9 momies extraordinaires découvertes aux 19e et 20e siècles

Qu'il s'agisse d'un crocodile de plusieurs milliers d'années ou d'une victime d'une épidémie de pneumonie au 20e siècle, ces restes momifiés et extrêmement bien préservés racontent l'extraordinaire passage de la vie à la mort.

De Kristin Romey
L'Homme de Grauballe est une momie des tourbières, découverte en 1952 dans le Jutland, dans la tourbière de Nebelgård, un puits de 130 m de diamètre situé à Grauballe, 8 km au nord-est de Silkeborg. Il s'agit du cadavre d'un homme mort au III siècle av. J.-C.

« Il y avait quelque chose d'extrêmement touchant dans la position de ses mains », raconte Chip Brown dans sa description de la momie de la mythique reine-pharaon Hatshepsout, cinquième souverain de la XVIIIᵉ dynastie de l'Égypte antique. « À part à cet endroit, toute grâce royale avait disparu. »

(Lire aussi : Égypte antique : comment momifier un cadavre en 70 jours (ou moins) ?)

lancer le diaporama

Si les momies de l'Égypte ancienne sont très présentes dans l'imaginaire collectif, les restes momifiés d'animaux et d'hommes peuvent être trouvés un peu partout dans le monde, tant à l'époque ancienne que moderne. Certaines momies, comme celle de Croghan et celle de Clonycavan ou encore les momies péruviennes, sont le résultat d'une conservation permise par un environnement naturel propice, quand d'autres comme les momies modernes de Papouasie-Nouvelle-Guinée portent le sceau de l'intervention de l'homme.

Des animaux domestiques aux victimes de sacrifices humains, les momies continuent de fasciner et forgent des connections avec notre passé le plus ancien. Elles sont le testament de la volonté humaine d'être reconnu longtemps après la mort.

Un tombeau de 3 500 ans a été découvert en Égypte
Un tombeau de 3 500 ans a été découvert en Égypte
Lire la suite