Découverte de la plus ancienne selle au monde

L'ancienneté de cette selle en cuir et l'identité de sa propriétaire, une cavalière chinoise, a pris de court les archéologues.

De Braden Phillips
Publication 5 janv. 2024, 18:52 CET
Placée dans une tombe il y a plusieurs milliers d’années, la selle mise au jour à ...

Placée dans une tombe il y a plusieurs milliers d’années, la selle mise au jour à Yanghai est faite de cuir et d’un matelassage à base de paille et de poils d’animaux. Cet objet, qui témoigne d’un certain savoir-faire, était peu onéreux à fabriquer et servait aux gardiens de troupeaux de la région.

PHOTOGRAPHIE DE Patrick Wertmann

Il y a environ 2700 ans, une gardienne de troupeaux vivant dans les plaines arides du nord-ouest de la Chine a été enterrée dans sa tenue de cavalière, composée d’un manteau en peaux d’animaux, d’un pantalon en laine et de bottes en cuir, avec sa selle.

Mise au jour dans le cimetière de Yanghai, non loin de Tourfan, et datant d’entre 700 et 400 ans avant notre ère, cette selle, la plus ancienne à ce jour, remet en cause les hypothèses avancées quant à l’identité de ceux qui utilisaient un tel équipement et à quelles fins.

Cette découverte a été une « surprise », confie Patrick Wertmann de l’université de Zurich, auteur principal d’une étude portant sur la selle parue dans la revue Archaeological Research in Asia. Rares sont ces objets à avoir été mis au jour, leurs composants organiques se décomposant souvent. Les archéologues découvrent plus couramment d’autres équipements, tels que les brides et les mors, mais ceux-ci ne sont pas nécessairement associés à l’utilisation d’une selle.

Le squelette de cette femme, habillée pour monter à cheval, a été mis au jour dans une tombe du cimetière de Yanghai. Enterrée avec une selle, il s’agissait vraisemblablement d’une gardienne de troupeaux qui aurait vécu il y a environ 2700 ans.

PHOTOGRAPHIE DE Patrick Wertmann

 

LES PREMIÈRES SELLES

Jusqu’alors, les plus anciennes selles connues appartenaient à la culture Pazyryk du massif de l’Altaï, à cheval entre le Kazakhstan et la Russie, au nord de Yanghai et de Tourfan. Celles-ci sont datées du 5e siècle av. J.-C., mais Patrick Wertmann estime que l’utilisation de selles dans la culture Pazyryk est plus ancienne.

« L’équitation est probablement apparue dans le nord-ouest de la Chine après s’être diffusée de la région [de Pazyryk] et il est possible que l’apparition des selles ait suivi le même chemin », explique l’auteur de l’étude. En attendant, tant qu’aucune selle de ce genre n’est mise au jour (ou que l’on procède à une nouvelle datation des selles du 5e siècle, lesquelles s’avèreraient alors plus anciennes), la selle de Yanghai est considérée comme la plus vieille au monde.

 

LE CONFORT AVANT TOUT

La selle de Yanghai, qui a pu être conservée grâce au climat aride de la région, livre de précieuses informations sur les premiers équipements d’équitation et la société qui les a créés. Elle est faite de deux peaux d’animaux en forme d’ailes superposées l’une sur l’autre et entre lesquelles a été insérée une couche de paille et de poils de cerf et de chameau, puis cousues ensemble le long des bords extérieurs et séparées par une partie non matelassée (la gouttière), qui atténuait la pression exercée sur la colonne vertébrale de la monture.

L’émergence de telles selles témoigne « de l’attention croissante apportée au confort et à la sécurité du cavalier, ainsi qu’à la santé de la monture », analyse Patrick Wertmann. Ce confort accru a rendu possibles les voyages sur de plus longues distances, et donc la multiplication des interactions avec différents peuples. « Contrairement à celles moins anciennes mises au jour dans des sépultures de l’élite scythe, cette selle a été fabriquée avec des matériaux peu chers et était utilisée par une femme ordinaire », peut-on lire dans les conclusions de l’étude. « Elle témoigne cependant d’une maîtrise équivalente des savoir-faire artisanaux ».

Depuis quand les Hommes montent-ils à cheval et utilisent-ils des selles ? Ces questions font encore l’objet de discussions aujourd’hui. Selon une étude, l’équitation serait née vers 3000 av. J.-C., dans les actuelles Roumanie, Bulgarie et Hongrie. Avant l’apparition de la selle, les cavaliers montaient à cru, sur des tapis ou des couvertures.

La selle de Yanghai remet également en cause l’hypothèse selon laquelle ces « sièges » étaient uniquement utilisés par des hommes à des fins militaires. « La mise au jour de cette selle dans la tombe d’une femme démontre que la gent féminine participait aux activités quotidiennes des bergers montés, notamment au rassemblement et au déplacement des troupeaux », souligne Patrick Wertmann.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.