États-Unis : cette "flotte fantôme" est désormais un sanctuaire marin

Les espèces sauvages végétales comme animales, marines, terrestres ou aériennes, s'épanouissent au sein de cet environnement créé par plus de cent épaves et trésors archéologiques dans les eaux du fleuve Potomac sur le site de la baie de Mallows.

De Nina Strochlic
Une flotte de bateaux à vapeurs en bois datant de la Première Guerre mondiale gît à moitié recouverte par les eaux de la baie de Mallows dans le Maryland, aux États-Unis.

Il y a maintenant plus d'un siècle, plusieurs dizaines de chantiers navals répartis sur l'ensemble du territoire des États-Unis donnaient naissance à une flotte de bateaux à vapeur en bois destinés à soutenir les efforts militaires fournis contre l'Allemagne lors de la Première Guerre mondiale. Aujourd'hui, des balbuzards pêcheurs ont installé leurs nids sur les ponts de ces bateaux et des chauves-souris se reproduisent dans leurs cales. Plus de cent de ces navires historiques ont survécu, ils servent aujourd'hui de foyers végétalisés à demi-submergés aux poissons, castors et autres sauvagines le long d'un tronçon du fleuve Potomac au niveau de la baie de Mallows, dans le Maryland.

Lundi 8 juillet dernier, l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) a fait de cette zone qui s'étend sur 45 km² un National Marine Sanctuary (sanctuaire marin national), le premier en près de vingt ans. Désormais baptisé Mallows Bay-Potomac River National Marine Sanctuary, cet espace maritime renferme non seulement les survivants de la « flotte fantôme » de la Première Guerre mondiale mais également des épaves de la guerre de Sécession et même des sites archéologiques vieux de 12 000 ans.

En 1916, le 28e président des États-Unis Woodrow Wilson fondait la U.S. Emergency Fleet Corporation qui commença immédiatement à construire des centaines de navires censés lutter contre les U-Boot allemands qui attaquaient les navires de marchandises ou de passagers qui traversaient l'océan Atlantique. Suite aux nombreuses complications mécaniques et à divers problèmes de construction, aucun de ces navires ne put se rendre en Europe pendant la guerre. Plus tard, la plupart d'entre eux furent déplacés sur le fleuve Potomac afin d'être récupérés par une entreprise locale qui les abandonna dans la baie de Mallows après quelques temps. Malgré le banc de touche occupé par ces navires pendant la guerre, la NOAA indiquait dans son communiqué qu'ils « témoignaient de l'intensité de l'effort de guerre national à l'origine de l'expansion et du développement économique des communautés liées au secteur des services maritimes. »

lancer le diaporama

Des représentants de l'État et des écologistes du Maryland avaient déjà proposé le site en 2014 en espérant ainsi favoriser les initiatives touristiques et pédagogiques mais également pour créer de nouveaux emplois. De la même façon l'objectif était d'accroître les efforts de surveillance sur le site et d'obtenir des financements fédéraux. Cette première nomination ne reçut pas un accueil favorable de la part des locaux dont le travail reposait sur le fleuve Potomac, de crainte que la classification de la zone en sanctuaire maritime ne vienne alourdir les réglementations existantes et poser un obstacle au bon déroulement de leurs activités. Le dossier resta donc plusieurs années sur le bureau du gouverneur.

La baie de Mallows est déjà une attraction touristique populaire où les visiteurs peuvent slalomer en kayaks entre les nombreuses épaves au cœur d'un écosystème richement diversifié dans lequel il est par exemple possible de croiser des pygargues à tête blanche ou des balbuzards pêcheurs.

Le National Marine Sanctuary System, le système d'attribution de l'appellation National Marine Sanctuary, regroupe treize sanctuaires ainsi que deux monuments nationaux marins et protège quatre cent-trente épaves de navires et d'avions. Situé dans la région des grands lacs entre les États-Unis et le Canada, le Thunder Bay National Marine Sanctuary and Underwater Preserve fut le dernier site à recevoir cette appellation de la NOAA en 2000. Après cette date, le Congrès américain avait suspendu les attributions pour laisser le temps à la NOAA de déterminer si elle disposait des ressources nécessaires pour assurer la protection de l'inventaire existant. Le site Mallows Bay-Potomac River recevra officiellement son appellation après une période de 45 jours pendant laquelle la Chambre des représentants et le Sénat pourront tenir des audiences liées à cette attribution.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite