Histoire

Périclès, le père de la démocratie radicale

Périclès a offert à Athènes sa période la plus faste grâce au soutien qu'il a apporté aux arts, à l'architecture, à la philosophie et à l'instauration de la démocratie. Jeudi, 11 avril

De National Geographic

Périclès était un homme d'état de la Grèce antique né vers 495 avant notre ère et mort en 429, 66 ans plus tard. L'empreinte qu'il a laissée sur le monde dépasse allègrement l'iconique Acropole qui aujourd'hui encore façonne la silhouette de la ville d'Athènes. Il a posé les fondements de la démocratie et sa carrière politique coïncide avec l'âge d'or de la capitale grecque, une époque à laquelle l'art, l'architecture, la philosophie et la ville elle-même ont atteint de nouveaux sommets.

Sa renommée, Périclès l'a dans un premier temps acquise par le mécénat des arts alors qu'il était encore âgé d'une vingtaine d'années, en tant que riche aristocrate de la cité-état. En 472 avant notre ère, à l'occasion des Dionysies, il parraina la pièce Les Perses écrite par le grand tragique grec Eschyle.

La politique prit rapidement le pas sur l'art pour Périclès. En 461 avant notre ère, il aida le réformateur Éphialtès d'Athènes à organiser un vote au sein de l'assemblée populaire qui priva de tous ses pouvoirs le conseil de l'Aréopage, composé de nobles. De nombreux historiens considèrent cet événement comme la naissance de la démocratie athénienne. Après l'assassinat d'Éphialtès survenu la même année, Périclès se distingua comme le principal politicien d'Athènes et prit la tête de l'Assemblée du peuple citoyen jusqu'à sa mort, trente ans plus tard.

Périclès fut l'initiateur d'un courant démocratique appelé « démocratie radicale. » Cette expression signifie, entre autres, que les citoyens athéniens étaient rémunérés par l'État pour prendre part aux affaires publiques. Auparavant, seuls les plus riches avaient les moyens de consacrer leur temps à la politique. Périclès décida également de mettre en place une indemnité pour tous les citoyens servant comme juré, soldat, marin et administrateur. Cette évolution changea la face de la démocratie et de la société athéniennes. En effet, les citoyens les plus pauvres appelés thètes pouvaient désormais participer au même titre que les citoyens propriétaires. Brillant orateur, Périclès déclara dans sa plus célèbre Oraison funèbre que les citoyens d'Athènes percevaient « l'homme qui ne s'intéresse pas aux affaires publiques non pas comme un innocent, mais comme un insignifiant. »

 

GUERRE ET PAIX À ATHÈNES

C'est également grâce à Périclès que le rôle d'Athènes se consolida dans la ligue de Délos, une alliance militaire créée par les cités-états grecques pour repousser les Perses. Périclès finit même par asseoir la suprématie d'Athènes sur les autres membres de la ligue, dans un premier temps en y transférant le trésor de la ligue de Délos en 454 avant notre ère puis trois ans plus tard en imposant les poids et les mesures de la ville à tous les autres membres de la ligue. La ligue de Délos venait d'être assujettie par l'empire athénien.

Vers 449 avant notre ère, la ligue de Délios signa la paix de Callias, un traité qui mit fin à près de 50 ans d'affrontements avec les Perses et marqua le début de vingt ans de paix. Afin de rendre grâce aux dieux pour la victoire et de magnifier Athènes, Périclès proposa de puiser dans le trésor de la ligue de Délos pour financer un projet de construction à l'envergure prodigieuse.

Les travaux débutèrent en 447 avant notre ère, ils avaient pour ambition de transformer la colline rocheuse connue sous le nom d'Acropole en un fabuleux sanctuaire religieux. La construction nécessita plus de 20 000 tonnes de marbre pour faire sortir de terre l'iconique Parthénon et l'imposante colonnade des Propylées, l'entrée principale de l'Acropole. La prospérité fut également au rendez-vous pour l'art et la philosophie sous le règne de Périclès qui put compter sur les œuvres les plus magistrales du philosophe Socrate et des dramaturges Sophocle, Euripide et Aristophane pour faire briller Athènes.

Athènes n'allait toutefois pas connaître la paix éternelle. En 431 avant notre ère, Périclès fut à l'origine du décret qui allait mener à la guerre du Péloponnèse, contre les Spartiates. « Des plus grands dangers résultera la plus grande gloire pour l’état et pour les citoyens, » déclara-t-il lors d'une allocution face à l'Assemblée. Malheureusement, après 27 ans de guerre, Athènes essuya de lourdes pertes.

Lorsqu'une épidémie de peste éclata elle emporta avec elle plus de 20 000 citoyens, dont Périclès et ses deux fils légitimes. Athènes venait de perdre le « premier citoyen de sa patrie » mais son héritage est toujours visible dans le paysage de la ville et dans de nombreuses institutions de par le monde.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.