Comment prendre de (belles) photos sous l'eau ?

Ce sont les sciences qui ont amené Jennifer Hayes à la photographie, qui est pour elle un moyen de sensibiliser à la protection de l'environnement. Voici ses conseils pour créer des images fortes sous la surface de l'eau.

De Jennifer Hayes
Publication 28 nov. 2023, 14:51 CET
Un poisson clown dans son anémone hôte. L'utilisation d'appareils permettant de prendre des photos et des ...

Un poisson clown dans son anémone hôte. L'utilisation d'appareils permettant de prendre des photos et des vidéos à distance peut aider à capturer des moments intimes comme celui-ci. 

PHOTOGRAPHIE DE Jennifer Hayes

La science m’a conduite à prendre des photos et à raconter des histoires. Au cours de mes recherches universitaires sur les requins et les esturgeons, j’ai constaté le pouvoir des images dans le monde universitaire, parmi les décideurs et le grand public. Les photos et les vidéos sont bien plus convaincantes que les camemberts et les statistiques car elles permettent aux gens de se familiariser avec des espèces et des écosystèmes qu’ils ne voient jamais.

Mon objectif est simple : utiliser les images pour que tout le monde voie avec quelles créatures nous partageons notre planète et comprenne que protéger la Terre est notre devoir. Voici mes conseils pour réussir vos photos et vidéos sous l'eau.

Une femelle phoque du Groenland incite son petit à quitter la glace pour nager dans le golfe du Saint-Laurent.

PHOTOGRAPHIE DE Jennifer Hayes

 

UTILISEZ TOUT CE QUE VOUS AVEZ SOUS LA MAIN

Qu'il s'agisse d'un smartphone, d'une GoPro, d'un reflex numérique, d'un drone ou même d'un stylo et de papier – oui, j’ai déjà publié des illustrations dessinées, ne sous-estimez jamais la puissance de vos outils. Pensez à vous servir du son, on ne s’attend pas toujours à des enregistrements audios et ils peuvent être impressionnants.

Un plan large capture le corail du récif de Tubbataha au coucher du soleil.

PHOTOGRAPHIE DE Jennifer Hayes

Si votre appareil photo dernier cri n'a plus de batterie, trouvez des alternatives pour capturer le moment plutôt que de le laisser passer. Les données et les images que vous obtenez, quelle que soit leur qualité, peuvent vous aider à raconter votre histoire.

Des raies pastenagues américaines sont entourées par les eaux bleues immaculées de l'île de Grand Cayman.

PHOTOGRAPHIE DE Jennifer Hayes

 

DÉPLACEZ-VOUS ET EXPLOREZ

Je voudrais mettre en garde les nouveaux photographes contre une erreur que je commets trop souvent : s'installer à un endroit et prendre un animal en photo sous un seul angle. En vous déplaçant, vous découvrirez peut-être un meilleur angle ou une interaction qui n'apparaissait pas dans votre objectif, comme un prédateur, non loin, qui traque votre sujet. Utiliser un grand angle permet par ailleurs de capturer le sujet dans le contexte de son environnement.

Il est également important d'approcher les animaux les yeux dans les yeux. Les objectifs macro sont utiles pour ces prises de vue intimes, car ils permettent de faire ressortir la personnalité des animaux.

Un crocodile américain nage dans le parc marin national des Jardins de la Reine à Cuba.

PHOTOGRAPHIE DE Jennifer Hayes

Des gobies coralliens jaunes nous regardent à travers une bouteille en verre sur le fond marin.

PHOTOGRAPHIE DE Jennifer Hayes

 

L'UTILISATION D'UNE GO-PRO ET D'AUTRES CAMÉRAS D'ACTION

La GoPro a cela de pratique qu'il n'est pas nécessaire d'être sur place pour l'utiliser. Souvent, lorsque je pars faire de la plongée, j'en emporte plusieurs et je les installe à des endroits stratégiques, là où je pense qu'il pourrait y avoir de l'action. Ensuite, je les règle pour qu'elles filment ou prennent des photos à intervalles réguliers.

L'utilisation d'un appareil photo dans un boîtier sous-marin m'oblige à nager chargée d’un équipement conséquent doté de stroboscopes qui clignotent, entourée d'un nuage bruyant de bulles et ce ne sont pas les meilleures conditions pour capturer un comportement naturel. Les petits appareils photo placés à distance se fondent dans le décor et ne sont pas aussi menaçants, ce qui permet au sujet d'être ce qu'il est et de faire ce qu'il fait en temps normal.

 

L'UTILISATION D'UN SMARTPHONE

Lors de mes missions, j’emporte deux iPhones avec moi. L'un est un téléphone de travail, l'autre me sert d’appareil photo de travail. J'utilise les deux séparément, ce qui me permet de prendre des photos avec l’un sans risquer de perdre l'appareil dont j'ai besoin pour envoyer des SMS, téléphoner, faire des recherches, etc. Dans un monde avide de vidéos verticales, votre iPhone est un atout inestimable. Je prends des photos sur ces appareils au format RAW et je filme des vidéos en résolution 4K.

J'emporte un trépied de smartphone pour les times laps. Il m’est utile pour la capture de mouvements lents. 

Cette photo d'un embryon de requin zèbre a été prise avec un iPhone.

PHOTOGRAPHIE DE Jennifer Hayes

Vous pouvez acheter un boîtier pour votre smartphone qui vous permettra de travailler sous l'eau jusqu'à une profondeur limitée, mais préparez-vous à ce qu’il finisse par se casser. Tout finit par être inondé car l'eau trouve toujours un moyen de s'infiltrer.

Enfin, sauvegardez vos données dès que possible. À vos appareils !

Des bancs de poissons nagent sur le corail près de l'île de Pescador, aux Philippines.

PHOTOGRAPHIE DE Jennifer Hayes

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.