L'origine du trésor d'El Carambolo (enfin) révélée

Une nouvelle analyse dévoile l'origine du trésor d'El Carambolo, et contrairement à ce que d'aucuns affirmaient, il n'est pas lié à Atlantide.

De Joshua Rapp Learn
Le trésor d'El Carambolo se compose de 21 pièces en or mis au jour par des ouvriers près de Séville, en Espagne, en 1958.

De nouvelles analyses ont permis de résoudre le mystère qui entourait le trésor d'El Carambolo, un magnifique trésor composé d'objets en or mis au jour par des ouvriers espagnols près de Séville en 1958.

Lorsque le trésor vieux de 2 700 ans a été découvert, il a immédiatement suscité des spéculations et des débats sur les Tartessos, une civilisation qui a prospéré dans le sud de l'Espagne entre le 9e et le 6e siècle avant J.-C. Des sources antique décrivent les Tartessiens comme une monarchie singulièrement avancée et prospère. Cette richesse, et le fait que les Tartessiens ont en quelque sorte « disparu » il y a environ 2500 ans, ont conduit à des théories assimilant Tartessos au site mythique de l'Atlantide.

Un autre aspect du débat portait sur le fait que les bijoux ont été popularisés par les Phéniciens - une culture sémitique et maritime du Proche-Orient, arrivée en Méditerranée occidentale au 8e siècle avant J.-C., où a été un port de commerce dans l'actuel Cadix.

« Certains pensent que le trésor d'El Carambolo vient de l'Est, et appartenait aux Phéniciens », explique Ana Navarro, directrice du Musée Archéologique de Séville et l'une des auteurs d'une récente étude du trésor publiée dans le Journal of Archaeological Science. « Mais grâce à cette nouvelle étude, nous savons désormais que l'or a été extrait des mines d'Espagne. » 

 

DE L'OR LOCAL

Le trésor d'El Carambolo est une collection de 21 pièces d'orfèvrerie, dont un collier orné de pendentifs finement sculptés, plusieurs ornements de poitrine en forme de peaux de bœuf, et des bracelets somptueux. Si les archéologues estiment que le trésor a été enseveli délibérément vers le 6e siècle avant J.-C., la plupart des bijoux ont probablement été fabriqués deux siècles plus tôt. Ana Navarro indique qu'aucun autre objet de cette période jamais découvert en Espagne ne porte le sceau d'une telle extravagance.

Le trésor comprend des plaques d'or en forme de rectangles et de peaux de bœuf, et pèse plus de deux kilogrammes.

Pour régler la question des origines du trésor d'El Carambolo, Ana Navarro et son équipe de recherche ont eu recours à des analyses chimiques et isotopiques pour examiner de minuscules fragments d'or qui s'étaient détachés de l'un des bijoux. L'analyse a révélé que le matériau provenait vraisemblablement des mêmes mines associées aux tombes souterraines monumentales de Valencina de la Concepción, qui datent du troisième millénaire avant J.-C. et qui sont également situées près de Séville. Les auteurs de l'article affirment que les bijoux du Trésor d'El Carambolo marquent la fin d'une tradition continue du traitement de l'or, initiée en Espagne 2000 ans plus tôt.

 

UN HÉRITAGE MULTICULTUREL

Ana Navarro indique par ailleurs que si l'or était extrait localement, les bijoux ont été fabriqués en observant des techniques phéniciennes. Un temple phénicien a été identifié dans la zone où le trésor d'El Carambolo a été mis au jour, et le trésor lui-même est probablement le produit d'un savoir-faire phénicien et tartessien.

Alicia Perea, archéologue au Centre des sciences humaines et sociales du Conseil national de recherches espagnol, spécialisée dans l'étude de l'or et qui a étudié le trésor d'El Carambolo, reconnaît que Tartessos possédait probablement une culture mixte de peuples autochtones de la Méditerranée occidentale et de marins originaires du Proche-Orient.

Alicia Perea rejoint les résultats généraux de l'étude. Mais elle ne parvient pas à voir de lien évident entre l'étude des artefacts du trésor d'El Carambolo et celles des découvertes antérieures de Valencina.

« Ce lien n'existe pas. Le seul lien qui relie ces deux mondes, devrais-je dire, c'est le matériau », dit-elle.

Certains chercheurs pensent que ce collier, artefact du trésor d'El Carambolo, pourrait être d'origine chypriote.

Les conclusions de l'analyse récente sont toutefois quelque peu limitées, car seuls des fragments de l'un des 21 éléments du trésor de Carambolo ont été examinés. Alicia Perea a publié une étude sur les techniques utilisées dans la fabrication des bijoux, et affirme que certaines des pièces ont probablement été fabriquées localement, à en juger par le style de fabrication, mais que le collier pourrait lui provenir de Chypre.

Alors que les chercheurs continuent de mieux comprendre la civilisation de Tartessos, Ana Navarro et Alicia Perea se rejoignent pour qualifier la connexion potentielle entre la civilisation antique et l'Atlantide.

« C'est de la folie pure. Cela n'a rien à voir ni avec l'archéologie ni avec la recherche scientifique », conclut Alicia Perea.

Lire la suite