Pérou : découverte des anciens "gardes" d'un palais Chimù

Des archéologues péruviens menant des fouilles dans une cité vieille de 750 ans ont récemment fait une découverte des plus surprenantes.

De Kristin Romey
lancer le diaporama

Quand les archéologues ont mené des fouilles dans un ancien sanctuaire péruvien, quelle ne fut pas leur surprise de mettre au jour des « gardiens » en bois, vieux de 750 ans, remarquablement bien préservés. Leur surprise fut plus grande encore lorsque les statues furent débarrassées de toute trace de terre : les termites avaient rongé les dix-neuf corps en bois au fil des siècles, laissant à leur place des figures humaines hautes de soixante centimètres façonnées au moins partiellement - et dans certains cas peut-être presque complètement, à partir d'excréments d'insectes.

Toutes les statues n'ont pas bénéficié du même « traitement » contre les termites, explique le directeur de l'archéologie, Henry Gayoso. Lors de l'inspection initiale, certaines des statues semblaient être presque entièrement constituées d'excréments de termites comme l'explique Henry Gayoso à National Geographic par email. Pour d'autres, la structure en bois semblait préservée sous une couche d'excréments. 

Chaque statue en bois présente un visage en masque d'argile, un sceptre en bois dans une main et la représentation d'une tête humaine décapitée dans l'autre. Mais comment les termites auraient-ils pu ronger les statues en bois tout en conservant plus ou moins leur forme originale ?

La clef de compréhension est que les termites sont photophobes et qu'en mordillant les objets en bois, ils ont tendance à laisser une fine « couche » de bois intacte pour protéger leurs tunnels de la lumière, explique Lynn Grant, conservatrice en chef du musée de l'université de Pennsylvanie.

« Les excréments ne remplissent généralement pas tout le tunnel. Par conséquent, à moins de faire très attention, on peut facilement faire s'effondrer toute la façade préservée si les pièces ne sont pas manipulées avec une extrême prudence », ajoute Grant par email. 

« Je suis un peu surpris qu'ils n'aient pas tout mangé », nous confie Robert Koestler, directeur du Smithsonian's Museum Conservation Institute. « Après 700 ans, il est étonnant que la forme globale [des statues] ait été conservée. »

La découverte a été faite lors des fouilles d'un passage du palais d'Utz An (anciennement désigné comme le palais du Grand Chimú), le plus grand des dix énormes complexes en adobe constituant le site de Chan Chan situé au nord du Pérou et classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Chan Chan a été la capitale du peuple Chimú entre le 10e et le 15e siècle de notre ère et était alors l'une des plus grandes villes des Amériques.

Les statues sont logées dans des niches - dix de chaque côté - qui flanquent le passage d'environ trente mètres de long qui mène à une grande cour cérémonielle. Parmi les 20 statues d'origine, l'une semble avoir complètement succombé à l'assaut des termites. Patricia Balbuena, ministre de la Culture du Pérou, qualifie la mise au jour de « découverte archéologique extraordinaire ».

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite