Photographie

Le funambule de l'éclipse solaire : l'histoire d'un cliché exceptionnel

Le photographe Keith Ladzinski a pris des risques, et a joué contre la montre pour obtenir ce cliché exceptionnel pendant l'éclipse solaire du 21 août 2017.

De Rachel Brown
Photographie De Keith Ladzinski

Quand l'athlète Alex Mason a traversé la vallée du Jackson Hole 45 mètres au-dessus du vide dans le Wyoming pendant l'éclipse solaire, Keith Ladzinski était là pour immortaliser son exploit.

Dans la pénombre temporaire laissant apparaître les étoiles, la foule s'était rassemblée pour observer l'éclipse historique. Pendant ce temps-là le slackliner Alex Mason, en funambule de l'extrême, « a continué de marcher, cherchant son chemin du bout des pieds, » raconte Ladzinski.

L'exploit de Mason est remarquable, tout comme le cliché exceptionnel en exposition double que Ladzinski a eu la "chance" de saisir.

Quand il faisait des repérages sur le couloir du Corbet, dans la station de Jackson Hole, Ladzinski a réalisé qu'au climax de l'éclipse, le soleil aurait disparu, et qu'il serait difficile de photographier à la fois l'éclipse et le slackliner à moins d'un alignement parfait juste avant ou juste après le climax.

Au lieu de cela, le photographe a choisi de "déplacer le soleil". « Vous ne pouvez pas déplacer le soleil à moins d'une double exposition, » explique-t-il, « et si c'est le cas, vous pouvez le placer où vous le souhaitez. »

Sur les appareils argentiques, la double exposition, ou surimpression, requiert d'exposer l'appareil à deux sources de lumières distinctes et de faire deux compositions distinctes que l'on juxtapose. Une exposition multiple en numérique repose sur le même principe qu’en argentique, sauf que cette fois-ci l’appareil prend deux photos distinctes (ou plus) et les combine de manière automatique. 

À 5 heures du matin le jour de l'éclipse, Mason, Ladzinski et l'équipe technique sont arrivés sur place. Ils ont tendu la sangle et installé des lumières stroboscopiques de chaque côté du Jackson Hole.

À 11h36 heure locale, la lune est passée devant le soleil, projetant son ombre sur la terre et couvrant d'un manteau sombre le Trou de Jackson au-dessus duquel Mason évoluait. Autant qu'il l'a pu, Landzinski a choisi de laisser le soleil en haut de son cadre puis a pivoté pour photographier Mason et le paysage au flash.

« Il faut penser et faire très rapidement, vous n'avez qu'une centaine de secondes, » rit-il. 

Même concentré sur son cadre, Ladzinski a pris le temps d'apprécier la première éclipse solaire totale à laquelle il assistait.

« Je regardais la position du soleil, de la lune... le spectacle était hypnotisant. Puis je me suis remis à photographier Alex Mason. »