Les conditions météorologiques extrêmes de l'été 2023 seront-elles la nouvelle norme ?

La Terre vient de connaître l'été le plus chaud jamais enregistré. Les scientifiques affirment qu'il ne s'agit pas d'une anomalie, mais seulement du début des catastrophes qui se produiront à mesure que le changement climatique s'aggravera.

De Kieran Mulvaney
Publication 11 sept. 2023, 11:36 CEST
extreme-summer-weather

Un hélicoptère largue de l'eau sur un feu de forêt qui brûle en juillet dans le comté de Riverside, en Californie.Les scientifiques affirment que les incendies de forêt, les vagues de chaleur, les inondations extrêmes et d'autres catastrophes environnementales s'aggravent à mesure que le changement climatique progresse.

PHOTOGRAPHIE DE Allen J. Schaben, Los Angeles Times, Getty Images

Aux deux tiers de l'année, 2023 semble destinée à rester dans les mémoires comme l'année où des phénomènes météorologiques extrêmes ont ébranlé l'hémisphère nord.

Les mois d'été ont été marqués par une litanie d'événements météorologiques extrêmes : incendies de forêt au Canada. Un « début inhabituellement précoce et agressif » de la saison des ouragans dans l'Atlantique. Un incendie de forêt dévastateur sur l'île hawaïenne de Maui, alimenté par la chaleur et les vents cycloniques, qui a pratiquement détruit une ville historique...

Selon le service de l'Union européenne Copernicus, qui fournit des informations géographiques sur l'occupation des sols et les changements qui y sont liés, la période allant de juin à août 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée dans l'hémisphère nord, dépassant de 0,66°C la moyenne de la période 1991-2020.

Une nouvelle analyse réalisée par l'organisation à but non lucratif Climate Central établit un lien direct entre ces températures et le changement climatique. Selon elle, près de la moitié de la population mondiale (3,9 milliards de personnes) a connu 30 jours ou plus entre juin et août, avec des températures rendues au moins trois fois plus probables par le changement climatique.

« Pratiquement personne sur Terre n'a échappé à l'influence du réchauffement climatique au cours des trois derniers mois », a déclaré Andrew Pershing, vice-président scientifique de Climate Central, dans un communiqué de presse. « Dans tous les pays que nous avons pu analyser, y compris dans l'hémisphère sud où cette période de l'année est la plus fraîche, nous avons observé des températures qu'il serait difficile, voire impossible, d'atteindre sans le changement climatique causé par l'Homme. La pollution par le carbone est clairement responsable de la chaleur record de cette saison. »

 

UN LIEN DIFFICILE À NIER

Il est difficile de faire le lien entre le changement climatique et les conditions météorologiques extrêmes de cet été, mais les scientifiques ont sur ce point des avis de moins en moins réservés.

Lors d'une conférence de presse organisée pour annoncer les conclusions de Climate Central, Friederike Otto, physicienne à l'Imperial College de Londres, a déclaré que l'intensité des incendies de forêt au Québec, qui ont recouvert de fumée de vastes régions des États-Unis, « a augmenté d'environ 50 % en raison du changement climatique induit par l'Homme » et que les conditions météorologiques qui ont permis à ces incendies de se développer ont été « rendues au moins deux fois plus probables » par le réchauffement du climat.

Toutefois, Friederike Otto, cofondateur de l'initiative « World Weather Attribution », reconnaît qu'en raison des multiples composantes impliquées dans les phénomènes météorologiques extrêmes, « la quantification varie considérablement en fonction des différentes méthodes et des différents modèles. »

C'est pourquoi certains scientifiques préfèrent parler en termes plus généraux de la manière dont le changement climatique a provoqué les phénomènes météorologiques extrêmes de l'année.

« Nous pouvons affirmer, avec une grande confiance, que nous n'assisterions pas aux extrêmes météorologiques sans précédent de l'été que nous venons de vivre sans un réchauffement d'origine anthropique dû à la pollution par le carbone générée par les combustibles fossiles », déclare Michael Mann, directeur du Penn Center of Science, Sustainability and the Media, par email.

Mais il affirme que les analyses qui tentent d'attribuer des événements spécifiques au changement climatique peuvent parfois passer à côté d'une perspective plus large : le réchauffement affecte des schémas météorologiques à plus long terme, par exemple en déformant le jet stream, la bande de vents d'ouest qui fait le tour de l'hémisphère nord. Un certain nombre de chercheurs craignent que le réchauffement de l'Arctique n'affaiblisse le jet stream, permettant ainsi à l'air chaud des tropiques de remonter vers le nord et de prolonger les vagues de chaleur, d'alimenter les incendies de forêt et de faire fondre l'Arctique.

C'est pourquoi, explique Mann, dont le dernier livre sur le changement climatique sera publié dans le courant du mois, il « préfère parler de l'impact du changement climatique sur les processus de base liés à tous ces événements, ce qui inclut non seulement le fait évident que les vagues de chaleur sont plus fréquentes et plus intenses sur une planète en réchauffement, mais aussi le fait que les continents plus chauds perdent davantage d'humidité par évaporation en été. »

Ce qui pourrait sembler n'être qu'une vague de chaleur peut déclencher une cascade de catastrophes. Des sécheresses plus graves entraînent des incendies de forêt plus dévastateurs. En outre, une atmosphère plus chaude peut contenir davantage de vapeur d'eau, de sorte que lorsque la pluie arrive, elle est souvent plus lourde et plus susceptible d'entraîner des inondations.

Stephen MacAvoy, du département des sciences de l'environnement de l'American University, ajoute que la clé pour comprendre l'avenir des conditions météorologiques est de supposer une augmentation des phénomènes « extrêmes et erratiques ».

« Les conditions actuelles ne seront pas nécessairement aggravées », explique-t-il. « Si le temps est sec, il ne deviendra pas nécessairement plus sec. Et si c'est humide, ce ne sera pas forcément plus humide. Mais il y a de fortes chances que ce soit étrange, franchement. Le Texas ne s'attendait pas à être gelé en 2021 ».

 

UNE NOUVELLE DÉFINITION DE L'ÉTÉ

Les chercheurs en climatologie s'accordent toutefois sur le fait que l'été que nous venons de vivre ne sera pas une anomalie sur les registres. Il se peut que nous ne connaissions pas de conditions extrêmes de même ampleur l'année prochaine ou l'année suivante, mais nous les connaîtrons encore et encore.

« En ce qui concerne les conditions météorologiques extrêmes, nous devons nous y habituer », abonde MacAvoy. Mais il réfute l'idée que 2023 présage d'une « nouvelle normalité. »

« Cette formulation me pose problème », explique-t-il. « La normalité implique la stabilité, et nous ne sommes pas dans une nouvelle normalité, car tout change et continuera de changer. »

Mann le rejoint sur ce point. « J'ai parfois préféré l'expression "un nouvel état anormal", mais le problème fondamental de cette formulation est qu'elle donne l'impression que nous sommes arrivés à un nouvel état du climat et qu'il suffit de trouver un moyen de s'y adapter », explique-t-il. « Mais c'est bien pire que cela. À mesure que nous continuons à réchauffer la planète, tout cela ne fait qu'empirer. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.