Pourquoi nos cheveux deviennent-ils blancs ?

Si la plupart des cheveux blancs sont dus au vieillissement, le tabagisme, l’exposition aux UV et les maladies thyroïdiennes peuvent également provoquer leur apparition.

De Erin Blakemore
Publication 24 juin 2024, 11:13 CEST
Les cheveux blancs sont l’un des signes les plus visibles de l'âge, mais il se pourrait ...

Les cheveux blancs sont l’un des signes les plus visibles de l'âge, mais il se pourrait que la science trouve un jour le moyen d’enrayer ce phénomène.

PHOTOGRAPHIE DE Keenpress

Existe-t-il une fontaine de jouvence ? Comme la science n’a pas encore trouvé de remède universel au vieillissement, de nombreuses personnes ont décidé de contrer l’implacable marche du temps à l’aide d’un liquide bien particulier : une teinture pour cheveux.

La lutte pour cacher ses cheveux blancs représente un marché de plusieurs milliards de dollars dans le monde entier, promettant un répit temporaire à l’un des signes de l'âge les plus visibles. Mais pourquoi nos cheveux deviennent-ils blancs ? La science trouvera-t-elle un jour un moyen d’enrayer le phénomène ?

La réponse se trouve très probablement au sein de nos follicules pileux, là où a lieu la pigmentation des cheveux et où, pour beaucoup, elle disparaît. Les cellules qui rendent nos cheveux blancs, les mélanocytes, sont les mêmes que celles qui produisent la mélanine, ce pigment responsable de la couleur des cheveux, de la peau et des yeux.

« Leur unique fonction est de produire des pigments et de les déposer dans la tige du cheveu au cours de sa croissance », explique Melissa Harris, professeure agrégée de biologie à l’université d’Alabama à Birmingham. Selon les scientifiques, la couleur des cheveux, tout comme la couleur de la peau, aurait évolué pour protéger le corps des rayons du soleil.

Malgré cet objectif évolutif simple, les processus responsables de la couleur des cheveux le sont eux beaucoup moins. En effet, des centaines de gènes sont responsables de la couleur de nos cheveux, qui, à en croire les scientifiques, serait l’une de nos caractéristiques héréditaires les plus visibles puisque jusqu’à 99 % de celle-ci est déterminée par nos gènes.

 

FAIT N° 1 : LES CHEVEUX BLANCS SONT REMPLIS D’AIR

Chaque cheveu de votre tête se trouve à un moment donné dans un cycle de croissance qui se décompose en quatre phases : la phase anagène, à l’œuvre pendant plusieurs années, au cours de laquelle les cellules capillaires poussent à partir du follicule ; la phase catagène ou de transition, au cours de laquelle la croissance ralentit et le cheveu se sépare du follicule ; la phase télogène ou de repos, au cours de laquelle le follicule se prépare à faire tomber son cheveu et à en faire pousser un nouveau ; et la phase exogène, au cours de laquelle des dizaines, voire des centaines de cheveux tombent chaque jour du cuir chevelu. Ce cycle de régénération est continu et chaque follicule suit son propre rythme.

La pigmentation des cheveux a lieu pendant l’étape critique qu’est la phase anagène. Au début du cycle pilaire, les cellules souches à l’intérieur du bulbe d’un follicule pileux génèrent des cellules mélanocytaires, qui produisent alors des pigments. Ces mélanocytes meurent à la fin du cycle pillaire, et le follicule produit de nouveaux mélanocytes à partir de cellules souches à chaque nouveau cycle.

Mais avec le temps, explique Harris, les mélanocytes peuvent perdre en efficacité et produire moins de pigments, voire ne plus en produire du tout. « Ils ne font plus leur travail », explique-t-elle. « La population de cellules souches diminue également. Si ces cellules disparaissent, il n’y aura pas de mélanocytes au cours du cycle capillaire suivant. » Par conséquent, au lieu d’être remplie de mélanine, la tige du cheveu est remplie d’air, et nos yeux perçoivent la tige semi-transparente comme décolorée, argentée ou blanche.

 

FAIT N° 2 : LES CHEVEUX GRIS NE SONT PAS UNIQUEMENT DUS AU VIEILLISSEMENT

Étant donné que le grisonnement débute au niveau du follicule pileux, la pigmentation d’un cheveu ne plus être modifiée une fois que ce dernier a poussé. Mais certains processus alimentent un mythe de longue date selon lequel le stress pourrait faire blanchir les cheveux « du jour au lendemain ». En réalité, le stress peut déclencher une pathologie connue sous le nom d’effluvium télogène, qui correspond essentiellement à une augmentation du nombre de cheveux qui ne poussent plus activement, ce qui entraîne une perte de cheveux plus importante que d'habitude. Les cheveux restants peuvent alors paraître plus visibles, ce qui met plus en évidence les cheveux blancs préexistants.

L’âge n’est pas le seul facteur susceptible d’entraîner une perte d’énergie des mélanocytes. Notre génétique joue également un rôle dans la perte de pigments, tandis que notre origine ethnique a une incidence sur l’âge auquel débute la dépigmentation de nos cheveux, les personnes blanches pouvant grisonner jusqu’à dix ans plus tôt que les personnes de couleur. Notre mode de vie importe également, note Harris : « Il existe des facteurs environnementaux évidents qui peuvent augmenter le risque de grisonnement précoce », explique-t-elle.

Le tabagisme, l’exposition aux UV, certaines carences nutritionnelles, l’exposition à la pollution atmosphérique et la consommation excessive d’alcool sont tous associés à une dépigmentation précoce, tout comme des maladies telles que la neurofibromatose, une maladie héréditaire qui provoque la croissance de tumeurs dans tout le corps, et les maladies thyroïdiennes. D’autres personnes, comme celles atteintes de vitiligo, une forme rare d’albinisme, ou du syndrome de Griscelli, une maladie génétique qui affecte la pigmentation de la peau et des cheveux, peuvent développer des cheveux gris dans la petite enfance ou de manière précoce.

 

FAIT 3 : LES CHEVEUX BLANCS SONT PLUS OU MOINS ACCEPTÉS SELON NOTRE SEXE

Bien que la science soit partagée à ce sujet, il semblerait que les hommes aient développé une préférence évolutive pour les couleurs de cheveux plus rares, comme le blond, et que les êtres humains de manière générale considèrent la couleur des cheveux comme un indicateur de santé et d’âge.

Pour le meilleur ou pour le pire, les cheveux blancs sont associés à l’âge et peuvent profondément affecter la façon dont nous nous percevons et dont nous percevons les autres. Bien que 23 % de la population mondiale ait au moins 50 % de cheveux blancs à l’âge de 50 ans, les personnes qui ne cherchent pas à dissimuler leurs chevaux blancs font souvent l'objet de jugements. La perception de la société à l’égard des cheveux blancs peut varier en fonction du sexe des personnes arborant des mèches grises. Les hommes sont généralement considérés comme plus distingués et plus séduisants avec l’âge, un phénomène surnommé l’effet George Clooney. Les femmes ayant des cheveux blancs font en revanche l’objet de préjugés, et jusqu’à 75 % d’entre elles se teignent les cheveux.

Une étude publiée en 2022 dans le Journal of Women Aging a révélé que les femmes sont partagées entre la sagesse et la compétence associées au fait d’avoir des cheveux blancs, leur désir d’afficher leur authenticité et le fait de rester jeunes et de « bien » vieillir comme le veut la société, soit de vieillir tout en n'ayant ni rides ni cheveux blancs. Lorsque les auteurs de l’étude ont interrogé des femmes qui avaient laissé tomber les teintures et tout artifice pour paraître plus jeunes, ils ont constaté qu’elles « avaient à la place accordé une attention particulière à leur coiffure, aux cosmétiques qu’elles utilisaient et à leurs vêtements, afin d’atténuer l’impression de s’être laissées aller ». En conséquence, concluent les chercheurs, les femmes ont fini par consacrer autant de temps, d’argent et d’efforts à paraître « compétentes » et « soignées » à mesure qu’elles vieillissaient, qu'elles n'en consacraient auparavant à se teindre les cheveux.

 

FAIT N° 4 : NOUS POURRONS PEUT-ÊTRE UN JOUR ENRAYER LE GRISONNEMENT

Il n’est donc pas étonnant que les premiers cheveux blancs représentent pour beaucoup une étape difficile. Mais la science pourrait bientôt être en mesure d’inverser le processus même responsable de la décoloration des cheveux, explique Harris, qui a beaucoup travaillé sur les cellules souches qui produisent les mélanocytes.

Elle a notamment découvert que le grisonnement des cheveux pouvait être associé à une réponse immunitaire, et cherche actuellement des façons de réactiver ces cellules souches. Les travaux de Harris s’appuient sur d’autres recherches ayant démontré que ces cellules souches pouvaient être manipulées en laboratoire, ainsi que sur une étude surprenante ayant fait état d’une repigmentation des cheveux chez un groupe de patients atteints d’un cancer du poumon ayant suivi un traitement d’immunothérapie.

La clé pourrait être une protéine appelée PD-LI, qui réprime le système immunitaire, et est davantage exprimée par les cellules souches productrices de mélanocytes en dormance que par celles en phase de division active.

« Cette protéine pourrait avoir des effets dont nous n'avons pas encore connaissance  », explique Harris. « Que fait cette protéine dans les cellules souches ? Pourrions-nous l’utiliser pour activer [la pigmentation des cheveux] ? »

Pour l’instant, ses travaux se poursuivent, mais pas uniquement à des fins esthétiques : selon Harris, nous avons des leçons à tirer du processus de pigmentation des cheveux humains en ce qui concerne les diverses façons dont notre corps vieillit et réagit au stress ainsi qu’aux facteurs environnementaux. Et cela pourrait avoir des implications beaucoup plus larges pour la santé humaine en général. Si nous parvenons un jour à découvrir comment inverser le processus de grisonnement des cheveux, nous pourrions peut-être bénéficier d'un avantage encore plus grand : celui de rester en meilleure santé plus longtemps et de profiter d'avantage d'une vie qui s'accompagne aujourd'hui, pour la plupart d’entre nous, de quelques cheveux blancs.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

les plus populaires

    voir plus

    les plus populaires

      voir plus
      loading

      Découvrez National Geographic

      • Animaux
      • Environnement
      • Histoire
      • Sciences
      • Voyage® & Adventure
      • Photographie
      • Espace
      • Vidéos

      À propos de National Geographic

      S'Abonner

      • Magazines
      • Livres
      • Disney+

      Nous suivre

      Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.