Sciences

La réalité virtuelle, un remède pour soigner l’addiction ?

En Chine, une nouvelle thérapie consiste à porter des lunettes de réalité virtuelle pour se libérer de la méthamphétamine. Et ça marche ! Jeudi, 9 novembre

De Julie Lacaze

Pour traiter la toxicomanie, des médecins chinois utilisent une méthode originale : la réalité virtuelle. Les premiers résultats sont encourageants. Le journal chinois Paper.cn dresse, en août 2017, le bilan d’une étude menée sur 1 008 personnes dépendantes à la méthamphétamine, une drogue de synthèse très addictive. Résultat ? Le traitement est jugé « efficace » chez 67,3 % des sujets et le taux de sevrage s’élève à 37,6 %.

Jusqu’alors, l’addiction à la méthamphétamine était difficile à combattre avec des médicaments. Des psychiatres d’un centre d’addictologie de la province de Zhejiang, dans l’est de la Chine, ont donc eu l’idée de tester un programme basé sur le port de lunettes de réalité virtuelle. La méthode consiste à faire visionner trois vidéos de 20 minutes à des personnes dépendantes depuis plus d'un an. La première vidéo reproduit l’ambiance entourant la prise de drogue : dans un hôtel, des toxicomanes sont réunis ; on entend s’allumer les briquets et les cristaux de méthamphétamine brûler dans les pipes en verre. La deuxième représente les hallucinations liées au manque de la substance, telles que la sensation d’être enfermé dans un sac ou celle d’être rongé par des vers. L'expérience vidéographique s'achève par une scène de repas familial, synonyme de retour à la vie normale. Le but de l’enchaînement de ces images ? S’entraîner à lutter contre l’envie de consommer la drogue, puis glisser progressivement vers le dégoût de la substance afin de retrouver un quotidien apaisé.

En février dernier, l’agence de presse chinoise Xinhua annonçait les premiers succès de cette thérapie révolutionnaire. L’efficacité du traitement devait être confirmée par une étude à plus grande échelle. Cette étape désormais franchie, la technique sera introduite dans tous les centres de la province de Zhejiang. Les responsables du projet souhaitent améliorer la technologie, en simulant, en plus du son et de l’image, les goûts et les odeurs. Dans le numéro de septembre 2017, nous abordons notamment la question des addictions aux nouvelles technologies... Voilà qu'elles se transforment désormais en remède. 

Lire la suite