Les dauphins s'entraident et utilisent des outils pour se nourrir

Qu'il s'agisse d'encercler des poissons dans un anneau de boue ou de se protéger avec des éponges, ces mammifères marins font preuve d'une ingéniosité infinie.

Publication 28 oct. 2021, 17:13 CEST
NationalGeographic_2190753
Bottlenose dolphins swim in Mozambique's Ponta Do Oro Marine Reserve. Bottlenose dolphins are among the most highly studied dolphin species.
Photographie de Thomas P. Peschak, Nat Geo Image Collection

Il ne fait aucun doute que les dauphins sont des êtres extraordinairement intelligents. Mais la façon dont ils usent de leur intelligence pour survivre continue d'étonner les biologistes marins, qui découvrent chaque année de nouveaux comportements pour le moins fascinants.

Il existe 36 espèces de dauphins connues. Du dauphin d'Hector de 1.2 à 1.4 mètre de long à l'orque qui peut faire la taille d'un camping-car, toutes doivent attraper de la nourriture sans pouvoir s'aider d'un membre.

L'une des espèces les plus étudiées, le grand dauphin, a développé d'impressionnantes stratégies de chasse. Par exemple, avec quelques coups de queue puissants et un mouvement de nage circulaire, ces prédateurs encerclent un banc de poissons dans une tornade de boue. Pour les poissons, le panache ressemble à un mur impénétrable, ce qui les fait paniquer. Ils tentent de sauter par-dessus, à la surface de l'eau. Malheureusement pour eux, c'est là que d'autres dauphins affamés les attendent la gueule ouverte. 

Jusqu'à récemment, cette technique de chasse était considérée comme propre à quelques populations de grands dauphins vivant en Floride. Mais une étude récente publiée dans la revue Marine Mammal Science prouve que ce comportement est plus répandu qu'on ne le pensait. Il a été également observé au Belize et au Mexique, comme le souligne Eric Ramos, responsable de l'étude et biologiste marin à la City University de New York.

Bien qu'il soit techniquement possible qu'un dauphin connaissant cette technique se soit déplacé, emportant avec lui ce précieux savoir-faire jusqu'en Floride, Ramos pense que cette explication est peu probable. Il estime que des populations de dauphins distinctes vivant dans des habitats similaires ont innové indépendamment pour arriver à la même stratégie.

« Quoi qu'il en soit, c'est vraiment cool », sourit Ramos, et ce n'est qu'une des nombreuses façons intelligentes dont les dauphins ont appris à se nourrir.

 

JEUX DANGEREUX

Pour un mammifère marin, il est périlleux de s'approcher trop près du rivage, où l'animal pourrait s'échouer et mourir. Cependant, certaines espèces de dauphins prennent volontiers le risque en chassant les poissons sur la plage, puis en les engloutissant avant revenir dans leur sillage.

« C'est extrêmement dangereux », déclare Janet Mann, écologiste comportementale à l'Université de Georgetown à Washington, qui étudie le comportement des grands dauphins de l'Indo-Pacifique de Baie Shark, en Australie.

L'écologiste explique que l'un des dauphins de « plage » les plus en vue, une femelle nommée Jamaïque, s'est présentée avec des marques de brûlures il y a quelques années, probablement causées par une exposition prolongée au soleil après être restée coincée sur le rivage.

L'échouage est une autre stratégie rare observée seulement dans quelques endroits, en Caroline du Sud et à Baie Shark notamment. « C'est un comportement vraiment intéressant, car il ne concerne que quelques animaux », explique Mann.

 

LE TEMPS DES REPAS

Lorsqu'un dauphin frappe de sa queue la surface de l'eau, il ne s'agit pas d'un jeu mais d'un comportement de chasse redoutable.

Selon l'endroit où ils vivent dans le monde, les dauphins peuvent utiliser leur queue pour assommer les poissons et même les faire monter en flèche avant de se déplacer pour les tuer. 

Certaines populations de dauphins à longs becs australiens effectuent une manœuvre au cours de laquelle elles frappent des poulpes pour les projeter hors de l'eau, tentant ainsi de les déstabiliser avant de les dévorer.

D'autres dauphins évoluant dans la baie Shark en Australie frappent la surface de l'eau tout en enfouissant leur nez dans les herbiers en contrebas, peut-être pour chasser les poissons de leur cachette. Les scientifiques ont surnommé ce comportement le kerplunk.

 

UN MODE COOPÉRATIF

De nombreux animaux travaillent ensemble pour s'attaquer à leurs proies. Mais peu d'entre eux font équipe avec les humains.

Au Brésil, des grands dauphins communs rassemblent des poissons vers le rivage où les pêcheurs attendent. L'eau jusqu'à la poitrine et aux aguets, les pêcheurs jettent leurs filets au moment précis où les dauphins s'approchent.

« Les pêcheurs capturent clairement beaucoup plus de poissons et parfois même de plus gros poissons lorsqu'ils suivent les signaux des dauphins » explique Mauricio Cantor, écologiste comportemental à l'université d'État de l'Oregon. « Et comme l'eau peut être très trouble, vous ne pouvez tout simplement pas voir où se trouvent les poissons [sans leur aide]. »

Bien sûr, les dauphins, eux, peuvent très bien les « voir » grâce à leur sonar intégré, c'est ce qu'on appelle l'écholocalisation. Et ils en profitent aussi, souligne Cantor, car les pêcheurs et leurs filets agissent comme une barrière contre laquelle ils peuvent repousser les poissons. Ce travail d'équipe fait ses preuves depuis environ 120 ans au Brésil.

 

LES OUTILS

Depuis les années 1980, des chercheurs ont suivi quelques dizaines de dauphins dans Baie Shark, qui pratiquent l'art de « l'éponge », un exemple d'utilisation d'outils.

Cela se produit lorsqu'un dauphin arrache une éponge du fond marin et laisse l'animal mou sur son nez, probablement comme protection pendant qu'il laboure le fond rocheux à la recherche de poissons. Cette technique permet également aux prédateurs d'effrayer les petits poissons qui peuvent se cacher du sonar naturel des prédateurs.

Rare : une mère tursiop a adopté un petit dauphin d'une autre espèce

L'éponge est plus qu'un passe-temps, dit Mann : Selon ses recherches, les dauphins sont culturellement distincts de leurs voisins.

« Les dauphins utilisant des éponges se démarquent vraiment comme étant plus solitaires et moins sociables », dit-elle. « Le plus intéressant ici, c'est que l'éponge semble être transmise de mère en fille. L'une des femelles découvertes en 1984 est toujours en train de suivre cette technique », explique Mann. « Elle a 37 ans. »

Encore moins courant, les chercheurs ont observé un comportement connu sous le nom de « bombardement ».

« Les dauphins mettent leur bouche dans l'ouverture d'une coquille, la remontent à la surface, puis la secouent pour que les poissons tombent dans leur gueule ouverte », explique Sonja Wild, écologiste comportementale à l'Université de Constance en Allemagne, qui a dirigé une étude sur les bombardements chez les dauphins de Baie Shark en 2020.

Avec l'imagerie satellite et les drones, ainsi que la prolifération des smartphones, il est probable que les scientifiques continueront d'ajouter de nouvelles découvertes à la liste déjà longue des comportements des dauphins.

« La technologie nous permet d'accéder à des choses que nous ne pouvions jamais voir auparavant. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
Nouvelle-Angleterre : le retour du Grand requin blanc
Animaux
La présence de requins équilibre la vie océanique
Animaux
Big Bull, l'une des plus grandes requins-bouledogues du monde, a eu des petits
Animaux
Le parasite responsable de la toxoplasmose modifie le comportement des mammifères
Animaux
Découverte : les araignées du monde entier mangent des serpents

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.