Voyage

Eigg, l'île écossaise sauvage qui appartient à ses habitants

Cette île coupée du monde est l'endroit idéal pour observer les oiseaux, faire du kayak ou profiter d'un pique-nique au beau milieu des moutons.

De Danielle Bernabe
Partez à la conquête du plateau rocheux situé à l'extrémité nord de l'île d'Eigg pour profiter d'une vue à couper le souffle sur l'île de Rùm encadrée par le sommet Bidean an Tighearna, surnommé « doigt de Dieu ».

En arrivant sur l'île d'Eigg, on remarque tout de suite les signes distinctifs de la vie insulaire : les cheveux maltraités par le sel, des voitures rouillées et un fond sonore omniprésent, le clapotis des vagues. Mais n'importe quel visiteur aura vite fait de comprendre que la vie sur cette île est différente. Les falaises abruptes de la colline An Sgùrr se dessinent au loin ; une foule de Border Collies aux yeux bleus reniflent et charment les nouveaux arrivants ; enfin, le même conseil crucial est donné partout : « Si vous tombez malade, assurez-vous de le faire un mercredi. C'est le jour de visite du médecin. »

À seulement 15 km des côtes écossaises (cinq heures de voiture depuis Glasgow), Eigg semble pourtant appartenir à un autre monde, alimentée par son propre réseau électrique durable. Chaque année, les 107 résidents de l'île accueillent environ 10 000 touristes qui débarquent à Eigg armés d'un bâton de marche, prêts pour une journée dédiée à la découverte de la faune et de la flore locale. Toutefois, pour profiter pleinement de la nature excentrique de l'île et de son passé chargé d'histoire, il est préférable d'opter pour un séjour prolongé.

 

UNE ROUTE PLEINE D'HISTOIRE

La ville d'Eigg ne dispose que d'une seule route, qui couvre presque la longueur totale de l'île (8 km), et d'un feu rouge, dont l'objectif n'est pas la régulation du trafic (quel trafic ?) mais la signalisation aux habitants d'un faible niveau d'électricité. Bordant les rues on découvre de modestes attractions comme le petit bureau de poste transformé en musée retraçant l'histoire de l'île ; un petit stand regorgeant de curiosités artisanales vendues sans surveillance, sur le principe de la confiance ; des troupeaux de moutons méfiants et des points de ravitaillement comme « Rest and Be Thankful » (reposez-vous et soyeux reconnaissants en français, ndlr), un salon de thé avec jardin ouvert uniquement lorsque le soleil brille.

Profitez d'un repas communautaire accompagné des locaux au Galmisdale Café and Bar.

La communauté vit aujourd'hui paisiblement, bien loin de l'incident du « Massacre Cave » (massacre de la grotte) survenu au 16e siècle durant lequel la quasi totalité des habitants trouvèrent la mort après le règlement d'un contentieux qui les opposait à un clan de l'île de Skye. Après avoir été négligés par le précédent laird, le propriété des terres, les habitants de l'île ont finalement obtenu eux-mêmes la propriété en 1997. Aujourd'hui, les seules préoccupations des visiteurs de l'île, désormais surnommée République populaire d'Eigg, sont la négociation avec les moutons qui leur barrent la route et les conversations taquines quoique utiles avec Charlie Galli, l'unique chauffeur de taxi et autoproclamé Gazette d'Eigg.

 

COMMENT S'Y RENDRE

Après être descendu du ferry Caledonian MacBrayne (CalMac) en provenance des ports voisins de Mallaig et Arisaig, les visiteurs explorent l'île à pied, en vélo ou en « levant le pouce », comme le conseillent les habitants. Toutes les voitures extérieures sont interdites sauf en cas de nécessité pour des raisons de handicap. Airbnb propose de nombreuses solutions d'hébergement allant des yourtes aux emplacements de camping en passant par des cabanons typiques de la région (généralement équipés d'une petite cuisinière, d'un poêle à bois et de toilettes extérieures). Les mois d'été sont les plus agréables et même si les moucherons sont une plaie, ils peuvent être repoussés avec des insecticides et un léger courant d'air.

lancer le diaporama

Généralement, les hébergements proposés à Eigg relèvent de la parahôtellerie, prévoyez donc des provisions ou faites un arrêt à la supérette Isle of Eigg Shop ou Eigg Organics. Vous pouvez également profiter d'un repas communautaire accompagné des locaux au Galmisdale Café and Bar, ou opter pour un menu en trois services au Lageorna tout en admirant la vue sur l'île voisine de Rùm. Si vous êtes plutôt attiré par la bière, vous pourrez alors vous diriger vers la brasserie Laig Bay Brewing Company pour vous rafraîchir, avec modération, car leur breuvage est plutôt fort.

Offrez-vous une balade de bon matin pour observer les oiseaux, l'île en compte plus de 200 espèces, dont l'aigle royal. Vous apercevrez également des vaches paresser le long des terres sauvages de la baie de Laig et de nombreux poulets avides de vos moindres miettes. La nuit, grâce à l'absence totale de pollution lumineuse, le ciel révèle tous ses mystères et vous donne l'occasion parfaite de plonger dans les étoiles. Se laisser happer par les profondeurs du cosmos depuis cette île reculée nous rappelle notre taille insignifiante dans ce monde (si vous faites l'effort d'oublier le Wi-Fi tout récent).

 

Danielle Bernabe écrit des articles sur les modes de vie, l'histoire et le culinaire. Elle est basée à Los Angeles, vous pouvez la retrouver sur Instagram : @dbernabe.
Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.
Lire la suite