Histoire

De nouvelles malédictions apparaissent au fil des découvertes dans le tombeau de Toutânkhamon

Des tâches brunes à la poussière, les archéologues ont résolu certains des mystères qui entouraient le monument funéraire vieux de 3 300 ans... tout en découvrant de nouveaux.

De Michelle Z. Donahue

Lorsque Howard Carter découvrit la tombe de Toutânkhamon en 1922, il entreprit une série de découvertes qui captivèrent l'imagination du monde entier et marqua le début d'une histoire d'amour durable entre le public et la célèbre chambre funéraire aux couleurs vives vieille de 3 300 ans, renfermant la dépouille de l'enfant roi, celle de sa mère et une multitude de trésors. Moins d'un siècle plus tard, une équipe de scientifiques a achevé le plus important examen du tombeau : un projet d’une dizaine d’années d’études minutieuses qui a permis de résoudre certains mystères mais qui a également soulevé de nouvelles questions sur le devenir de certains monuments antiques.

Un symposium organisé cette semaine à Louxor détaille les résultats globaux du projet, entrepris conjointement par le ministère égyptien des Antiquités et le Getty Conservation Institute, basé à Los Angeles. Les travaux menés sur le tombeau de 102 m², exécutés par une douzaine de personnes à la fois, ont commencé en 2009 et devaient à l'origine s'achever en 2014. Mais le projet a été retardé par les révolutions du printemps arabe en 2011 et les troubles qui ont suivi en Égypte en 2013.

« Tous ceux qui se rendent dans la Vallée des rois veulent se rendre au tombeau de Toutânkhamon », explique Neville Agnew, scientifique et restaurateur principal du projet Getty, chargé de la planification du projet. Une documentation détaillée, un diagnostic et un pronostic sur l'état du tombeau ont été nécessaires pour penser l'avenir du site : « Que se passera-t-il si nous ne faisons rien ? Nous nous sommes intéressés à tout le spectre des activités, passées, présentes et futures, et à la façon de les aborder de manière globale ».

 

DE MYSTÉRIEUSES TACHES BRUNES

Les taches brunes sont omniprésentes sur les peintures murales qui agrémentent le tombeau. Présentes lorsque Carter a découvert la chambre funéraire, et documentées de manière exhaustive sur des photographies de l’époque, ces « mystérieuses taches » ont longtemps été sources de curiosité et d’inquiétude. De quoi sont-elles exactement composées ? Et plus important encore, prolifèrent-elles ?

Une étude des taches a révélé de fortes concentrations d'acide malique, un sous-produit métabolique de certains champignons et bactéries, ce qui confirmait que les taches étaient d'origine microbienne. L'analyse ADN d'échantillons prélevés sur les murs du tombeau a révélé l'existence d'organismes modernes, notamment Bacillus et Kocuria, mais l'imagerie au microscope électronique des taches n'a révélé aucun reste des organismes d'origine qui les avait créées. Pour les chercheurs, comme Toutânkhamon est décédé subitement, la préparation de son tombeau a probablement été faite dans l'urgence, et les murs fraîchement enduits et peints auraient été encore suffisamment humides pour que des microbes se développent dans l’atmosphère sombre et chaude du tombeau, une fois celui-ci scellé. Les archéologues peuvent toutefois affirmer avec certitude que les taches ont arrêté de se développer il y a très longtemps - un fait confirmé par la comparaison de photographies prises immédiatement après l’ouverture du tombeau et les photos les plus récentes.

Comme ils sont considérés comme faisant partie intégrante de l'histoire du tombeau, ces mystérieuses taches ne seront ni peintes ni supprimées, explique Agnew. Il n'en n'a pas toujours été ainsi : lors de précédentes études, les taches avaient été échantillonnées et traitées avec des biocides, lorsque l'on pensait qu'elles pouvaient se propager.

 

UNE POUSSIÈRE OMNIPRÉSENTE

L'un des problèmes les plus épineux dans le tombeau est la présence constante de poussière. Fine et sèche, la poussière du désert déplacée par environ 500 à 1 000 visiteurs quotidiens s'accroche à toutes les surfaces du tombeau et devient encore plus tenace puisqu'elle absorbe l'humidité produite par la respiration humaine.

Les gardes avaient beau nettoyer le sarcophage recouvert de verre qui se trouve maintenant au centre de la chambre funéraire de Toutânkhamon, il n'existait aucun moyen d'enlever sans dommage les fins voiles de poussière qui s'accumulaient sur les peintures fragiles du tombeau.

Ainsi, alors que les restaurateurs réalisaient l'étude minutieuse et le nettoyage des peintures murales, ils ont également élaboré un plan à long terme pour s'attaquer au problème de la poussière en installant un système sophistiqué de filtration de l'air et de ventilation qui non seulement repousse le fléau poussiéreux hors de l'environnement du tombeau, mais empêche également l’accumulation excessive de particules. Le renouvellement d’air régulier a permis de stabiliser la température et le taux d'humidité à l’intérieur du tombeau, qui pouvaient auparavant énormément fluctuer.

C'est quand les conservateurs du tombeau ont entamé les travaux pour installer le système d'aération qu'ils ont découvert de nouveaux sorts placés pour protéger ses occupants. Parmi des tas de peluches et d'extraits de détritus, des bouts de papier demandant la bénédiction de Toutânkhamon ou d'autres au contraire promettant des punitions divines aux importuns.

 

DE FUTURS DANGERS

Bien que l’inspection la plus approfondie du tombeau de Toutânkhamon de l’histoire moderne soit terminée, son avenir reste encore incertain.

L'impact à long terme de la poussière reste un mystère. Constituée principalement de calcium, de magnésium, d'aluminium et de phosphore, on ignore comment la poussière peut interagir chimiquement avec les minéraux naturels contenus dans les peintures et les pigments des murs du tombeau sur une plus longue période.

Les inondations de plus en plus fréquentes liées au changement climatique sont une autre préoccupation et n'ont pas encore été prises en compte, toujours selon M. Agnew. Bien que le tombeau de Toutânkhamon soit à l'abri des inondations directes, il est fait de la même roche poreuse et argileuse que tous ses voisins de la Vallée des rois. Si les tombeaux adjacents sont inondés, de la vapeur d'eau pourrait s'infiltrer et « déchiqueter » les murs en plâtre et les peintures qui les recouvrent, explique Lori Wong, la principale conservatrice des peintures du projet Getty.

Le tourisme reste la plus grande menace immédiate pour le tombeau. Malgré l’existence d’une réplique de haute qualité et ultra détaillée à un kilomètre de distance, on ne sait pas si le gouvernement égyptien limitera finalement l'accès du public à la tombe originale (et réduira donc les revenus garantis). La France a constaté que le fait de limiter le nombre de visiteurs sur les sites d'art rupestre préhistoriques des grottes de Lascaux et Chauvet et de les rediriger vers des répliques n'avait pas altéré l'intérêt du public pour les monuments. Une réplique relativement récente à Lascaux a d'ailleurs attiré environ 260 000 visiteurs en 2017.

« Nous connaissons l'impact humain sur notre patrimoine », explique Pascal Terrasse, président du Grand projet du Pont d'Arc, une réplique de la grotte Chauvet qui attire plus de 2 000 visiteurs par jour. « Lorsque de nouvelles technologies se présentent pour mieux protéger le patrimoine, les gestionnaires des œuvres historiques doivent saisir cette opportunité. Nous avons réalisé la plus grande fausse grotte au monde grâce aux techniques numériques, ce qui nous a permis d'obtenir un rendu très réaliste. »

À tout le moins, Agnew espère que la somme des récents travaux de conservation dans le tombeau de Toutânkhamon permettra de mieux faire comprendre son importance à tous ceux qui le visiteront à l'avenir.

« Il convient de rappeler que la visite d'un tombeau doit être empreinte d’humilité et d’intérêt », conclut Agnew. « [Ce n'est pas] un spectacle ; [c'est] un tombeau royal, et nous devons l'approcher avec révérence. C'est une chose difficile à faire en cette ère de tourisme de masse. »

Lire la suite