Découverte de tombes au pays des Amazones

Quatre tombes de guerrières scythes datant de 2 500 ans révèlent que ces femmes bénéficiaient des mêmes rituels funéraires que les hommes.

Publication 22 juil. 2021, 10:00 CEST
Vue de l'une des sépultures d'Amazones mises au jour en Russie, en cours de fouille.

Vue de l'une des sépultures d'Amazones mises au jour en Russie, en cours de fouille.

Photographie de INSTITUTE OF ARCHAEOLOGY RAS / SERVICE DE PRESSE

Quatre guerrières scythes, ensevelies il y a 2 500 ans dans un cimetière antique de l’actuelle Russie, reposaient dans une même tombe avec toutes leurs armes et leur équipement. Leurs restes ont été mis au jour par des archéologues de l’Académie russe des sciences à proximité du village de Devitsa, dans la région de Voronej, apportant quelques informations sur ces mystérieuses « Amazones ».

À lire - Mythologie : les fières Amazones ont bel et bien existé

Le site, qui regroupe 19 tumulus, est connu depuis les années 2000, et l’expédition dirigée par Valerii Guliaev y mène de nouvelles fouilles depuis une dizaine d’années.

Dans l’un des tumulus, haut de 1 m, les chercheurs ont trouvé l’entrée d’une tombe construite avec des blocs d’argile et du chêne, où reposaient quatre femmes de trois générations différentes : deux femmes âgées de 20 à 35 ans, une jeune fille de 12 ou 13 ans et une femme qui avait une cinquantaine d’années, âge avancé pour l’époque, où l’espérance de vie était plutôt de 30 à 35 ans.

Les parties nord et est de la sépulture avaient déjà été pillées, mais les archéologues ont malgré tout mis au jour des pointes de flèches en fer et des fragments de harnais de chevaux, prouvant que ces femmes étaient des guerrières qui bénéficiaient des mêmes rituels que les hommes.

La plus jeune a été inhumée avec de précieux objets : un bracelet de perles de verre, un miroir en bronze et deux lances. La plus âgée a quant à elle été enterrée avec des bijoux en or, un couteau en fer et une pointe de flèche. Elle portait surtout sur le crâne un calathos, une coiffe de cérémonie entourée de bandes d’or.

« Une découverte unique », selon Valerii Guliaev, qui en est à sa onzième découverte de sépultures de femmes armées sur ce site et considère que les guerrières étaient nombreuses chez les Scythes. Ce peuple indo-européen originaire d’Asie, souvent nomade, a occupé les steppes du VIIe siècle av. J.-C. à la fin de l’Antiquité.

Cet article a initialement paru dans le magazine National Geographic Histoire et Civilisations. S'abonner au magazine

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.