Opération Big Bang : le jour où les Britanniques ont tenté de faire exploser une île

Le 18 avril 1947, les forces britanniques ont fait exploser 7 000 tonnes de munitions excédentaires sur la petite île d’Heligoland, dans la mer du Nord lors de l’une des plus grandes détonations non nucléaires programmées de l’Histoire.

De Tom Metcalfe
Publication 18 janv. 2024, 15:07 CET
Le 18 avril 1947, les forces britanniques ont fait exploser 7 000 tonnes de munitions excédentaires sur ...

Le 18 avril 1947, les forces britanniques ont fait exploser 7 000 tonnes de munitions excédentaires sur la petite île d’Heligoland, dans la mer du Nord lors de l’une des plus grandes détonations non nucléaires programmées de l’Histoire, l’« Opération Big Bang ». 

PHOTOGRAPHIE DE dpa, picture alliance, Getty Images

Aujourd’hui, la petite île européenne d’Heligoland, dans la mer du Nord, est à la fois un lieu touristique idyllique et le centre d’une industrie éolienne offshore en expansion. Pourtant, ce qui semble être une langue de terre inoffensive constituait autrefois une menace si imposante que l’un des plus grands empires au monde a tenté de la faire exploser.

Heligoland est une île stratégiquement située à environ cinquante kilomètres de la côte nord-ouest de l'Allemagne, au sud-ouest de la mer du Nord, que les rois danois et les ducs allemands se disputaient depuis l'époque médiévale. Son nom pourrait signifier « terre sainte », peut-être parce qu’on y vénérait la déesse germanique de la fertilité Nerthus dans l'Antiquité. Elle couvre moins de deux kilomètres carrés, elle est donc plus petite que Central Park à New York et n'est généralement pas visible depuis le continent. Il s’agit de la seule île considérée « offshore » d'Allemagne et environ 1 200 personnes y vivent aujourd'hui, tandis qu'une île encore plus petite et inhabitée se trouve à 400 mètres d’elle. 

En 1807, pendant les guerres napoléoniennes, la Grande-Bretagne prit l'île au Danemark après avoir imposé un blocus naval à l'Europe. Les Britanniques considéraient Heligoland comme un argument de négociation pour persuader le Danemark neutre de s'allier contre la France, mais ont fini par régner dessus.

À la fin du siècle, cependant, l'Amirauté britannique ne trouvait plus d'utilité à l'île et, en 1890, elle l'échangea contre le contrôle de Zanzibar, une île de l'océan Indien alors gouvernée par l'Allemagne.

L'empereur Guillaume II, nouveau dirigeant de l'Allemagne récemment unifiée, équipa fièrement sa nouvelle acquisition par des fortifications et des canons pour protéger une autre nouvelle création : le canal de Kiel, achevé en 1895 pour relier la mer du Nord à la mer Baltique.

Gauche: Supérieur:

Environ 2 000 habitants de l'île d'Helgoland furent évacués vers l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ne retournèrent sur leur île qu’après que les Britanniques la restituèrent à l'Allemagne en 1952. Ici, un homme se tient à côté de sa maison en ruines après être revenu à Helgoland cette année-là.

PHOTOGRAPHIE DE Jochen Blume, picture alliance, Getty Images
Droite: Fond:

Vue de l'île d'Helgoland avant l'opération Big Bang en 1947. Les Britanniques avaient déjà lourdement endommagé l'île lors d'une série de raids aériens en avril 1945.

PHOTOGRAPHIE DE epd-Bild, picture alliance, Getty Images

Heligoland était considérée comme une menace particulière pour les forces alliées pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque l'Allemagne y construisit des fortifications et des installations supplémentaires pour soutenir sa flotte navale pendant la bataille de l'Atlantique, notamment des tunnels souterrains, de l'artillerie côtière, un aérodrome militaire et des enclos de stockage lourdement renforcés pour les sous-marins U-boots nazis. 

Heligoland n'a cependant joué qu'un rôle mineur dans la guerre, jusqu'à ce qu'elle soit lourdement bombardée par la Grande-Bretagne en 1945 et que l'Allemagne évacue les 2 000 habitants environ de l'île vers le continent. La Grande-Bretagne a alors occupé l'île déserte et, après la guerre, a utilisé ses tunnels souterrains pour stocker de dangereuses quantités de munitions excédentaires. Deux ans plus tard, en 1947, les autorités britanniques ont saisi l'occasion de se débarrasser définitivement de l'île, qui les encombrait et qu'elles considéraient désormais comme un bastion naval potentiel pour les ennemis britanniques du 20e siècle, en particulier l'Allemagne.

 

L’OPÉRATION « BIG BANG »

L’opération « Big Bang », dont le nom de code est typiquement britannique, s’est déroulée le 18 avril 1947, lorsque la Grande-Bretagne a fait exploser plus de 7 000 tonnes de munitions excédentaires, notamment des obus et des bombes aériennes, qu’ils stockaient jusqu’alors sur l’île.  

Les opposants au projet, tant en Grande-Bretagne qu'en Allemagne, craignaient que l'explosion ne fasse éclater le grès poreux de l'île et ne la détruise complètement. Cette idée était particulièrement répandue en Allemagne de l'après-guerre, où le maintien de l'occupation de l'île par les Britanniques était devenu un affront national envers le pays vaincu.

Les Britanniques ne s'attendaient pas à ce que l'île d'Heligoland soit complètement anéantie, explique Jan Rüger, historien à l'université Birbeck de Londres et auteur de Heligoland : Britain, Germany, and the Struggle for the North Sea (Heligoland : La Grande-Bretagne, l’Allemagne et leur bataille pour la mer du Nord).

« Ils ne pouvaient pas tout à fait s’assurer de ce qui allait se passer, mais leur intention était, en priorité, de détruire toutes les installations militaires restantes sur l'île », explique-t-il. « Il s'agissait également de montrer au public national et international, en particulier à l’Allemagne, que la tradition du militarisme allemand avait pris fin. »

L'explosion était équivalente à 3,2 kilotonnes d'explosif TNT et constituait la plus grande explosion artificielle non nucléaire de l'histoire jusqu'à l'essai Minor Scale de 1985.

Tous les bâtiments se sont effondrés sauf un, une tour antiaérienne allemande qui a été reconstruite en tant que phare. Le réseau de tunnels souterrains et d'autres installations militaires de l'île d'Heligoland ont été démolis.

Une bombe britannique de cinq tonnes n’ayant pas explosé, récupérée sur une plage d'Heligoland en 1961. Ce type de bombe était l'une des plus grosses utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale.

PHOTOGRAPHIE DE Gerd Herold, picture alliance, Getty Images

Selon Rüger, l’opération Big Bang a drastiquement changé la forme de l’île. Celle-ci « a tout de même survécu et est devenue un symbole pour les Allemands qui, après la guerre, préféraient se positionner en victimes qu’en bourreaux, » ajoute-t-il. 

 

UN « GRONDEMENT SEMBLABLE À DU TONNERRE »

L'un des rares habitants d'Heligoland de l’époque à être encore en vie aujourd’hui se souvient avoir entendu l'explosion, un « grondement semblable à du tonnerre », depuis la ville balnéaire allemande de Cuxhaven, à environ cinquante-cinq kilomètres de l’île. « À ce moment-là, nous avons tous compris que l'île d'Heligoland avait explosé », a déclaré Olaf Ohlsen, guide touristique, au magazine allemand Der Spiegel en 2017.

Ohlsen avait onze ans quand il est retourné sur l’île avec d'autres habitants en 1952, lorsque la Grande-Bretagne a rendu Heligoland à l'Allemagne. Il se souvient avoir cherché un cimetière où il était censé déposer des fleurs, mais ne l'a pas trouvé au milieu du chaos. « Je n'ai même pas trouvé l'église », se rappelle-t-il. « C’était un affreux spectacle. »

Un mûrier tordu, aujourd'hui connu sous le nom de « miracle d'Heligoland », a résisté à l’explosion de 1947 et est l'un des seuls survivants de l'opération Big Bang.

L'arbre représente la résilience de l'île, a expliqué Ohlsen à Der Spiegel. « Il est le symbole de notre volonté de survivre et de repartir à zéro. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.