Voyage à travers les Scottish Borders

Avec des paysages aussi singuliers que son architecture, la région des Scottish Borders est peuplée de gens fiers et prêts à partager ce qui rend cette région si spectaculaire.

TEXTE ET PHOTOGRAPHIES PAR MICHAEL GEORGE

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

Explorez les terres d’un domaine épique

Bowhill est une maison historique du XVIIIe siècle, méticuleusement préservée au cœur des Scottish Borders. Un sentier pédestre mène à un portail en fer surdimensionné, faisant office de préambule à la grandeur de la demeure elle-même. La propriété dégage une atmosphère telle que j’entendais de la musique classique dans ma tête, au rythme de mes pas. Lorsque je suis entré dans la cuisine victorienne, restaurée dans les années soixante-dix, j’ai été stupéfait par la taille du foyer et la palette de couleurs douces de la batterie de cuisine tout en cuivre. Bowhill, aujourd’hui gérée par le Buccleuch Living Heritage Trust, ouvre une brèche dans le passé et cette maison étonnamment préservée se dresse comme un monument à la préservation de la campagne écossaise, pour le plaisir des générations futures.

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

La vision utopique d’un célèbre écrivain

Malgré sa grandeur et ses airs de château, Abbotsford semble cachée en pleine campagne. La maison est l’ancienne résidence du célèbre écrivain Sir Walter Scott, auteur du roman historique Ivanhoé. Une galerie d’arcs gothiques sépare l’entrée de la demeure des jardins clos luxuriants. J’ai parcouru les sentiers qui serpentent autour de la demeure, incitant les visiteurs à prendre le temps d’apprécier le paysage. De loin, vous apercevez que la maison se trouve sur un domaine d’environ 50 hectares, que Scott a développé en pensant aux générations futures.

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

Plongez dans le coffre au trésor de Scott

Franchir l’entrée d’Abbotsford submerge les sens. Scott était un collectionneur enthousiaste d’artefacts naturels et humains. La lumière de la maison change rapidement en fonction du temps qu’il fait à l’extérieur, la plupart des petites fenêtres laissant entrer suffisamment de lumière pour maintenir un sentiment de mystère. L’arrière de la demeure est plus lumineux, car Scott aimait sa vue sur le fleuve Tweed et les nombreux arbres qu’il a plantés pour préserver la santé de l’élégant paysage. De ce côté de la maison, vous trouverez une immense bibliothèque et des espaces complexes comme ce salon décoré d’un papier peint chinois décoré à la main.

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

Admirez les Eildon Hills

Je pouvais sentir mes jambes brûler alors que je montais à vélo jusqu’au grand point de vue de Scott’s View. C’était l’un des endroits préférés de Sir Walter Scott pour se balader, ou simplement s’asseoir et réfléchir. J’ai apprécié le banc bien placé pour reprendre mon souffle et admirer le paysage grandiose, donnant sur les Eildon Hills, une impressionnante formation de roche volcanique. Les visiteurs peuvent rejoindre cet endroit à pied, à vélo ou en voiture pour admirer les nombreuses caractéristiques géologiques de la région. À la fin de l’été, vous pourriez même trouver une variété de mûres fraîches prêtes à être cueillies dans les buissons au sommet.

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

Visite d’un viaduc avec vues panoramiques

Alors que je marchais le long du fleuve Tweed, une structure imposante a commencé à se dessiner au loin. Le viaduc de Leaderfoot est une structure emblématique non loin de la ville de Melrose. Il se dresse à environ 38 mètres au-dessus du fleuve et, en raison de son emplacement pittoresque, c’est une étape populaire pour les voyageurs sur l’itinéraire cyclable des Quatre Abbayes. Il y a des sentiers pédestres tout autour qui permettent aux visiteurs d’appréhender l’architecture sous différents angles. Bien qu’il ne soit plus utilisé, le viaduc a fait partie de la ligne chemin de fer du Berwickshire de 1865 à 1948. Par ce temps dégagé, je pouvais facilement imaginer un train à vapeur siffler à l’horizon.

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

Le fleuve suit son cours paisible

Le fleuve Tweed est un cours d’eau emblématique de 156 km qui attire des pêcheurs du monde entier. C’est un cours d’eau douce, invitant à la sérénité tous ceux qui se trouvent sur ses rives. On y trouve des saumons, des truites et vous y verrez de nombreux habitants pêcher à la mouche, vêtus de différentes manières, allant des cuissardes à des tenues beaucoup plus classiques. Le fleuve traverse de nombreuses villes, dont Peebles, et sert même en partie de frontière entre l’Angleterre et l’Écosse. La rivière traverse Abbotsford, faisant de Sir Walter Scott l’un des premiers défenseurs de la protection et de la préservation du fleuve et de la faune qu’elle abrite.

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

Voyagez dans le passé

Les ruines de l’abbaye de Melrose se dressent autour de moi, projetant une ombre, bien qu’une infime partie de sa structure d’origine soit restée intacte. Me promenant à travers la petite ville pittoresque de Melrose, je me retrouve transporté au début du XIIe siècle, lors de la visite de cette abbaye cistercienne. Ce qui en reste est impeccablement préservé et abriterait les restes de quelques Écossais célèbres, dont le cœur de Robert the Bruce, ancien roi d’Écosse. Le sort de Melrose fut scellé en 1544 lorsque le roi Henri VIII ordonna l’incendie de l’abbaye. Malgré cela, ce qui reste de l’extérieur et qui présentait autrefois 50 fenêtres et plus de 50 contreforts est un véritable régal pour les yeux.

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

Ces reliques nourrissent l’imagination

En vous promenant dans Kelso, vous pourrez profiter des rues calmes, marcher le long du fleuve Tweed ou vous retrouver ici à l’abbaye de Kelso. L’abbaye fait partie de la piste cyclable des Quatre Abbayes, une boucle circulaire qui parcourt un total de 88 km à travers Melrose, Dryburgh, Kelso et Jedburgh. Les couleurs vives du jardin du Mémorial de guerre de Kelso contrastent agréablement avec les tons chauds des ruines de l’abbaye. Non loin de là, vous trouverez la célèbre place de la ville de Kelso, connue pour ses marchés, foires et autres événements qui permettent aux artisans de la région d’exposer leurs produits.

Imprégnez-vous du lever du soleil à Smailholm

La Tour de Smailholm est visible sur des kilomètres, se dressant à l’horizon avec une présence puissante. Une courte randonnée m’a amené jusqu’aux murs extérieurs, un endroit idéal pour regarder le lever ou le coucher du soleil. Smailholm est une tour écossaise, un type de structure qui servait de tour de guet et aussi de donjon fortifié où les gens et le bétail pouvaient chercher refuge en cas de danger. Historiquement, les attaques étaient un gros problème dans les Borders, entre le XIIIe et le XVIIe siècle. Aujourd’hui, les champs autour de la tour sont le foyer de vaches tachetées et de moutons duveteux, heureux de regarder curieusement pendant que je me promenais dans le parc.

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

Reposez-vous et réfléchissez à vos voyages

Faire du vélo à travers les Scottish Borders est aussi tranquille que fatiguant. Heureusement, la région regorge de lieux calmes pour ralentir, se promener et admirer le paysage. L’un de ces endroits est le lac Bowden, juste à l’extérieur de la ville de Melrose. Il dégage une énergie sereine, les Eildon Hills se reflétant dans ses eaux calmes. Les pêcheurs s’arrêtent souvent ici, tandis que les randonneurs peuvent faire une courte boucle sur ses rives. Le lac est entouré de chaque côté par des terres agricoles et constitue une étape agréable pour ceux qui voyagent le long de l’itinéraire cyclable des Quatre Abbayes.

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

Observer des dizaines de milliers d’oiseaux marins

La folie du monde moderne s’évanouit dès lors que vous traversez la côte époustouflante de la réserve naturelle nationale de St. Abb’s Head. Son paysage est une poésie visuelle, ses falaises elles-mêmes sont le résultat de l’activité volcanique des plaques tectoniques qui s’écrasent les unes sur les autres. Tout au long de l’année, les animaux sauvages, comme les phoques gris ou les mouettes tridactyles, se retrouvent dans la réserve naturelle et y élèvent leurs petits. J’ai marché jusqu’à un point de vue, donnant sur la mer à plusieurs mètres en contrebas, et j’ai imaginé ces flancs de colline au printemps lorsqu’ils sont recouverts d’un assortiment de fleurs sauvages indigènes colorées. En marchant le long des hauteurs vertigineuses des falaises, vous pourriez même apercevoir un dauphin ou une baleine. N’oubliez pas d’apporter vos jumelles !

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

Découvrez l’histoire tissée de l’Écosse

En observant la Grande Tapisserie d’Écosse, j’ai réalisé que je pouvais y passer une journée entière et encore manquer de nombreux détails complexes. La tapisserie, située à Galashiels, est une œuvre d’art massive axée sur la communauté et composée de 160 panneaux qui illustrent l’histoire de l’Écosse en passant par les guerres et batailles jusqu’à Dolly, le célèbre mouton cloné. Chaque panneau a nécessité plus de 400 heures de travail et au total, 1 000 personnes ont mis leur talent à contribution pour lui donner vie. J’ai apprécié la façon dont les concepteurs ont créé des panneaux pour célébrer non seulement les rois et les saints, mais aussi les gens ordinaires.

PHOTOGRAPHIE PAR MICHAEL GEORGE

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.