Comment le fondateur de la médecine militaire a sauvé d'innombrables vies

Épouvanté par les conditions de soins dans les hôpitaux militaires, ce médecin britannique du 18e siècle a introduit l'hygiène sur les champs de batailles (et dans les villes modernes).

Thursday, July 16, 2020,
De Richard Conniff

Au lendemain d'une victoire sur les Français en 1743, environ 1 500 soldats britanniques, encore en vie mais gravement malades, sont entrés par effraction dans l'hôpital général de l'armée dans un village à la périphérie de Francfort, en Allemagne. 

Les hommes étaient deux voire plus par lit et se blottissaient les uns contre les autres sur le sol. La plupart des malades souffraient de dysenterie et tout bientôt fut recouvert d'excréments, d'urine, de sang, de sueur et de vomis. Les puces et les poux abondaient. La dysenterie a rapidement cédé la place au typhus, faisant des centaines de morts.

  

Photographie de ILLUSTRATION DE JOE MCKENDRY

John Pringle, médecin de l'armée, a assisté à cet horrible spectacle. Les idées qu'il a développées pour prévenir la maladie sont devenues l'une des premières expressions de la théorie microbienne. Pour résumer, il a conclu que les conditions d'insalubrité favorisaient les maladies et que l'assainissement et des mesures d'hygiène contribuaient à les prévenir.

Né en 1707, Pringle était le plus jeune fils d'une famille aristocrate écossaise. Il avait fait ses armes en donnant des cours à l'Université d'Édimbourg sur la philosophie morale et naturelle, soit l'enseignement du monde vivant par l'expérimentation, l'observation et le raisonnement inductif. Lorsque la guerre de succession d'Autriche a éclaté, il a été nommé médecin général des forces britanniques, soit 16 000 hommes. Et il a rapidement prouvé sa valeur.

Pringle estime que l'armée britannique a perdu un quart de ses forces pour cause de maladies au cours de la campagne de 1743. Pour y remédier, il a cherché à convaincre le commandement militaire pour transformer ses idées en ordres. Lors de l'installation des campements, il a été demandé aux quartiers-maîtres d'éviter les zones humides et mal ventilées et de creuser à l'avance des latrines appropriées.

“75 % des décès parmi les soldats de Napoléon en 1812 étaient dus au typhus.”

Les hôpitaux étaient l'autre grand ennemi des soldats. Pringle a remarqué que les hommes traités dans le camp plutôt qu'à l'hôpital général évitaient généralement la fièvre d'hôpital, le nom que l'on donnait alors au typhus. 

Les garder et les soigner dans le camp est devenu la norme, dans la mesure du possible. Dans les hôpitaux, l'espace réservé aux patients devait être propre, bien ventilé et un minimum de 3 m² devait être réservé pour chaque homme. Les draps devaient être changés fréquemment. 

Ces réformes, de fait, ont rapidement porté leurs fruits. La mortalité à l'hôpital général a chuté de plus de la moitié, passant de 21,4 % en 1743 à 9,8 % au cours des deux années suivantes de combats.

En 1752, Pringle a publié son livre Observations sur les maladies des armées. Plusieurs éditions ont suivi au cours des deux décennies suivantes, diffusant ce nouvel évangile sanitaire à travers l'armée britannique. Traduit par la suite, il a également atteint les forces armées françaises, allemandes et italiennes. Conscients du succès de cette médecine militaire, les responsables de santé publique avant-gardistes ont bientôt déclaré la guerre à une autre forme d'insalubrité, celle des villes nouvelles de la révolution industrielle. 

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite