Histoire

La fin de mystère de la mort de Toutankhamon ? Pas encore…

Selon de nouvelles hypothèses, Toutankhamon a eu accident de char, et sa momie a brûlé.

De A. R. Williams

Le pharaon Toutankhamon était encore adolescent à sa mort. Pour un pharaon égyptien, vraisemblablement bien nourri et fortement protégé, c’est une mort bien précoce. C’est aussi une mort historique, car elle marqua le début de la fin de la dix-huitième dynastie de l’Égypte antique.

Mais alors, que s’est-il passé ? Les experts réfléchissent aux possibles causes de la mort de Toutankhamon depuis la découverte de son tombeau dans la Vallée des Rois par l’archéologue britannique Howard Carter en 1922. 

Une équipe britannique pense avoir résolu le mystère. Elle a dévoilé les détails de ses découvertes en novembre 2013 dans un programme télévisé intitulé Tutankhamun: The Mystery of the Burnt Mummy (« Le mystère de la momie brûlée »). Le mystère est-il vraiment levé ? Si l’on en croit les commentaires de la presse britannique sur l’émission, l’équipe est partie de rayons X de Toutankhamon datant de 1968.

L’un des articles est illustré avec une image aux allures de balayage CT, qui serait en fait une image en rayons X retravaillée par ordinateur. Elle révèle l’absence du sternum et de morceaux des côtes alignées au sternum ; les os ont certainement été écrasés puis enlevés par les embaumeurs.

En 2005, un vrai balayage CT a été exécuté sous la direction de Zahi Hawass, alors directeur du Conseil suprême des Antiquités égyptiennes. Les images de ce balayage n’ont jamais été rendues publiques, mais elles ont révélé les mêmes dégâts à la cage thoracique ainsi qu’une jambe cassée.

 

BLESSURES GRAVES

Il ne fait aucun doute que Toutankhamon a subi une sorte de grave traumatisme. L’étude britannique a utilisé les techniques de simulation d’accident de voiture pour démontrer qu’un char lancé à toute vitesse aurait pu renverser Toutankhamon alors qu’il se tenait à genoux.

C’est un scénario probable, mais ce n’est pas le seul. L’accident de char était l’une des causes du décès avancées à l’époque du balayage CT. Le pharaon aurait pu prendre le char pour aller chasser ou combattre à une bataille. Ces activités faisaient partie de la routine royale des dirigeants égyptiens.

On peut aussi expliquer les blessures à la poitrine de Toutankhamon par un coup rapide administré par un cheval ; c’est une théorie tout à fait vraisemblable, puisque le char du pharaon était tiré par des chevaux.

Ou peut-être Toutankhamon a-t-il été tué par un hippopotame ? Il aurait pu se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, par exemple sur le trajet de la charge d’un hippopotame alors qu’il chassait à pied.

On ne trouve plus d’hippopotames en Égypte de nos jours, mais, plus au sud en Afrique, ces créatures agressives de 1 360 kilogrammes à la puissante mâchoire et aux tranchantes incisives sont réputées pour leurs attaques. Les victimes peuvent se faire arracher des membres, subir des blessures perforantes profondes, se faire broyer les os ; quels que soient les dégâts endurés, ils peuvent être mortels.

D’autres experts se sont demandés si ce n’était pas l’œuvre de voleurs plus récents, probablement au cours de la Seconde guerre mondiale, profitant de l’absence de gardes devant le tombeau de Toutankhamon pour aller scier les côtes du pharaon et récupérer les dernière perles collées à la substance visqueuse dont était recouverte sa poitrine.

 

MATIÈRE INFLAMMABLE

Cette substance est l’une des révélations les plus surprenantes du reportage télévisuel. Toutes les résines et les huiles qui avaient été versées sur la momie de Toutankhamon pour le préparer à l’éternité se sont consumées d’une façon ou d’une autre une fois la momie enfermée dans plusieurs cercueils emboîtés.

Cette conclusion est fondée sur des tests réalisés sur un morceau de la chair de Toutankhamon, apparemment récupéré lors de l’examen de la momie en 1968. La momie de Toutankhamon est en effet très noire. Mais est-ce qu’un feu l’a réellement transformé en pharaon carbonisé ?

Certains égyptologues pensent qu’un phénomène de carbonisation (une réaction chimique entre la momie et les résines encouragée par la chaleur étouffante de la tombe) a donné à Toutankhamon la couleur d’Osiris.

Un véritable feu ? C’est difficile à croire. Premièrement, parce que la momie de Toutankhamon est encore là. Est-ce que cela signifie que le feu était assez fort pour faire grésiller et carboniser la momie, mais pas assez pour la réduire en cendres ? Si l’on en croit les articles écrits sur l’émission, les chercheurs pensent que le feu aurait brûlé à environ 200 °C. Les températures de la crémation moderne sont bien plus élevées, généralement entre 760 °C et 982 °C.

Et même si un simple phénomène de carbonisation eut été possible, le tombeau porte quant à lui des preuves qui contestent la théorie de l’incendie. Toutankhamon portait un couvre-chef en lin sur son crâne rasé. Si sa chair avait brûlé, le couvre-chef n’aurait-il pas dû connaître un destin similaire ?

La momie de Toutankhamon était ornée de bijoux : des bracelets, des colliers, des pendentifs, des boucles d’oreilles, des bagues, et de nombreuses amulettes, tous en or ou en argent et sertis de pierres précieuses telles que la cornaline, le lapis lazuli, le quartz et la turquoise. De nombreuses pièces de cette collection sont exhibées au Musée égyptien du Caire, et aucune d’entre elles ne semble avoir été ternie par le feu.

De plus, Toutankhamon reposait dans trois cercueils. Celui le plus à l’intérieur était en or massif. Les deux autres étaient en bois recouvert d’or. S’il y avait eu un incendie à l’intérieur du cercueil en or, cela n’aurait-il pas laissé des traces de brûlure sur les cercueils en bois ?

 

DE DÉLICATES GUIRLANDES DE FLEURS

Et puis, il y a les guirlandes de fleurs. Lorsqu’Howard Carter souleva le couvercle du cercueil extérieur, il trouva un linceul en lin recouvert de restes de plantes : des rameaux d’olivier, de saule, des feuilles d’archangélique, des bandes de papyrus tressées avec des pétales de lotus et de bleuet, ainsi qu’une couronne de bleuets déposée au niveau de la tête. Elles étaient délicates et séchées, pas étonnant pour des plantes cueillies il y a 3 300 ans et laissées dans un tombeau dans le désert, mais pas déformées par la chaleur d’un incendie.

Et ce n’était pas fini. Lorsque Carter finit par arriver au cercueil intérieur en or massif, il trouva un autre linceul déposé sur le torse. Sous ce qui semblait être la représentation éclatante du visage du pharaon se trouvait une couronne de plusieurs niveaux de perles, de baies, de fleurs et de feuillage.

Si un feu s’était déclaré, le linceul et la couronne auraient certainement aussi été grillés par l’or brûlant. Bien sûr, il n’est pas impossible que les médias aient mal compris, voire amplifié, les découvertes des chercheurs. Après tout, « Toutankhamon renversé par un char avant de prendre feu » est le genre de titres sensationnels qui ne manquent pas d’appâter les lecteurs. L’émission télévisée pourrait malgré tout dévoiler des théories convaincantes sur les aspects les plus mystérieux de l’affaire, ainsi que la cause du noircissement de la chair du pharaon. Mais il est très probable que Toutankhamon garde certains de ces mystères, dont la cause véritable de sa mort, comme il le fait depuis des siècles.