Comment une carte National Geographic a permis de diviser les deux Corée

Dans les dernières heures de la Seconde guerre mondiale, des responsables de l'armée américaine se sont basés sur une carte du National Geographic pour les aider à diviser la péninsule coréenne.

Friday, June 26, 2020,
De Michael Fry
Des soldats nord-coréens montent la garde dans la zone démilitarisée qui sépare les deux Corée.

Des soldats nord-coréens montent la garde dans la zone démilitarisée qui sépare les deux Corée.

Photographie de David Guttenfelder, Associated Press

Il y a soixante ans, la Corée du Nord et la Corée du Sud ont mis fin à la Guerre de Corée en acceptant l'accord d'armistice prévoyant la restauration de l'État sud-coréen. L'accord, un cessez-le-feu et non un traité de paix, prévoyait la division de la péninsule coréenne par une ligne de démarcation militaire et une zone tampon démilitarisée, dont la fonction était de « prévenir les incidents qui pourraient conduire à une reprise des hostilités ». (À lire : La guerre de Corée n'a (techniquement) jamais pris fin)

La ligne d'armistice serpente d'est en ouest l'ancienne Corée, reliant ce que les Coréens appellent la mer de l'Est à la baie de Gyeonggi, à 238 kilomètres au large de la côte ouest de la péninsule.

Bien qu'elle soit assez similaire aux positions qu'occupaient les forces des Nations Unies et de l'Union soviétique pendant les deux derniers tiers de la guerre, la ligne de démarcation n'est pas la même que celle qui divisait la Corée avant l'invasion de la Corée du Sud par le Nord en juin 1950.

Cette ligne, c'était le 38e parallèle. Elle a été utilisée comme première frontière intra-nationale coréenne dès les dernières heures de la Seconde Guerre mondiale, lorsque des responsables des armées américaines se sont préparés à négocier avec l'Union soviétique la façon dont la Corée - alors japonaise - serait administrée après la capitulation du Japon.

Le futur secrétaire d'État américain Dean Rusk, alors colonel de l'état-major du général George Marshall, et son collègue, le colonel Charles « Tic » Bonesteel, ont été chargés d'identifier une ligne de contrôle qui pourrait satisfaire à la fois les Américains et les Soviétiques.

Le temps était compté : les Soviétiques venaient d'entrer en guerre contre le Japon, et les responsables américains craignaient qu'ils puissent bientôt occuper toute la péninsule coréenne. Les troupes américaines les plus proches étaient en effet à plus de 966 kilomètres de là, à Okinawa.

Rusk savait que le 38e parallèle « n'avait aucun sens sur le plan économique ou géographique » - la Corée, en fait, avait été unie et avait bénéficié d'une réelle continuité géographique pendant la plus grande partie du millénaire - mais la guerre froide venait de commencer. La « commodité militaire » devait être privilégiée et l'on pensait alors que la Corée ne serait divisée que temporairement.

Plus tard, Rusk a relaté cet épisode dans ses mémoires, intitulées As I Saw It :

Lors d'une réunion le 14 août 1945, le même jour que la capitulation japonaise, [Bonesteel] et moi nous sommes retirés dans une pièce adjacente jusque tard dans la nuit et avons étudié attentivement une carte de la péninsule coréenne. Travaillant à la hâte et sous une forte pression, nous avions une tâche d'importance : choisir une zone pour l'occupation américaine. Ni Tic ni moi n'étions des experts du territoire coréen, mais il nous a semblé que Séoul, la capitale, devait être placée dans le territoire américain. Nous savions également que l'armée américaine était opposée à une vaste zone d'occupation. À l'aide d'une carte du National Geographic, nous avons cherché au nord de Séoul une ligne de démarcation pratique, mais nous n'avons pas pu trouver de ligne géographique naturelle. Nous avons au lieu de cela repéré le 38e parallèle et avons décidé de recommander cette démarcation... [Nos chefs] l'ont acceptée sans trop de difficulté, et étonnamment, les Soviétiques aussi.

C'est ainsi que la péninsule coréenne a été divisée pour la première fois. Les premières tentatives de réunification des deux zones d'occupation en une seule Corée ont échoué. Et à la fin de l'été 1948, les États indépendants antagonistes, la Corée du Nord et la Corée du Sud, avaient été créés.

Deux ans plus tard, en 1950, les deux nouvelles nations ont été les acteurs principaux d'un conflit indirect entre les deux grands vainqueurs de la Seconde guerre mondiale. On estime qu'environ 2,5 millions de Coréens ont été tués, blessés ou portés disparus pendant la Guerre de Corée. Et, 60 ans plus tard, la péninsule est toujours divisée.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite