Dans les années 1930, ces femmes ont percé les mystères des profondeurs marines

Lors d'une expédition de tous les records dans les années 1930, trois femmes - une scientifique, une artiste et une chercheuse - ont contribué à définir les sciences de la mer.

De Nina Strochlic
Publication 17 juil. 2023, 15:56 CEST
09-bathysphere-sidebar

Dans les années 1930, la tentative la plus audacieuse d'exploration des fonds marins par un équipage a été menée dans un engin en acier appelé bathysphère. Ici, l'officier technique Gloria Hollister Anable inspecte le navire après son arrivée à St. George, aux Bermudes. Anable était chargée de maintenir une ligne de communication constante avec l'équipage lors de la descente sous l'eau.

PHOTOGRAPHIE DE John Tee-Van, Nat Geo Image Collection

En 1930, les explorateurs sous-marins William Beebe et Otis Barton sont descendus dans l'océan Atlantique, près des Bermudes, à bord d'une minuscule sphère d'acier appelée bathysphère. 

C'était là la première tentative sérieuse d'exploration des fonds marins par un équipage, qui allait bientôt faire la une de l'actualité internationale.

« Après une plongée à environ 400 mètres sous l'océan, nous avons contemplé un monde totalement nouveau pour les yeux humains, aussi étrange qu'un paysage martien », écrivit William Beebe (à gauche) à propos de ses voyages sous-marins avec Otis Barton (à droite).

PHOTOGRAPHIE DE William Beebe, Nat Geo Image Collection

Le monde foisonnant de vie qu'ils ont découvert, écrivit William Beebe dans un article paru dans un numéro du magazine National Geographic de 1931, était « presque aussi inconnu que celui de Mars ou de Vénus ». 

L'océanographie moderne, ajoutait-il, en savait autant sur les grands fonds qu'un étudiant des animaux africains s'était focalisé sur les rongeurs sans savoir qu'il y avait des éléphants et des lions dans la nature.

À la surface des flots, un groupe de femmes scientifiques a veillé à ce que ce nouvel engin audacieux fonctionne sans problème. Depuis le pont du bateau, l'assistante de laboratoire Jocelyn Crane Griffin a aidé à identifier la vie marine. Au téléphone, il y avait Gloria Hollister Anable, l'associée technique en chef du département de recherche tropicale de ce qui est aujourd'hui la Wildlife Conservation Society. Cette connexion téléphonique, via un câble allant du bateau au navire, était la seul lien entre William Beebe et le monde extérieur, et elle n'était jamais censée rester silencieuse. 

À des centaines de mètres sous la mer, William Beebe décrit ce qu'il voit par téléphone à Gloria Hollister Anable (à droite, dans le quartier général de la bathysphère aux Bermudes). Sur le bateau, Jocelyn Crane Griffin (au centre) a aidé à identifier la vie marine. Plus tard, Else Bostelmann (debout à côté de la porte) a fait des dessins fantastiques des créatures.

PHOTOGRAPHIE DE John Tee-Van, Nat Geo Image Collection

Gloria Hollister Anable et William Beebe ont échangé tout au long de l'exploration. leur conversation est une retranscription direct des observations de William Beebe, qui observait la vie en haute mer. L'après-midi du 19 juin 1930, elle transcrivit le rapport de Beebe depuis une profondeur de 250 mètres environ : « Petites lumières scintillantes au loin en permanence, d'une couleur verdâtre pâle. Anguilles, une sombre et une claire. Un gros Argyropelecus arrive ». Elle lui a également transmis des informations sur la profondeur, l'heure et la météo.

Après chaque plongée, les croquis de William Beebe et les descriptions retranscrites étaient envoyés à Else Bostelmann, qui les transformait en peintures spectaculaires. Bien qu'elle ne soit pas elle-même descendue dans la bathysphère, elle mettait souvent un casque de plongée, attachait ses pinceaux à une palette de peinture à l'huile et traînait sa toile pour peindre et trouver l'inspiration. La vue était « féerique », écrira-t-elle plus tard, et les sujets qu'elle rencontrait dans les bas-fonds - poissons-anges bleus, poissons-écureuils entre autres - « se poursuivaient ou jouaient sur mon papier, seuls ou en groupe ». Ses dessins de la vie marine - poissons aux crocs géants, crustacés psychédéliques, un poisson à la peau noire jamais vu - ont illustré l'expédition dans le magazine National Geographic.

Crevettes et poissons nageant dans les eaux profondes de l'Atlantique.

ILLUSTRATION DE Else Bostelmann, Nat Geo Image Collection

Les Bermudiens, écrivit Gloria Hollister Anable, avaient surnommé son laboratoire « la maison de la magie ». L'équipe y disséquait et enregistrait une infinité de spécimens provenant des profondeurs de la mer. Nombre d'entre eux n'avaient jamais été vus auparavant par des scientifiques. 

« Devant nous, sur la table du laboratoire, se trouve un ensemble de formes transparentes et fantomatiques de créatures qui, peu de temps auparavant, étaient d'étranges êtres noirs à un kilomètre de profondeur », écrivit-elle dans le bulletin de la Société zoologique de New York en 1930. En expérimentant avec des colorants, des rayons X et des solutions chimiques, Gloria Anable espérait comprendre comment ces créatures fonctionnaient et comment elles s'étaient adaptées pour survivre dans des profondeurs aussi inhospitalières.

William Beebe a été moqué pour avoir engagé des femmes, mais il est resté fidèle à son équipe. « Ils l'ont vraiment ridiculisé », a expliqué l'historienne de l'environnement et anthropologue Katherine McLeod au Smithsonian, après avoir participé à l'organisation d'une exposition sur l'expédition dans un musée en 2017. « Ils ont qualifié son inclusion des femmes dans ces espaces de déprofessionnalisation du domaine. Sa réponse ? Il a répondu qu'il avait engagé les membres de son équipe pour leurs "idées solides et leurs recherches scientifiques" ».

Gloria Hollister Anable et Jocelyn Griffin se sont relayés dans la bathysphère. Lors de l'une de ces plongées, Anable a atteint une profondeur de 1 208 pieds (environ 370 mètres), établissant ainsi le record de la plus importante profondeur atteinte par une femme.

Après la fin de la mission, Bostelmann a continué à créer des illustration pour National Geographic, et Gloria Anable a dirigé une expédition scientifique dans ce qui est aujourd'hui la Guyane. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a reçu une médaille de la Croix-Rouge pour 8 000 heures de travail bénévole.

Sur le pont, Gloria Hollister Anable communique avec la bathysphère qui descend sous l'eau. Lorsque la connexion est interrompue, elle n'a aucun moyen de savoir s'il s'agit d'un parasitage ou d'un accident mortel.

PHOTOGRAPHIE DE William Beebe, Nat Geo Image Collection

En 1950, William Beebe a acheté une vieille maison dans la jungle de Trinidad et a créé une station de recherche sur les papillons. Jocelyn Griffin a rejoint l'équipe pour documenter et étudier la « vie privée » des papillons, comme elle l'écrivit dans un article paru en 1957 dans le magazine National Geographic

Jocelyn Griffin a ensuite géré des stations de terrain dans les Caraïbes et mené une étude mondiale sur les crabes violonistes. À la mort de William Beebe en 1962, elle l'a remplacé en tant que directrice du département de recherche tropicale.

Aujourd'hui, une réplique de la bathysphère trône dans le hall du siège du National Geographic à Washington, D.C. Plus de 90 ans après la construction de l'original, elle continue de nourrir l'imaginaire des explorateurs.

Lors d'une interview en 1991, on a demandé à Sylvia Earle, pionnière du monde sous-marin, ce qui l'avait poussée à se lancer dans l'océanographie. Elle a cité les récits de William Beebe. « Les aquariums du monde entier, aussi merveilleux et diversifiés soient-ils, n'abritent pas le genre de créatures que William Beebe a décrites lors de ses explorations dans les années 1930 », a-t-elle déclaré. « Et c'est certainement ce que j'ai trouvé le plus inspirant ».

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.