Sciences

Greffe d'organes infectés par l'hépatite C : solution "miracle" pour les patients ?

Il y a peu, les organes provenant de donneurs atteints d'hépatite C étaient jetés.

Des chirurgiens réalisent une greffe du foie à Madrid.
Des chirurgiens réalisent une greffe du foie à Madrid.

Souffrant d'insuffisance rénale causée par la même maladie qui a emporté sa mère et son frère, Anne Rupp a été placée sous dialyse en mai 2016. Elle détestait cette procédure qui permet de nettoyer le sang, qu'elle devait subir trois fois par semaine, pendant trois heures.

Anne souffrait de polykystose rénale et a été inscrite sur la liste des personnes en attente d'une greffe de rein, aux côtés de 95 000 autres Américains. Elle était parfaitement consciente que l'attente pouvait durer des années.

Mais une source expérimentale et controversée d'organes provenant de certains donneurs lui proposait une greffe beaucoup plus rapidement. Grâce aux traitements onéreux qui traitent l'hépatite C, il est désormais possible de greffer les organes de donneurs atteints du virus autrefois mortel et victimes de surdoses d'opioïdes.

Anne Rupp a accepté de participer à l'étude, pour laquelle les patients nécessitant une greffe acceptent de recevoir les organes d'un donneur atteint de la maladie. Six mois plus tard, alors qu'elle était chez elle à York en Pennsylvanie, elle reçoit un appel à 7 h 30 : « Nous avons un rein pour vous ! » lui annonce-t-on.

Des données du United Network for Organ Sharing révèlent que depuis 2012, le nombre de donneurs d'organes morts d'une surdose de médicaments a augmenté de 200 %, ce qui représente plus de 13 % des donneurs. Toutefois, en 2017, sur les 1 382 donneurs morts d'une surdose, seuls 30 % étaient atteints de l'hépatite C.

Auparavant, les organes des donneurs atteints de la maladie étaient soit jetés, soit greffés sur des patients déjà infectés par l'hépatite C. Les greffer sur des patients qui ne souffrent pas du virus pourrait permettre de raccourcir le délai d'attente des greffes pour des centaines de patients chaque année.

« C'est très excitant ! Il y a cinq ans, tous les cœurs de donneurs atteints de l'hépatite C étaient jetés. Aujourd'hui nous pouvons en greffer quelques-uns », a indiqué Peter Reese, professeur agrégé de médecine à l'Université de Pennsylvanie. « Le monde a changé. »

Il est presque certain que les patients recevant ces organes aient en même temps besoin d'un traitement contre l'hépatite C. Celui-ci est administré entre 6 et 12 semaines et coûte des dizaines de milliers de dollars. De plus, l'innocuité et l'efficacité du traitement sur le long terme est inconnue pour les bénéficiaires de la greffe.

« Cela n'a jamais été fait auparavant », voilà ce qu'a dit à Anne Rupp, 76 ans, son médecin de l'hôpital John Hopkins, situé dans le Maryland aux États-Unis, lorsqu'il lui a proposé cette option. Il lui a aussi indiqué que dans presque tous les cas, le nouveau traitement antiviral soignait l'hépatite C.

Certains patients ne présentent aucun symptôme de l'hépatite C, mais si le virus n'est pas soigné, il peut provoquer le développement de maladies hépatiques chroniques et conduire à l'insuffisance rénale sur le long terme.

L'étude du John Hopkins et de plusieurs autres établissements du pays ouvrent le champ des possibilités médicales, mais exposent les patients à des coûts éventuels.

La procédure étant considérée comme expérimentale, de nombreux systèmes de soin ne proposent pas d'assurance spécifique pour le traitement antiviral onéreux corollaire de la greffe.

Les assurances contactées dans le cadre de cet article ont confié qu'elles verraient au cas par cas et qu'elles couvriraient le coût du traitement si elles le jugent nécessaire d'un point de vue médical.

Les chercheurs et les spécialistes en éthique estiment que la question relative à la prise en charge du traitement doit être clarifiée avant que la nouvelle procédure ne devienne plus répandue.

« Comment pouvez-vous infecter intentionnellement un patient si vous n'êtes pas sûr à 100 % que leur tiers-payant va prendre en charge [le traitement] », s'interroge Christine Durand, professeure de médecine adjointe à l'école de médecine de l'Université Johns Hopkins.

À Hopkins, les patients débutent le traitement antiviral juste avant d'entrer en salle d'opération. Dans d'autres hôpitaux, il ne débute qu'une fois que les patients ont développé l'hépatite C, en général dans les premiers jours suivants la greffe. Lorsque la greffe a été réalisée dans le cadre d'une étude, le coût du traitement est également souvent pris en charge par le fabricant du médicament ou par les institutions de santé qui mènent l'étude.

Le traitement a fait son apparition fin 2013 et à l'époque, il coûtait près de 90 000 €. Avec la mise sur le marché d'un plus grand nombre d'antiviraux, les prix ont chuté et les restrictions pour les personnes atteintes d'hépatite C chronique ont diminué. Selon SSR Health, qui fait partie de SSR LLC, un cabinet de recherche en investissement, le prix moyen d'un traitement antiviral de l'hépatite C coûte environ 22 000 €.

Lorsque la greffe n'a pas été effectuée dans le cadre d'un essai clinique, les chirurgiens confient qu'ils sont souvent parvenus à obtenir la prise en charge complète du traitement par les assurances. Selon Christine Durand, la procédure est rentable, puisque le traitement antiviral coûte moins cher que la dialyse ou les dispositifs d'assistance cardiaque.

Toutefois, les avis sont partagés parmi les chercheurs : les résultats sont-ils suffisamment satisfaisants pour que cette procédure devienne plus qu'une étude scientifique ?

« Il ne s'agit pas d'une procédure standard aujourd'hui, mais nous allons en ce sens », a indiqué Christine Durand.

D'autres conseillent de faire preuve de prudence et d'attendre les résultats sur le long terme.

Une étude révèle que les 20 premiers patients des universités de Pennsylvanie et John Hopkins à bénéficier d'une greffe de rein ont tous été soignés de l'hépatite C. « Avec 100 ou 200 patients, nous aurions une meilleure idée du taux de guérison et s'il était vraiment de 100 % », a confié Peter Resse, de l'Université de Pennsylvanie.

Dans le cadre de son programme de greffe cardiaque, le centre médical universitaire Vanderbilt de Nashville a réalisé une greffe cardiaque à partir d'un cœur exposé à l'hépatite C sur des patients non infectés. Les patients font toujours l'objet d'un suivi. Ashish Shah, le directeur du programme, souligne que quelques patients qui n'ont pas soigné le virus ou sont atteints d'hépatite C depuis longtemps présentent des risques plus élevés de développer une coronaropathie. 

« C'est donc à surveiller », a-t-il indiqué, avant de remarquer que de nombreux patients souffrant d'insuffisance cardiaque sévère seraient morts en attendant une greffe s'ils n'avaient pas bénéficié de cette étude.

« Il est raisonnable de penser que les risques [d'accepter un organe provenant d'un donneur atteint d'hépatite C] sont bien moins élevés », a-t-il expliqué.

Jay Fuentes, un infirmier âgé de 45 ans qui vit à Quakertown en Pennsylvanie, a accepté de prendre part à l'étude de l'Université de Pennsylvanie dans l'espoir de bénéficier d'une greffe plus rapidement. Il a développé une insuffisance rénale en 2017.

« Cela m'a paru évident », a-t-il déclaré. « J'aurais peut-être hésité si je faisais partie du premier groupe, celui pour lequel la procédure n'avait jamais été réalisée. »

Peu après la chirurgie, il a été testé positif à l'hépatite C et a pris le traitement antiviral pendant 90 jours. Aujourd'hui, il n'est plus positif au virus et s'est remis au théâtre avec ses enfants.

« C'est un nouveau départ », confie Jay Fuentes.

 

Kaiser Health News (KHN) est une agence de presse à but non lucratif qui couvre le domaine de la santé. Il s'agit d'un programme indépendant de la Kaiser Family Foundation, qui n'est pas affiliée à Kaiser Permanente.
Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.
Lire la suite