La beauté et la fragilité de l'Arctique en images

À travers ses photographies, Florian Ledoux souhaite raconter l'histoire de cette région et sensibiliser à sa sauvegarde.

De Sarah Polger
Photographie De Florian Ledoux
Les visiteurs doivent maintenir une distance de sécurité (trois fois la hauteur de la glace au moins) lorsqu'ils explorent les glaciers majestueux du Groenland, qui se brisent souvent avant de s'écrouler dans les eaux.

Terre sauvage d'une extraordinaire beauté, l'Arctique a conquis le cœur du photographe Florian Ledoux à l'âge de dix ans. « L'immensité des paysages et les espèces fascinantes qui vivent dans cette région m'y ont amené, puis ramené. Mon premier voyage au-delà du cercle polaire arctique m'a profondément marqué et ce sentiment ne cesse de s'intensifier au fil de mes explorations », raconte Florian Ledoux.

Le photographe a traversé les terres et les mers d'Islande, du Groenland, du Canada et d'ailleurs, immortalisant au cours de son périple paysages et espèces sauvages. Alors qu'il travaillait comme photojournaliste dans la marine française, il a décrit par ses images la culture inuit du Groenland ainsi que la relation de ce peuple à la terre, dans le cadre d'un projet personnel qui lui a permis de faire ses armes. Il a participé à l'édition 2017 du concours National Geographic Nature Photographer of the Year avec plusieurs de ses photos.

Cette photo, prise au Groenland, montre la glace qui se gèle progressivement.

En 2017, le photographe a pris le large en direction de Tremblay Sound, au Canada, à la recherche d'ours polaires. Après une nuit de recherches infructueuses, il a découvert avec son équipe un imposant bloc de glace prometteur, le genre de bloc de glace rêvé pour des ours polaires en chasse. Alors qu'ils s'approchaient des lieux, ils ont aperçu ce qu'ils étaient venus chercher : quatre ours polaires bondissant de couche de glace en couche de glace, à l'affût de phoques pouvant faire lieu de repas.

Le photographe les a immortalisés du ciel afin d'apporter une nouvelle perspective : « J'ai eu recours à un drone pour prendre ces photos aériennes car les drones offrent un nouvel angle de vue à la photographie traditionnelle d'espèces sauvages ». En plus des difficultés que pose cette région aux drones (du froid glacial en passant par l'impact des pôles magnétiques sur l'appareil jusqu'aux erreurs de boussole), Florian Ledoux a contrôlé son drone et créé ses images à bord d'un voilier en mouvement.

lancer le diaporama

Il aborde ces milieux naturels avec bienveillance, fait des recherches sur le comportement animal et les espèces sauvages avant de se rendre sur le terrain. Son objectif est d'immortaliser l'histoire de l'Arctique dans son ensemble, ainsi que les animaux qui y vivent en dépit des obstacles. « Aucun sentiment ne transcende celui qui m'anime lorsque je me trouve près d'eux, lorsque nous partageons le même espace. Je me souviendrai toujours de ma première rencontre avec un ours polaire : j'ai pleuré pendant les trois heures où nous étions à ses côtés. »

L'Arctique est désormais une seconde maison pour le photographe et anime sa passion pour la photographie. « Ces moments sont extraordinaires. Quelque chose se passe en moi, comme des ondes profondes qui consument tout mon être. C'est là ma raison de vivre : quand je photographie, je suis ailleurs. »

Prochaine étape pour le photographe ? Se consacrer à son projet sur l'Arctique sur le long terme et réaliser des prises de vue aériennes à différents moments de l'année. Dans l'intervalle, il organise des visites en Arctique avec son associé afin de sensibiliser les visiteurs et de partager sa passion pour la photographie.

 

Retrouvez les photos de Florian Ledoux sur son site et son compte Instagram.

Lire la suite