Environnement

Le GIEC prédit une crise alimentaire mondiale si rien n'est fait

Les effets du changement climatique sur les sols auront pour effet une hausse des prix de l'alimentation et le développement d'une insécurité alimentaire à grande échelle, peut-on lire dans le dernier rapport du GIEC. Cependant, des solutions existent.Friday, August 9, 2019

De Stephen Leahy
Les plants de soja sont entourés par les eaux suite aux inondations survenues près de Wyanet, dans l'Illinois, le mardi 1er juillet 2014. Les conditions climatiques de plus en plus instables menacent les cultures des greniers à blé comme le Midwest des États-Unis, affirme un nouveau rapport de l'ONU.

Déjà aujourd'hui, les impacts du changement climatique sur les terres sont tels qu'ils sont sur le point de provoquer la montée en flèche des prix de l'alimentation, ce qui pourrait engendrer une situation d'insécurité alimentaire, comme l'indique le nouveau rapport émis par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Pour saisir toute l'étendue de ce nouveau rapport, il convient d'en rappeler le nom complet : Rapport spécial sur les liens entre le changement climatique, la désertification, la dégradation des terres, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire, et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres (SRCCL). Dans ses conclusions, il prévient de l'apparition imminente d'une crise alimentaire si les émissions carbone restent incontrôlées, et ce, plus particulièrement dans les régions tropicales et subtropicales. Toujours selon le rapport, la hausse des températures pourrait également réduire la valeur nutritionnelle de certaines cultures et diminuer considérablement leur rendement.

Les événements météorologiques extrêmes ont déjà augmenté en taille comme en intensité et sont en partie responsables d'une hausse des prix ces dernières années, atteste Cynthia Rosenzweig, auteure principale chargée de la coordination du rapport spécial du GIEC et climatologue au Goddard Institute for Space Studies de la NASA.

Les inondations majeures survenues dans le Midwest des États-Unis cette année ont grandement retardé l'ensemencement des cultures de soja et de maïs, réduisant donc au passage leur rendement potentiel. Les sécheresses ont fané les champs de riz en Thaïlande et en Indonésie alors qu'en Inde, ce sont les plantations de cane à sucre et d'oléagineux qui ont brûlé sous la chaleur.

En Europe cet été, les vagues de chaleur d'une intensité record ont affecté de nombreuses cultures, touchant notamment la production vinicole française avec une baisse annoncée de 13 %.

« Le risque d'insuffisance des régions considérées comme greniers à blé est également à la hausse, » indiquait Rosenzweig lors d'une conférence de presse tenue à Genève.

L'expression greniers à blé fait référence aux grandes régions productrices de céréales, comme les hautes plaines des États-Unis, ou de riz, comme l'Asie du Sud-Est.

Les rendements de différentes cultures et les taux de croissance des animaux sont déjà à la baisse. Il faut également s'attendre à une diminution des niveaux de nutrition avec le prolongement des émissions de CO2, un phénomène qui place les pays déjà pauvres en situation de risque sévère de famine et de malnutrition, explique-t-elle.

 

lancer le diaporama

UN BESOIN CRIANT DE RÉFORMES PROFONDES

Le rapport spécial du GIEC est le premier à aborder de façon globale les interactions entre la terre et le climat. Il a réuni 103 experts originaires de 52 pays et s'étale sur plus de 1 300 pages. Une synthèse de 65 pages a été publiée aujourd'hui, elle s'intitule « Summary for Policymakers » (en français, Résumé à l’intention des décideurs, ndlr). Celle-ci a été approuvée ligne après ligne par les divers gouvernements du monde réunis en comité spécial cette semaine à Genève.

« C'est un rapport de très grande envergure à l'ambition sans précédent. Le consensus sur le résumé a été difficile à atteindre, » témoigne Jim Skea, coprésident d'un groupe de travail du GIEC.

En ce qui concerne les systèmes alimentaires, le rapport préconise une transition de l'agriculture industrielle vers une gestion des terres plus durable à l'aide des techniques mises au point dans le cadre des agricultures biologique et agroécologique.

« Nous devons absolument protéger la qualité de l'ensemble des terres utilisées pour produire de la nourriture, » déclare l'un des auteurs principaux du rapport spécial, Louis Verchot, du Centre international d’agriculture tropicale.

Cela signifie qu'il faut stopper la dégradation des sols, de l'eau, de la vie des insectes ou de tout autre élément de la biosphère allant des terres agricoles aux assiettes des consommateurs, explique Verchot.

L'agriculture et les systèmes alimentaires doivent être réformés car ils sont en grande partie responsable du dérèglement climatique en produisant environ un tiers du total des émissions carbone, annonce Mark Howden, directeur du Climate Change Institute de l'université nationale australienne.

Ils peuvent néanmoins faire partie de la solution. Des méthodes de production alimentaire plus efficaces et durables peuvent aider à réduire les émissions grâce à la libération des terres dont les sols et la végétation pourront ensuite être utilisés pour stocker du carbone, notamment dans les arbres, ajoute Howden, également coprésident d'un groupe de travail du GIEC.

« La réduction des pertes et du gaspillage alimentaires, dont la proportion atteint aujourd'hui 25 à 30 % de la production mondiale, pourrait avoir des bénéfices similaires, » indique-t-il par e-mail.

 

LES CHOIX QUI S'IMPOSENT

Les sols sont victimes de l'immense pression imposée par le développement. Cependant, les émissions carbone peuvent être réduites et les écosystèmes protégés tout en augmentant la production alimentaire, assure Pamela McElwee de l'université Rutgers, figurant elle aussi parmi les auteurs principaux du rapport.

« Nous n'avons besoin d'aucune nouvelle technologie, il suffit simplement de prendre des décisions éclairées, » avait-elle déclaré à l'occasion d'une conférence de presse.

Ces décisions visent notamment l'arrêt de la déforestation dans les régions tropicales, la protection des tourbières et des zones humides côtières, la suppression du gaspillage et la diminution de notre consommation de viande. Autre décision importante, la transposition des pratiques agricoles durables à plus grande échelle afin de produire davantage de nourriture tout en occasionnant une augmentation des niveaux de carbone organique dans le sol, une amélioration des conditions de vie des petits producteurs et un renforcement de la biodiversité.

« Je n'irai pas jusqu'à dire que ces décisions tombent sous le sens mais…, » laisse-t-elle entendre.

Ce qui tombe effectivement sous le sens en revanche, c'est la protection immédiate des espaces forestiers restants, souligne Charlotte Streck, directrice du think tank Climate Focus. Elle ajoute que la nette hausse de la consommation de viande en Chine et en Asie constitue un réel problème pour les forêts et le climat. Il est plus sain de consommer moins de viande et puisque 60 % des terrains agricoles sont consacrés à l'élevage, réduire notre consommation de viande entraînera la libération d'un vaste territoire pour le reboisement, affirme-t-elle.

« La valeur intrinsèque des forêts est gigantesque, » observe Carlos Nobre, directeur de recherche à l'université de São Paulo au Brésil.

Le problème étant qu'à l'heure actuelle, sous la présidence de Jair Bolsonaro, le gouvernement brésilien ne voit aucune valeur économique dans la protection des forêts. La déforestation de l'Amazonie s'est intensifiée de 40 % l'année dernière, signalait Nobre lors d'une conférence de presse.

« Dans les régions tropicales, peu de dirigeants politiques parviennent à saisir l'importance de la protection des forêts, » ajoute-t-il.

À présent, les différentes nations doivent assimiler les conclusions du rapport spécial pour les inclure à leurs plans d'action climatique et les intégrer à leurs engagements nationaux accrus envers la réduction des émissions, déclare Stephan Singer, conseiller principal chez Climate Action Network International. Dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat, il est attendu que la grande majorité des pays renforcent leurs engagements climatiques l'année prochaine.

« Ces nouveaux engagements devront inclure l'absence de déforestation, la restauration légiférée des forêts dégradées, le soutien de l'agriculture durable et la protection des droits territoriaux des communautés indigènes et locales, » développe Singer.

Les pays les plus riches devront réduire leurs émissions carbone à zéro d'ici 2050 et apporter des aides financières massives aux pays en développement pour la protection de leurs forêts.

« Les gouvernements font face à des choix difficiles aujourd'hui car ils ont fait preuve de négligence ces 30 dernières années, » estime-t-il. « C'est notre dernier recours pour respecter l'objectif des 1,5 °C, ou du moins s'en approcher. »

Dans le cadre de l'accord de Paris signé en 2015, tous les pays du monde se sont entendus pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C afin de modérer les dégâts occasionnés par le changement climatique.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite