Sciences

Une nouvelle espèce de dinosaure a été mise au jour au Brésil

Un fossile exceptionnellement bien préservé a été mis au jour dans l'État de Paraná, au Brésil. Il nous en apprend plus sur une espèce de dinosaures qui aimait à se balancer sur un orteil.jeudi 4 juillet 2019

De Jill Langlois

Lorsque Neurides Martins a examiné la petite dent, elle a compris qu'elle avait découvert là quelque chose de spécial.

Cette dent était la première trace d’une nouvelle espèce de dinosaure, et une espèce pour le moins inhabituelle. D'une taille relativement semblable à celle d'un dogue allemand, ce dinosaure carnivore aurait peuplé les zones terrestres désertiques il y a environ 90 millions d'années, se déplaçant debout sur ses deux pattes arrière et s'appuyant de chaque côté sur un seul de ses trois longs orteils.

Il y a près de 50 ans, des paléontologues ont découvert de mystérieuses empreintes de pas dans la région, mais jusqu'à présent, personne ne savait quelle créature pouvait en être l'auteure. Alors que ses trois orteils fonctionnels permettent de classer la nouvelle espèce dans la famille des théropodes, à laquelle appartient le Tyrannosaurus rex, cette anatomie rare le fait se comporter comme un monodactyle, une adaptation qui n'avait pas encore été documentée parmi les espèces de dinosaures découvertes au Brésil.

Nommé Vespersaurus paranaensis, du nom de la ville et de l'État dans lesquels il a été trouvé, ce dinosaure est également le premier jamais mis au jour dans la région de Paraná au Brésil et le dinosaure théropode le plus complet et le mieux conservé jamais trouvé dans le pays. Martins et ses collègues ont décrit le dinosaure et son environnement dans un article paru le 26 juin dans la revue Scientific Reports.

 

UNE PATTE DÉCOUVERTE

Il était facile de passer à côté de ladite première dent d'une longueur d'environ 4 millimètres, mais Martins, historienne et directrice du musée de paléontologie de Cruzeiro do Oeste, au Brésil, suspectait la présence d'autres éléments dans le bloc de pierre pesant 500 kilos dans lequel elle avait trouvé la dent. Un mois plus tard, Martins découvrait l'extrémité singulière de la patte du dinosaure, confirmant ainsi sa façon peu habituelle de se déplacer et de chasser.

« J'étais vraiment heureuse et surexcitée », se souvient Martins.

Vespersaurus paranaensis est un membre du groupe Noasaurinae appartenant à la famille des dinosaures théropodes. Il mesurait environ 76 centimètres de haut et 1,52 mètre de long. Considéré comme un petit dinosaure, il possédait des os pneumatiques - creux et remplis d'air - semblables à ceux des oiseaux modernes. Il pesait environ 15 kilos et ses pattes supérieures faisaient environ la moitié de la taille de ses pattes postérieures, sur lesquelles il se déplaçait.

D'environ 15 cm de long, l'extrémité de ses pattes est cruciale pour comprendre cette  nouvelle espèce. Les deux orteils qui bordaient l'orteil du support central présentaient de grandes griffes en forme de couteau, qui étaient probablement utilisées pour capturer et découper ses proies, certainement des lézards et des ptérosaures.

Pour Luiz Eduardo Anelli, paléontologue n'ayant pris part ni à la découverte, ni à la description du Vespersaurus paranaensis, ce sont précisément les pattes du dinosaure qui font de cette découverte une découverte fascinante. Chez les vrais monodactyles, dit-il, comme les chevaux et les kangourous primitifs, les orteils supplémentaires ont été perdus au cours de l'évolution.

« Le kangourou est devenu un monodactyle pour pouvoir sauter, tandis que le cheval a pu augmenter son agilité et sa vitesse, facilitant ainsi les longs trajets et la fuite face à des prédateurs », explique-t-il, citant ces mêmes raisons pour expliquer le comportement du dinosaure récemment découvert.

« La monodactylie est révélatrice de beaucoup de choses, y compris de la diversité anatomique de ces animaux, qui reflète leurs différents modes de vie », dit-il. « Les dinosaures se sont adaptés pour creuser des terriers, planer, grimper, nager, pêcher, creuser des sillons dans le sol pour y conserver leurs œufs, courir, voler. C'étaient des animaux extraordinaires. »

 

DÉCOUVERTE INÉDITE

Alors que le Brésil avait déjà confirmé qu'une quarantaine d'espèces différentes de dinosaures parcouraient son territoire il y a des dizaines de millions d'années, l'État du sud de Paraná, où le musée est situé, n'avait jamais connu de telle découverte. Le site de fouilles paléontologiques de Cruzeiro do Oeste avait déjà permis la mise au jour différents types de fossiles, notamment les os d'un lézard de Gueragama sulamericana et plusieurs individus de la famille des ptérosaures, mais c'est la première indication concrète de la présence d'un dinosaure dans cette région.

Et avec 40 % du squelette complet, le Vespersaurus paranaensis a déjà apporté aux experts une quantité exceptionnelle de nouvelles informations. Mais pour Martins, cette découverte n'est qu'un début.

« Nous pourrions encore découvrir de nouvelles espèces - ce que je compte faire et j'imagine que nous allons faire - et davantage et de détails sur notre dinosaure », dit-elle. « Nous avons encore beaucoup à étudier, ne serait-ce que dans ce même bloc. Nous avons pu décrire notre dinosaure et confirmer qu'il s'agissait d'une espèce unique au monde, mais cela ne veut pas dire que nous avons terminé. Notre travail continue. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite