Photographie

En Colombie, des femmes transgenres indigènes se réfugient dans les plantations de café

Dans les plantations de café, les femmes peuvent exprimer librement leur identité de genre, sans craindre d'être harcelées comme dans leur propre communauté.

De Heather Brady
Photographie De Lena Mucha

Ouest de la Colombie. Eje Cafetero, sa végétation luxuriante et ses montagnes. Dans cette partie du pays, les plantations de café sont nombreuses. Quelques-unes d'entre elles sont entretenues par un groupe d'individus singulier.

La journée terminée, les ouvriers agricoles indigènes de l'ethnie Emberá rentrent au dortoir. Là-bas, ils se maquillent, se parent de bijoux et enfilent des tenues féminines traditionnelles, qui révèlent leur véritable identité de genre.

Ces femmes transgenres ne peuvent retourner dans leurs communautés. Elles sont souvent punies ou forcées de quitter leur village, même si elles ont une famille et des enfants. Mais dans ces plantations de café, elles se sentent acceptées pour ce qu'elles sont.

Lena Mucha, photographe berlinoise qui a étudié l'anthropologie sociale, a été contactée par un journal colombien local pour faire un reportage sur ces femmes transgenres.

« J'ai déjà travaillé avec des communautés indigènes, mais je ne savais rien de ces femmes et j'ai trouvé l'idée très intéressante », a déclaré Lena Mucha.

Ces recherches sur les femmes transgenres indigènes en Colombie n'ont pas été très fructueuses : il y a très peu d'informations les concernant et la photographe a uniquement trouvé quelques courts articles. De plus, leurs intérêts ne sont défendus par aucune organisation à but non lucratif ou internationale.

« C'est quelque chose de totalement nouveau pour les organisations qui travaillent avec les communautés indigènes », a-t-elle ajouté.

Lena a donc décidé d'enfourcher une moto et de parcourir la région à la recherche de ces femmes et de leur histoire. Ce ne fut pas une tâche facile, tout d'abord parce qu'elles vivent relativement isolées et qu'elles ont tendance à passer de plantations en plantations, trouvant du travail où elles le peuvent.

« Je sais qu'en Colombie, être transgenre est particulièrement difficile », raconte la photographe. « C'est un pays très conservateur. Même si dans les grandes villes comme Bogota, la reconnaissance de la communauté LGBTQ se fait doucement, dans les villages et les communautés indigènes, on pense qu'il s'agit d'une maladie qui vient des Blancs. Ils ne comprennent pas que cela arrive ».

Pour ces femmes transgenres indigènes, ces plantations de café sont un refuge. La journée, elles travaillent dans les plantations et sur leur temps libre, elles peuvent s'habiller comme elles le souhaitent, sans craindre d'être punies ou harcelées. Selon Lena Mucha, les producteurs de café apprécient embaucher ces femmes pour plusieurs raisons : elles ne se plaignent pas, sont fortes, travailleuses et constituent une main d'oeuvre bon marché ; la plupart d'entre elles gagnent environ 100 000 pesos colombiens, soit un peu moins de 30 € par semaine.

La plupart des femmes sont originaires des villages alentours ou des départements voisins. Ce travail est souvent le seul qu'elles peuvent trouver et elles sont nourries et logées sur place.

« Dans leurs communautés, il leur est impossible de vivre selon leur identité de genre. Elles cherchent donc à partir », a souligné la photographe.

L'une des femmes que Lena a appris à connaître pendant son séjour dans la plantation de café, Angelica, lui a dit qu'elle ne retournerait pas dans sa communauté.

« Ici, je peux enfin être moi et vivre selon mon identité », a déclaré Angélica à Lena.

Ces femmes restent entre elles, gardant leurs distances avec les autres ouvriers indigènes de la plantation. Lena Mucha a eu du mal à faire leur connaissance, car la plupart d'entre elles ne parlent pas espagnol et sont réservées. La faute aux préjugés liées aux précédentes rencontres qu'elles ont pu faire.

« Je suis restée dans la plantation quelques jours », explique-t-elle. « Il s'agissait d'une des plus grandes plantations [de café]. Le premier jour, j'ai pris des photos que j'ai imprimé et que je leur ai apporté. Grâce à cela, nous avons pu tisser un lien et elles ont commencé à me faire confiance ».

Un samedi, accompagnée par quelques femmes, la photographe s'est rendue à Santuario, un village voisin, où elles achètent du maquillage et des bijoux avec leur argent durement gagné. Là-bas, Lena a pu constater le harcèlement dont sont victimes ces femmes par les gens de leur communauté.

« À un moment, des indigènes ont commencé à leur parler, à se moquer d'elles ou à les harceler en leur disant « Qu'est-ce que vous faîtes ici ? », a décrit Lena Mucha. « Je pouvais imaginer ce qu'elles enduraient dans leur village ».

Sur leur temps libre, lorsque les ouvriers se muent en femmes, la transformation est totale.

« Ce sont des femmes fortes », décrit Lena. « Je pense qu'elles apprécient vraiment leur vie ici. Elles peuvent vivre et s'exprimer librement. Personne ne vient les déranger ».