Espace

Cinq ans sur Mars : l’extraordinaire voyage du rover Curiosity

Alors que la NASA se prépare à lancer un nouveau rover sur la planète rouge, Curiosity peut célébrer son voyage bien chargé.

Le rover est équipé de capteurs et d’instruments pour enregistrer les données caractérisant le paysage martien. …
lancer le diaporama

Voilà cinq années terrestres que le rover de la NASA Curiosity a effectué sa périlleuse descente à travers la fine atmosphère de Mars, atterrissant avec succès sur le sol poussiéreux de la Planète rouge.

Parallèlement, une prochaine mission est en cours de planification pour 2020, avec un nouveau rover qui sera équipé d’un hélicoptère maniable capable d’aider son volumineux compagnon à trouver son chemin sur la surface rocailleuse de la planète. Cela permettra d’augmenter la distance globale parcourue par le rover en une journée. De la taille d’une boîte de mouchoirs environ, l’hélicoptère survolera le rover, à la recherche de la meilleure trajectoire et des sites les plus intéressants à explorer.

Curiosity a passé ces cinq dernières années à parcourir le cratère Gale – une zone de basse altitude que les scientifiques considèrent comme la plus susceptible d’avoir accueilli une forme de vie dans le passé, si tant est que cela ait pu se produire. Depuis son arrivée triomphale dans le cratère, ce « laboratoire sur roues » de la taille d’une voiture a parcouru près de 11 kilomètres, prenant des photos, collectant des échantillons et analysant les roches, d’après les informations d’Ashwin Vasavada, responsable adjoint du projet.

Au début de sa mission, le rover a permis de mettre en évidence l’existence d’un ancien lac d’eau douce en récoltant des sédiments dans la Baie de Yellowknife, le point le plus bas du cratère. S’il est pour le moment impossible d’affirmer que la planète a un jour abrité une vie extraterrestre, la découverte de la présence d’eau dans le passé et de composants et de nutriments contenant du carbone permet d’envisager cette possibilité.

Le rover a terminé son expédition d’un an vers la base de Mount Sharp (aujourd’hui Aeolis Mons), gigantesque monticule de couches sédimentaires culminant à plus de 5000 mètres au milieu du cratère Gale.

Ces couches sédimentaires sont probablement « les témoins géologiques d’une longue période de temps, à l’instar des sédiments du Grand Canyon », déclare Vasavada. En examinant les couches une à une, les scientifiques espèrent en apprendre plus sur l’histoire de la vie de ce désormais désert de glace.

En fait, le rover fournit une telle quantité d’informations sur la planète que même les petites avancées des scientifiques « ne parviennent pas à raccourcir la liste [des points à étudier] », déclare Vasavada. Les chercheurs effectuent ainsi un suivi des quantités de méthane dans l’atmosphère de Mars, qui fluctuent sur la base d’un facteur pouvant aller jusqu’à 10 pour des raisons inconnues. Le rover monitore aussi les conditions météo et les vents particuliers qui balayent le grand bassin du cratère Gale.

Même après cinq années de travail, le rover est fonctionnel et plein de "vie". En se plaçant du point de vue de l’engin, Vasavada raconte que « nous n’avons pas l’impression de vieillir ! Nous avons le sentiment que l’avenir nous réserve encore beaucoup de choses. »

Lire la suite