La pandémie de coronavirus perturbe les déplacements de personnes et de voyageurs. Retrouvez l’ensemble de nos articles dédiés sur le coronavirus>>

Conseils de femmes à femmes : comment voyager seule ?

Des lectrices nous révèlent leurs techniques pour se faire des amis, rester en sécurité et s’immerger dans la culture des pays que l'on traverse lorsqu’on voyage seule.

Publication 8 mars 2022, 16:21 CET
Voyager seule, comme le fait cette femme qui franchit le lac Gosainkung dans les environs de ...

Voyager seule, comme le fait cette femme qui franchit le lac Gosainkung dans les environs de Langtang, au Népal, vous permettra d’être plus en phase avec la beauté de votre environnement.

PHOTOGRAPHIE DE Alex Treadway, National Geographic Image Collection

« T’as un sacré courage ! »

Quand j’explique aux gens que je voyage en solo, c’est la réponse qu’on me fait le plus fréquemment. Et même si cela part d’une bonne intention, le fait que quelqu’un puisse encore penser qu’une femme qui explore le monde toute seule va se sentir seule ou intimidée m’agace. Dans un monde idéal, le voyage féminin en solitaire ne serait pas rebelle ou courageux, il serait simplement une préférence personnelle. Quand je pars seule, mes sens semblent être en phase au plus haut point avec l’environnement dans lequel j’évolue ; les personnes que je rencontre (ou que je fuis), les rues que j’arpente (ou que j’évite).

À notre surprise, en interrogeant nos lectrices et nos communautés féminines sur ce qu’elles avaient retenu en voyageant seules, nous nous sommes aperçus que plus de la moitié des réponses étaient des conseils pour éviter les ennuis. Vingt-six pourcents des femmes de la génération Y ont déjà voyagé seules, mais il faut bien reconnaître que quel que soit leur âge celles-ci ont à affronter des périls sur la route. Comme bon nombre de mes amies je prends des cours d’autodéfense pour partir l'esprit tranquille. On y apprend bien sûr à asséner des coups de pied bien placés et des coups de coude mais aussi à éviter les situations dangereuses en général, et nos lectrices semblent l’avoir bien intégré.

Pourtant, ce qui m’impressionne le plus quand je lis les récits de ces femmes, c’est à la fois leur enthousiasme pour l’aventure et la façon qu’elles ont de dépasser la peur. C’est peut-être Rita Pearson, une de nos lectrices, qui résume le mieux cela : « Primo, la sécurité avant tout. Segundo, à l’aventure ! »

Parmi les milliers de réactions qui nous ont été envoyées, nous avons retenu quelques paroles de sagesse (et d’encouragement).

 

VOYAGER EN TOUTE SÉCURITÉ, ÇA S'APPREND

Voyager seule implique pour ainsi dire d’assurer ses arrières. Depuis plusieurs années qu’elle arpente et photographie les coins reculés de parcs nationaux comme le Mesa Verde ou les Great Sand Dunes, Elena Burnett se prépare toujours avec méthode afin de garantir sa propre sécurité. « Une des premières choses que je fais avant une excursion est d’acheter une carte topographique, déclare-t-elle. Cela me permet de reconnaître certains sentiers et points de repère. » Elle adjoint à ses propos une mise en garde à l’attention des randonneuses : toujours être parée aux caprices de la météo et emporter assez d’eau ainsi qu’une trousse de secours.

Conseil : Si vous parcourez un sentier reculé ou une région sans réseau cellulaire, un GPS vous permettra de garder le contact avec vos amis et votre famille et d’appeler les secours si besoin. Elena Burnett ne jure que par son Garmin inReach. Pensez également à vous former au secourisme, il existe des brevets PSC1 spécialisés dans la randonnée.

 

DEMANDEZ DE L'AIDE À DES PROFESSIONNEL.LE.S

Aventure solitaire ne rime pas forcément avec solitude intégrale. De nombreuses agences de voyage agréent aux femmes à la recherche d’une expérience personnalisée en leur proposant le concours d’un guide ou d’un naturaliste de la région. Lors d’un safari au Botswana organisé par l’agence At Close Quarters, Rachelle Aikens s’est retrouvée épaulée par des spécialistes de l’observation et de la photographie de la faune qui lui ont permis de prendre de meilleures photos et d’en savoir davantage sur la région.

Conseil : En vous inscrivant sur un circuit réservé aux femmes, il y a des chances que vous vous retrouviez en compagnie de voyageuses qui partagent votre état d’esprit et que vous vous fassiez des amies. Wild Women Expeditions propose des voyages en Patagonie et en Égypte notamment ; l’agence de voyage féminine Damesly propose quant à elle des circuits et des retraites créatives dans le Colorado ou à Istanbul par exemple.

 

SOYEZ OUVERTE AUX RENCONTRES

Quand vous n’avez personne avec qui discuter en chemin ou avec qui planifier votre prochain arrêt pour manger, vous êtes obligée d’interagir avec les gens du coin et avec d’autres voyageurs. Cela ouvre parfois sur de nouvelles amitiés. « Soyez la voyageuse que vous aimeriez rencontrer sur la route », recommande Rachelle Aikens, dont la disponibilité lui a permis de se faire une nouvelle amie proche lors de son safari au Botswana. Les deux femmes se sont liées au point qu’elles échangent toutes les semaines et partent bientôt dans l’Arctique ensemble.

Conseil : La plupart des villes proposent des visites à pied gratuites ou très peu coûteuses. C’est l’occasion de créer du lien avec des visiteurs qui ont les mêmes goûts que vous. Vous pourriez également dénicher des cours ou des événements qui vous intéresseront une fois sur place (sur Meetup ou par le biais d’expériences Airbnb par exemple). Ou alors, vous pouvez vous tourner vers des agences comme Encounter Travel, qui propose des circuits pour célibataires. L’application Tourlina permet aux femmes de trouver des compagnes de voyage et Bumble BFF peut aussi vous mettre en lien avec d’autres aventurières. Veillez tout de même à exercer votre jugement et à ne rencontrer des gens que dans des lieux fréquentés.

Vos aventures en solitaire sont l’occasion de vous adonner à certaines passions, comme la photographie.

PHOTOGRAPHIE DE Theo Allofs, Getty Images

FAITES CONFIANCE À VOTRE INSTINCT

Notre sondage a donné lieu à 40 réponses de femmes recommandant d’apprendre à développer son instinct et à le suivre. En bonne routarde solitaire, Elena Burnett essaie de rester calme et d’être attentive à ses limites physiques et mentales. « N’hésitez pas ou n’ayez pas peur de vous défendre si vous vous sentez mal à l’aise ou sous la menace », conseille-t-elle.

Conseil : Si vous comprenez l’anglais, lisez The Unthinkable: Who Survives When Disaster Strikes and Why, qui présente quelques tactiques pour réagir rapidement en cas d’urgence.

 

APPRENEZ À VOUS DIVERTIR SEULE

Même si vous allez rencontrer des personnes sur la route, en tant que voyageuse solitaire, vous passerez beaucoup de temps seule. Venez donc avec de quoi occuper votre temps libre (ou de quoi stimuler votre créativité) comme l’a fait Nanci Mansfield, dont le carnet et le stylo lui ont permis de briser la glace avec un inconnu en Inde. Intriguée par un homme et sa demeure aux faux-airs de mosquée, Nanci Mansfield lui a demandé si elle pouvait lui croquer le portrait. D’abord sceptique, il a fini par se laisser convaincre. « C’est une histoire d’acceptation, écrit-elle. Je suis arrivée comme une étrangère mais suis repartie dans un chœur d’au revoir. »

Conseil : Avant de partir à l’aventure, pensez à des choses que vous aimeriez faire davantage ou que vous aimeriez essayer si vous en aviez le temps. Faire des esquisses, prendre des photos ou faire du reportage peut à la fois vous permettre de documenter votre expérience et remplir vos temps creux avec des hobbies qui vous plaisent plutôt que de jouer à Candy Crush Saga sur votre téléphone.

CONSIDÉREZ LES AUBERGES DE JEUNESSE

« J’aime m’immerger dans les endroits que je visite, prendre le temps de vivre, de respirer et d’absorber la nature et les traditions », explique Ginny Greenwood. À Rangoun, au Myanmar, cet état d’esprit l’a poussée à quitter son hôtel et à descendre dans une auberge de jeunesse pour avoir de la compagnie. Un des résidents l’a même mise en contact avec un guide à moto qui parlait anglais. Celui-ci l’a emmenée voir des artisans de la région à l’œuvre : des fondeurs de bronze, des sculpteurs de jade, des tisserands de bambou, des brodeurs et des fabricants de poupées. Ginny Greenwood et son guide ont ensuite admiré le Soleil se couchant sur le plus long bois en teck du monde.

Conseil : Loger en auberge de jeunesse avec d’autres voyageurs solitaires vous procurerera non seulement un sentiment de sécurité et de camaraderie, mais vous exposera peut-être aussi à d’autres expériences intéressantes. Les sites de réservation d’auberges de jeunesse en ligne comme Hosteling International et Hostelworld.com comportent des avis de lectrices qui, bien que n’étant pas infaillibles, permettra aux aventurières de savoir s’il vaut mieux aller coucher ailleurs.

Les monuments historiques comme le torii de Miyajima, au Japon, peuvent gagner en magie quand vous les admirez en solo.

PHOTOGRAPHIE DE Jose More, VWPics/Redux

SOYEZ BIENVEILLANTE

Il serait malavisé de faire ami-ami avec toutes les personnes qui croisent votre chemin mais les voyages en solo nous rappellent à quel point les gens du monde entier peuvent être accueillants et serviables, et ce qu’importe l’éventuelle barrière du langage. Quand Vivienne Valles est arrivée en Turquie, une habitante bienveillante est venue à son secours. « En sortant du métro à Istanbul, je ne savais pas trop comment me rendre à mon hôtel », raconte-t-elle. Une Stambouliote l’a aidée. « Je ne parle pas le turc et elle ne parlait pas l’anglais mais elle a compris ce qu’il me fallait. » La femme a fini par l’accompagner jusqu’à son hôtel.

Conseil : Apprenez quelques phrases dans la langue du pays où vous vous rendez ou bien téléchargez Google Translate avant de partir. Quelques mots ou une salutation agréable peuvent suffire à communiquer, à la rigueur, des dessins ou des signes.

 

ÉCOUTEZ

Seule, il y a plus de chances que vous repériez certains petites particularités dans les endroits et les cultures que vous découvrez. Au Japon, Salena Parker a été captivée par la facture raffinée et la teinte vermeille du grand torii de Miyajima, cette énorme porte menant au sanctuaire d’Itsukushima, qui date du 13e siècle et est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Situé dans la mer intérieure de Seto, près de Hiroshima, le sanctuaire honore trois déités sœurs. « La sœur de mon hôte m’a expliqué que la porte sert de pont entre le monde des humains et celui des esprits », raconte-t-elle. Même si le monument ne sera pour certains voyageurs qu’un lieu propice à alimenter leur compte Instagram, ces petits détails ont étoffé son expérience. « C’est un morceau florissant de l’histoire du monde, ajoute-t-elle. Cela m’a rappelé que l’héritage des femmes est un réservoir d’histoires. »

Conseil : En dormant chez l’habitant (ou dans une chambre d’hôtes), vous pourrez davantage vous immerger dans la vie des gens de la région et vous familiariser avec leurs coutumes. Selon Salena Parker, son séjour chez l’habitant a été « une expérience grandiose d’immersion culturelle et de familiarisation avec la langue ». Pour plus d’informations, essayez Homestay.

Kelly Barrett est journaliste indépendante, professeure de yoga et était senior producer pour National Geographic. En ce moment, elle explore les paysages des environs de Tucson, dans l’Arizona. Suivez ses aventures sur Instagram.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Voyage
Dix moyens de voyager depuis votre canapé
Voyage
Ces incroyables photos de voyage vont vous donner des idées pour 2020
Voyage
Plongée dans les souterrains secrets d'Europe
Histoire
Comment les Afghans transmettent-ils leur culture loin de chez eux ?
Voyage
Q’eswachaka, le dernier pont suspendu inca fait entièrement d'herbe

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.