Environnement

Les plus vieux arbres d'Afrique se meurent

Un mystérieux tueur terrassent des baobabs millénaires.

De Nadia Drake
Un immense baobab domine la savane dans le parc national Kruger National, en Afrique du Sud.

Dans la province du Limpopo en Afrique du Sud, un baobab est devenu si grand et si fort que ses voisins humains ont décidé de construire un pub à l'intérieur du tronc creux de l'arbre qui mesurait plus de 45 mètres.

Pendant deux décennies, le baobab de Sunland a attiré les touristes qui rêvaient de savourer une pinte à l'intérieur d'un arbre. Mais en août 2016, l'une des tiges de ce géant de sève formant le mur intérieur s'est fissurée avant de s'effondrer. Huit mois plus tard, un autre gros morceau est tombé à son tour, et maintenant cinq des branches principales de l'arbre sont mortes, ne laissant que la moitié du baobab encore debout.

Bien que la disparition de l'arbre Sunland puisse être une conséquence de la fréquentation humaine, elle fait partie d'une tendance globale alarmante : un pourcentage étonnamment élevé des baobabs les plus anciens et les plus grands d'Afrique sont morts depuis 12 ans, selon des scientifiques du journal Nature Plants.

Le destin de l'arbre Sunland pourrait être un signe avant-coureur d'un avenir sans arbres dans cette région du monde. Le coupable est encore inconnu, bien que les scientifiques y voit l'ombre planante du changement climatique.

« Il est très surprenant de visiter des baobabs monumentaux, âgés de plus de mille à deux mille ans, qui semblent être en bonne santé, et de les retrouver après plusieurs années mourant ou déjà morts », explique le coauteur de l'étude Adrian Patrut de l'Université Babes-Bolyai, en Roumanie.

« Statistiquement, il est pratiquement impossible qu'un aussi grand nombre de grands baobabs meurent en si peu de temps pour des raisons naturelles. »

 

DES FORÊTS MOURANTES

Les baobabs se caractérisent par leurs troncs épais et leurs branches clairsemées, qui donnent parfois l'impression que les arbres ont été plantés à l'envers. En raison de la façon dont ils grandissent - des branches poussent dans une structure en forme d'anneau - les baobabs sont célèbres pour leur tronc creux parfois assez grand pour divertir (ou emprisonner) les gens à l'intérieur. 

Plus anciens arbres au monde, les neuf espèces du genre Adansonia ont acquis une profusion de noms familiers et de rôles dans les folklores locaux, et sont des acteurs précieux dans les forêts sèches, les déserts et les savanes d'Afrique, d'Arabie et d'Australie.

Adrian Patrut a commencé à étudier les baobabs au début des années 2000, et a passé la majeure partie des 15 dernières années à identifier plus de 60 des plus grands spécimens les plus anciens, ayant recours à la datation par radiocarbone pour déterminer l'âge des arbres. Contrairement aux arbres tels que les séquoias et les chênes, l'âge des baobabs ne peut pas être simplement estimé en comptant leurs anneaux de croissance. Au fur et à mesure où les arbres poussent, leurs anneaux s'estompent ou sont effacés, et leurs cavités intérieures rendent les signes plus anciens difficiles à percevoir.

“Statistiquement, il est pratiquement impossible qu'un aussi grand nombre de grands baobabs meurent en si peu de temps pour des raisons naturelles.”

de Adrian Patrut

Patrut s'est principalement concentré sur le baobab africain, Adansonia digitata, répandu à travers l'Afrique continentale et les îles environnantes.

La majorité des baobabs africains les plus grands et les plus anciens poussent en Afrique australe, dit-il. Mais depuis 2005, huit des treize arbres les plus vieux et cinq des six plus grands ont subi des effondrements partiels catastrophiques ou sont complètement tombés et sont morts. Ceux-ci comprennent des arbres bien connus qui sont devenus célèbres pour leur taille ou de l' architecture naturelle comme le baobab Sunland, ainsi que le baobab sacré Panke, un arbre géant en Namibie appelé Grootboom, et du Botswana Chapman de baobabs.

Bien qu'il s'agisse là d'un petit ensemble de données, la tendance est alarmante. « Nous avons l'impression que nous survivront aux baobabs, eux qui sont parvenus à survivre à plusieurs générations d'Hommes », explique Patrut.

L'explorateur National Geographic, Henry Ndangalasi, botaniste à l'Université de Dar Es Salaam en Tanzanie, reconnaît que la découverte est révélatrice et inquiétante : « Je pense que nous tenons pour acquis que ces arbres géants n'auront jamais de failles », dit-il.

 

UNE TENDANCE INQUIÉTANTE

Patrut et ses collègues ne pensent pas que la mort des arbres soit le résultat d'une maladie et suggèrent plutôt que la vague de mortalité constatée pourrait être le résultat d'un climat plus chaud et plus sec. En dehors de ces arbres immenses, l'équipe note que d'autres baobabs matures meurent à un rythme accéléré, en particulier dans les zones où le climat se réchauffe plus rapidement.

Les recherches complémentaires doivent être menées pour établir le lien entre le changement climatique et la mortalité des baobabs. Une autre étude, publiée dans Biological Conservation, a déjà conclu que les climats changeants nuiront à deux des trois espèces de baobabs présentes à Madagascar.

Là, l'augmentation des températures et les variations plus extrêmes des précipitations saisonnières limiteront la pousse de ces arbres.

Ces arbres peuvent vivre pendant plus de deux mille ans, et même si les chercheurs suivent scrupuleusement les plus anciens, il est étonnant que plus de 70 % d'entre eux soient morts en si peu de temps.

En d'autres termes, trop d'arbres meurent trop rapidement pour que la tendance soit naturelle.

Lire la suite