Histoire

Où est vraiment né Jésus ?

Les Évangiles prétendent qu’il serait né au cœur de l’hiver dans une petite étable à Bethléem, une ville de Judée située à 10 km au sud de Jérusalem. Les Écritures ont-elles une part de vérité historique ? Vendredi, 1 décembre

De Rédaction National Geographic

Dans le froid de l’hiver, Marie et Joseph peinent à trouver un lieu dans Bethléem pour les accueillir. Toutes les pensions de la ville leur tournent le dos, alors que la naissance de leur fils est imminente. Ils se réfugient alors dans une petite grotte qui fait office d’étable. Dans l’Évangile de Luc, c’est là que Jésus a vu le jour, emmailloté et couché dans une mangeoire, réchauffé par la chaleur des bêtes : l’âne et le bœuf installés à ses côtés dans la crèche. L’Évangile de Matthieu évoque également sa naissance à Bethléem, sans plus de détails.

Mais les historiens soupçonnent les deux évangélistes d’avoir fait naître Jésus à Bethléem pour établir un lien entre lui, paysan de Galilée, et une ville de Judée dont l’Ancien Testament annonçait qu’elle serait le berceau du Messie. Les archéologues, eux, ne trouvent aucune trace de sa naissance dans la ville. Les fouilles dans la basilique de la Nativité, construite au niveau de l’étable, n’ont révélé ni objet de l’époque, ni indice suggérant que le site était consacré pour les premiers chrétiens.

Le premier témoignage incontestable de vénération de la grotte remonte au IIIe siècle. Origène, un théologien d’Alexandrie, écrivait : « À Bethléem, on peut voir la grotte où [Jésus] est né. » Au début du IVe siècle, Constantin, premier empereur romain chrétien, envoya une délégation en Terre sainte afin d’identifier les lieux associés à la vie du Christ et de les sanctifier par la construction d’églises et de sanctuaires. Ayant localisé ce qu’ils considéraient être la grotte de la Nativité, les délégués y firent bâtir une église, ancêtre de celle d’aujourd’hui.

Les chercheurs ne savent donc pas quel est le véritable lieu de naissance du Christ, faute de preuves matérielles. Le vieil adage de l’archéologie est plus que jamais d’actualité : « L’absence de preuve n’est pas la preuve de l’absence. »

 

Dans le numéro de décembre 2017 du magazine National Geographic, l’histoire de Jésus, étudiée de près par des archéologues et des historiens.

Lire la suite