Voyage

Top 10 des cocktails de plage

N/A Jeudi, 9 novembre

De Margaret Loftus

La Piña Colada (Porto Rico)

Ce fameux mélange d’ananas, de noix de coco et de rhum connu sous le nom de piña colada a été une boisson populaire des Caraïbes pendant plus d’un siècle avant que Ramon « Monchito » Marrero, barman au Caribe Hilton’s Beachcomber Bar (qui s’appelle aujourd’hui l’Oasis Bar) dans la ville portoricaine de San Juan, n’en améliore la recette dans les années 1950 en y ajoutant de la crème de coco. Aujourd’hui, on sirote ce cocktail de San Juan partout dans le monde… mais c’est décidément sur une plage ou au bord d’une piscine de Porto Rico qu’il est le meilleur.

La Caipirinha (Brésil)

A base de sucre, de citron et de cachaça – un alcool obtenu à partir de la fermentation du jus de canne à sucre – la caipirinha est servie dans tous les cafés de la côte au Brésil. Même sur la plage, des vendeurs ambulants vous préparent le breuvage. Il existe bon nombre de variantes, la plus célèbre étant la caipifruta, qui ajoute à la recette un ou plusieurs fruits de la région, comme la noix de cajou, le fruit de la passion, la mangue ou le kiwi.

Le Mai-Tai (Polynésie)

C’est en 1944, en goûtant ce cocktail de rhum, de cointreau, de sirop d’orgeat et de citron, réalisé par le bar lounge de style polynésien Trader Vic’s (puis Hinky Dink) à Oakland en Californie, qu’un touriste tahitien s’est exclamé « maita’i ro’a ‘ae », ce qui signifie « venu d’ailleurs ». D’où le nom du cocktail, le mai-tai. C’est en tout cas ce que nous dit l’histoire. La boisson a ensuite bénéficié d’un coup de pub dans le film Sous le Ciel Bleu de Hawaii, avec Elvis Presley, et est devenu un incontournable de tous les bars tahitiens.

La bière Red Stripe (Jamaïque)

Cette bière est tellement associée à l’identité nationale jamaïcaine que lorsque l’île a officiellement gagné son indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne en 1962, un éditorialiste a laissé entendre que la véritable date aurait dû être 1928, lorsque la première Red Stripe a été brassée sur l’île, à Kingston. Après quelques opérations de marketing bien menées aux États-Unis, c’est désormais la plus connue de toutes les bières caribéennes.

Le Daiquiri (Cuba)

L’abondance de rhum, de citron et de sucre dans les Caraïbes en a fait le trio d’ingrédients gagnant pour de nombreux cocktails de la région (à l’instar du fameux grog de l’amiral anglais). Tirant son nom d’une plage près de Santiago, à Cuba, le premier daiquiri aurait été inventé par un groupe d’ingénieurs américains en mission dans la région, a priori à court de gin. Aujourd’hui, on reconnaît bien là une boisson américaine, pour sa glace pilée et sa saveur fruitée.

La Margarita (Mexique)

Le cocktail est-il né lors de mondanités à Acapulco, au Texas, alors que Rita Hayworth (née Maragrita Cansino) cherchait une boisson fraîche pour désaltérer ses invités par une chaude après-midi d’été ? Ou bien de la main d’un barman de Tijuana cherchant à impressionner la dame en donnant son nom à un cocktail ? Qu’importe la manière dont a été inventée la Margarita – les histoires sont légion – ce mélange de tequila et de cointreau, servi avec du jus de citron dans un verre aux bords salés, rime désormais avec Mexique. Il s’agit du cocktail à base de tequila le plus vendu dans le monde.

Le Limoncello (Italie du sud)

Avec leurs surplus de citrons, des fermiers du sud de l’Italie ont décidé de tremper les zestes dans de l’alcool de grain, auquel ils ont ajouté du sucre : le limoncello était né. Ce digestif sucré-acidulé est traditionnellement siroté après le dîner, et aussi de plus en plus utilisé comme base pour réaliser de simples cocktails – on lui rajoute alors des glaçons et du soda, ou du tonic. À savourer de préférence lorsque vous profiterez des superbes vues le long de la côte amalfitaine.

Le Cape Codder (Massachusetts, Etats-Unis)

Quand Ocean Spray, le géant de la cranberry, a commencé à faire la promo de son jus pour cocktail, l’idée de le mélanger avec du whisky canadien ou du rhum est tombée à plat. Mais la vodka et la cranberry, un mix nommé le Cap Codder en l’honneur de cette chère péninsule du Massachussetts où les cranberries poussent partout, ont connu leur heure de gloire, elles. Le mélange a même donné naissance à de nombreuses variantes, dont le martini hybride encore plus tendance : le cosmopolitan.

Le Rosé (Côte d'Azur, France)

Du côté des States, la boisson rose est une tendance qui démarre tout juste, mais en France, un bon verre de rosé sec et frais est de rigueur depuis bien longtemps dans les cafés de bord de mer, sur la Côte d’Azur. Entre la soupe de poisson et les langoustines. Traditionnellement produit à partir du concassage de raisins rouges, auxquels on retire la peau, le rosé est considéré comme la petite sœur du vin blanc ou rouge, en moins sérieuse, ce qui en fait la dégustation idéale en bord de plage à Saint Tropez.

Le Gin Tonic (Inde)

Les premières présentations entre le gin et le tonic ont eu lieu à l’époque où les Britanniques occupaient l’Inde : pour faire passer le goût amer de l’eau tonique, alors utilisée pour combattre la malaria, ces derniers lui ont ajouté du gin et ont fini par améliorer le mélange vivifiant en l’agrémentant d’un morceau de citron. Le gin tonic est vite devenu un incontournable des tropiques, même après la chute de l’empire britannique. Testez-le donc sur la plage, à Goa, pendant le coucher de soleil.

Lire la suite