Les emballages alimentaires sont désormais les déchets les plus présents sur les plages

Le grand nettoyage 2019 mené sur 39 358 kilomètres de plages dans 116 pays a permis de collecter 4,7 millions d'emballages alimentaires, qui pour la première fois supplantent les mégots de cigarettes dans ce triste classement.

Tuesday, September 8, 2020,
De Laura Parker
Photographie de Randy Olson, Nat Geo Image Collection

Les papiers de bonbons et autres barquettes de frites sont devenus les déchets plastique les plus couramment abandonnés sur les plages, dépassant pour la première fois les mégots de cigarettes dans ce triste classement.

Cette conclusion est tirée du dernier rapport de l'Ocean Conservancy sur le grand nettoyage annuel des plages. Plus de 20,8 millions de tonnes de déchets ont été collectées sur les plages de 116 pays en 2019. Cela représente 32,5 millions d'articles ramassés en une seule journée.

Les emballages en plastique, qui représentaient près de 45 % des plastiques produits en Europe, aux États-Unis, en Chine et en Inde entre 2002 et 2014, sont devenus le principal type de déchets, supplantant les mégots de cigarettes qui sont restés à la première place du classement pendant les 34 ans d'histoire de nettoyages des plage de l'Ocean Conservancy ; les voilà relayés en deuxième position avec 4,2 millions de mégots collectés. Les emballages alimentaires, eux, étaient au nombre de 4,7 millions.

Un recueil d'articles collectés, classés par pays et par type, a été publié en ligne. Les déchets ont été récupérés sur les plages de tous les continents, à l'exception de l'Antarctique. 

Les autres éléments du top dix du classement concernent la nourriture et les boissons, et la plupart d'entre eux ne sont pas recyclables. La liste comprend des bouteilles et des bouchons, des pailles et des agitateurs, des tasses, des couvercles, divers contenants et sacs en plastique. Si les bouteilles sont facilement recyclables pour la plupart, les emballages en plastique légers sont souvent rejetés pendant les opérations de recyclage car ils se coincent dans les machines.

Les mégots de cigarettes, en acétate de cellulose, ont longtemps été considérés par les scientifiques du groupe environnemental comme une anomalie - un problème distinct qui ne répond pas aux grandes tendances de consommation liées aux déchets plastiques. Lors des futures actions de nettoyage, selon le nombre de bénévoles et de plages nettoyées, les mégots de cigarettes omniprésents pourraient reprendre la première place du classement, selon Nicholas Mallos, qui dirige le programme Trash-Free Seas (Plages sans déchets en français, ndlr) d'Ocean Conservancy.

« Les emballages alimentaires ne font que souligner la production non durable d'emballages jetables à usage unique », dit-il. Pour compliquer les choses, la plupart des emballages alimentaires ne sont pas recyclés par les consommateurs ou ne peuvent pas du tout être recyclés - une condition qui, selon Mallos, souligne les « lacunes flagrantes » de la gestion des déchets plastiques dans une grande partie du monde.

Voici la quantité de plastique qui recouvre le fond des océans

L'Ocean Conservancy a catalogué chaque élément collecté lors des nettoyages de plages depuis 1986, date à laquelle le premier a eu lieu, et a compilé ce qu'il considère comme la plus grande base de données au monde de débris marins par type, avec plus de 400 millions d'articles. La chronologie montre généralement les tendances du comportement des consommateurs, et la disponibilité de divers produits. Par exemple, les canettes et les sacs en papier sont sortis du top 10 après le nettoyage de 2009, environ une décennie après que l'eau en bouteille s'est largement répandue dans le monde et que l'utilisation de sacs en plastique dans les épiceries a dépassé celle des sacs en papier. Les bouteilles en verre ont disparu du top dix en 2017. 

« L'ensemble des données de l'Ocean Conservancy est un instantané si important de la pollution plastique pour tous ceux qui se sentent concernés par ce problème dans le monde », déclare Jenna Jambeck, professeur d'ingénierie à l'Université de Géorgie et exploratrice National Geographic. « Je me réfère à ces données depuis que j'ai commencé à étudier ce sujet il y a 19 ans. »

Les déchets collectés en 2019, quantifiés par les statisticiens du groupe en termes adaptés aux créatures océaniques, comprenait suffisamment de pailles pour que 322 poulpes boivent huit smoothies par jour pendant un an et suffisamment de couverts en plastique pour servir un repas de trois plats à 66 000 requins. Les volontaires ont également collecté suffisamment de lignes de pêche pour qu'un oiseau de mer puisse pêcher à 88 kilomètres au-dessus de la surface de l'océan.

Comme d'habitude, le nettoyage de 39 358 kilomètres de plages, de l'Asie-Pacifique à l'Atlantique Nord en passant par l'Amérique du Sud, a également permis de collecter nombre de bizarreries. Un nain de jardin est ainsi apparu sur une plage au Japon, un barbecue à Hong Kong, une baignoire en Jamaïque, une planche à repasser au Venezuela, un canapé dans l'ouest du Mexique, un sac de golf en Norvège et une torche tiki en Californie.

Le nettoyage des plages 2020 aura lieu comme d'habitude le troisième samedi de septembre. Mais en raison de la pandémie de COVID-19, les bénévoles seront encouragés à travailler seuls ou en petits groupes - ou à se concentrer sur la réduction de leurs propres déchets ménagers cette année.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite