles (Conred), la conjonction de ces phénomènes produit de fines particules qui atteignent et affectent actuellement huit villages alentours. La Conred a ainsi déclaré le volcan en alerte volcanique orange et les écoles des villages atteints ont pour le moment été fermées.

Les habitants de la région sont malheureusement coutumiers du fait. Le volcan Fuego est en activité depuis 1524. La dernière forte éruption, qui date de septembre 2012, a conduit à l’évacuation d’environ 10 000 personnes du périmètre. Depuis, le volcan particulièrement actif est entré en éruption à plusieurs reprises. La dernière remonte à mars 2017.

Loin d’être un cas isolé, le Fuego est l’un des trois volcans du Guatemala entrant régulièrement en activité avec le Santiaguito et le Pacaya. Avec plus d’une vingtaine de volcans sur son territoire, le pays est très instable sur le plan sismique et volcanique. L’Amérique centrale et l’Amérique du sud connaissent ces dernières années de fortes périodes éruptives : la Colombie et le Chili, qui abritent plus de 2000 volcans, sont également confrontés à ces éruptions récurrentes.

Le phénomène est inquiétant car il fait suite à une série d’éruptions ayant eu lieu sur la Ceinture de feu du Pacifique, dont le Fuego fait partie. L’Indonésie avec le Mont Agung et les Philippines avec le volcan Mayon font aussi actuellement face à des phénomènes volcaniques conséquents, dus à une activité sismique de la ceinture en constante augmentation.  

Cette ceinture s’étend sur plus de 40 000 kilomètres, partant de l’Indonésie et du sud de l’Océanie pour remonter jusqu’au nord de l’Asie et ensuite longer l’ensemble de la côte ouest-américaine. Ces régions correspondent à une zone sensible car leurs côtes, continentales comme insulaires, sont situées sur des bordures de plaques tectoniques et de fosses océaniques, ce qui fragilise leur stabilité.

La ceinture de feu regroupe 452 volcans soit 75 % des volcans émergés sur Terre. Cette concentration s’explique par la récurrence du phénomène de subduction, ou chevauchement des plaques océaniques, qui donne souvent lieu à la formation de volcans gris.

 

Retrouvez Juliette Heuzebroc sur Twitter.

Lire la suite