Envie d'ailleurs ? Voici les plus beaux lacs du monde

Entre baignade, paddle, bateau ou vélo, comment adapter au mieux votre séjour sur et le long de certains des plus beaux lacs du monde ?

De Kerry Walker
Publication 12 juin 2024, 17:12 CEST
Pulkkilanharju ridge

Les escapades au bord des plus beaux lacs du monde ont séduit les personnes prêtes à tenter l'aventure.

PHOTOGRAPHIE DE iStockphoto, Getty Images

Consécutivement à une prise de conscience croissante des bienfaits de la nage en eau libre sur la santé mentale et physique, les abords des lacs ont capté l’attention de tous ceux prêts à tenter l’aventure. Qu’il s’agisse des lacs de montagne alpins ou de lagons bordés de jungle tropicale, les lacs peuvent avoir des bienfaits sur notre humeur, nous reconnecter avec la nature et nous aider à prendre un nouveau départ. Sans oublier qu’ils offrent de nombreuses possibilités d’activités aux voyageurs intrépides. Qu’il s’agisse de traverser en canoë un lac encaissé dans les montagnes Rocheuses canadiennes, de plonger dans une forêt aux airs fantomatiques au Kazakhstan, de pêcher dans la région des lacs de Finlande sous le regard des balbuzards ou de grimper jusqu’au lac le plus limpide du monde en Nouvelle-Zélande, ces activités et excursions promettent d’assouvir votre soif d’aventure tout en étant source d’apaisement.

 

1. LE LAC LOUISE, AU CANADA

Idéal pour : une sortie en canoë

En matière de nature sauvage canadienne, peu d’endroits rivalisent avec le parc national de Banff, dans les montagnes Rocheuses. Là-bas, les grizzlis déambulent dans les forêts de pins et d’épicéas, des montagnes vertigineuses se dressent au-dessus de nous, et des lacs sublimes parsèment le paysage, le plus pittoresque d’entre eux étant sans aucun doute le lac Louise. Encerclé de montagnes escarpées et enneigées, ce lac glaciaire repose à 1 600 m d’altitude, juste en dessous du mont Victoria, à la frontière entre l’Alberta et la Colombie-Britannique.

S’il est possible d’admirer l’éclat du lac depuis ses rives, vous obtiendrez une tout autre perspective à bord d'un canoë. Vous entrerez alors dans un monde merveilleux et silencieux, le regard pointé vers le défilé de pics imposants et le scintillement nacré du glacier suspendu de Victoria. L’étonnante couleur azur de l’eau est due à la réflexion de la lumière sur de petites particules de « farine de roche » transportées par les glaciers situés en amont.

Ce lac glaciaire se trouve à 1 600 m d'altitude, à la frontière de l'Alberta et de la Colombie-Britannique, au Canada.

PHOTOGRAPHIE DE E+, Getty Images

 

2. LA GROTTE BLEUE, EN GRÈCE

Idéale pour : la navigation souterraine

Sculptée au fil du temps par la force érosive de la mer, la Grotte Bleue, près de la petite île de Kastellórizo dans le Dodécanèse, semble presque cachée jusqu’à ce que l'on trouve son entrée. Son plafond s’est effondré il y a des milliers d’années à la suite d’un tremblement de terre. Aujourd’hui, lorsque le soleil est bas, la lumière qui pénètre la grotte à travers le plafond donne l’impression d’entrer dans un autre monde, les intenses teintes bleues faisant penser à une peinture d’Yves Klein. De minuscules embarcations doivent emprunter d'étroits passages dans la roche, forçant les passagers à se baisser ou à s’allonger sur le dos, pour atteindre une vaste cavité de 35 m de haut.

Lors des chaudes journées d’été, se baigner sous les stalactites de la grotte constitue une formidable échappatoire à la chaleur extérieure. Près de la côte turque, l’île de Kastellórizo, isolée et paisible, n’abrite qu’un petit nombre d’habitations et quelques tavernes de caractère le long du port.

 

3. LE LAC ATITLÁN, AU GUATEMALA

Idéal pour : la randonnée

Avec ses volcans, ses forêts tropicales aux nombreuses cascades et ses villages mayas aux cultures fécondes le long de ses rives, le lac Atitlán, situé dans les Hautes Terres au sud-ouest du Guatemala, est le paradis des randonneurs. Atteignant jusqu’à 350 m de profondeur, le lac s’est constitué dans le cratère d’un énorme volcan qui s’est éteint il y a environ 85 000 ans.

Les trois volcans qui gardent ses rives constituent un terrain de jeu idéal pour les amateurs de trekking. Le plus ancien d’entre eux, San Pedro, est entré en éruption pour la dernière fois il y a environ 40 000 ans. Pour atteindre son sommet, il vous faudra effectuer une randonnée de cinq heures et demie au cours de laquelle vous traverserez des plantations de café et des fermes d’avocats pour finalement pénétrer dans une forêt de nuages peuplée d’oiseaux exotiques comme l’oréophase cornu, actuellement en danger d'extinction. L’ascension du Volcán Tolimán, qui culmine à 3 158 m d’altitude, est encore plus ardue. Il vous faudra partir à l’aube et gravir des pentes boisées jusqu’à atteindre un cratère peu profond et les vestiges d’anciennes coulées de lave.

L’ascension la plus difficile de toutes reste cependant celle du Volcán Atitlán, qui culmine à 3 535 m d’altitude, et qui constitue l’une des randonnées les plus extrêmes du Guatemala puisqu’il vous faudra arpenter un terrain escarpé et accidenté. Le jeu en vaut cependant la chandelle : une fois en haut, vous aurez peut-être la chance d’apercevoir des oiseaux rares comme le quetzal resplendissant, au plumage bleu-vert électrique, et pourrez profiter de vues extraordinaires sur le lac Atitlán et les chaînes de volcans avançant jusqu’à l’océan Pacifique, scintillant au loin.

 

4. LE LAC KAINDY, AU KAZAKHSTAN

Idéal pour : la plongée

Pour atteindre le lac Kaindy, semblable à une goutte turquoise perdue au milieu des montagnes enneigées du Tian Shan au Kazakhstan, le hors-piste est de mise. Mais braver le trajet cahoteux depuis le village de Saty, situé à 35 minutes de route en voiture, en vaut la peine. Ce lac de près de 400 mètres de long et de 30 mètres de profondeur est la conséquence d’un énorme tremblement de terre survenu en 1912, ayant déclenché un glissement de terrain calcaire et formé un barrage naturel. Alimenté par une rivière glaciaire, ce lac moins connu du parc national de Kolsai Lakes ressemble à un paysage tout droit sorti d’un roman de Tolkien. Les troncs élancés d’une forêt submergée de Picea schrenkiana (épicéa de Schrenck) surgissent de ses profondeurs, telles des lances pointées vers le ciel bleu azur.

Sous la surface, un tout autre monde s’offre à vous. L’eau glaciale, riche en oxygène, a figé les arbres dans le temps, les protégeant de la décomposition, tandis que les branches recouvertes d’épais rideaux d’algues créent un labyrinthe sous-marin si fantomatique que les habitants parlent souvent du « lac mort ». En raison de l’altitude et de la profondeur du lac, ce royaume est réservé aux experts, les plongeurs descendant jusqu’à environ 10 mètres. Bien qu’il puisse être tentant de s’y baigner, il est probable que vous n’y fassiez qu’un rapide plongeon puisque l'eau ne dépasse pas les 6 °C, même en été. En hiver, le lac est complètement gelé.

 

5. LE LAC PÄIJÄNNE, EN FINLANDE

Idéal pour : la pêche

Vue d’en haut, la Finlande ressemble à une tapisserie tissée de forêts et de lacs. Avec près de 190 000 lacs disséminés dans tout le pays, il est presque impossible de passer à côté de ces vastes étendues d’eau. Parmi elles, le lac Päijänne, qui ressemble à un fjord niché dans la vaste région des lacs de Finlande, constitue le deuxième plus grand lac du pays. Situé au cœur du parc national du même nom, le lac Päijänne, bordés d’anciennes forêts d’épicéas, de pins et de bouleaux argentés, s’étend sur environ 120 kilomètres. Il est également parsemé d’îlots et d’îles sablonneuses (esker), façonnés au cours de la dernière période glaciaire. Sous le soleil de minuit, les Finlandais renouent avec la nature en s’installant dans des cabanes au bord de l'eau ou en plantant leurs tentes sur le rivage.

Les hérons, les balbuzards et les goélands bruns s’y rendent pour pêcher. Mais le lieu aura également de quoi ravir les pêcheurs amateurs souhaitant lancer leur ligne depuis le rivage ou un bateau, ou désireux d'explorer les nombreuses îles du lac, puisque plusieurs espèces de poissons très prisées, telles que la perche, le sandre, le brochet et la truite, peuplent ses eaux. La réputation du lac en tant que destination de pêche privilégiée est appuyée par la richesse de son écosystème sous-marin et le paysage qui l’entoure. Profitez-en pour vous baigner, la température de l’eau pouvant monter jusqu’à 20 °C en été.

les plus populaires

    voir plus

    Le Blue Lake, en Nouvelle-Zélande, est ancré dans l’histoire des Māori. Ces derniers y pratiquaient autrefois des rituels et des cérémonies pour honorer leurs ancêtres et demander conseil au monde naturel.

    PHOTOGRAPHIE DE 500px Plus, Getty Images

    6. LE BLUE LAKE, EN NOUVELLE-ZÉLANDE

    Idéal pour : le paddle

    Le lac Tikitapu, situé dans la Baie de l’Abondance près de la ville de Rotorua sur l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande, est connu sous le nom de Blue Lake (« lac bleu ») en raison de sa jolie teinte vert d’eau, provenant de la pierre ponce et de la rhyolite reposant sur son lit. Bordé par le bush et les séquoias exotiques de la forêt de Whakarewarewa, ce lac de cratère volcanique est imprégné de l’histoire des Māori. Leur lien spirituel avec la terre est profond et, pendant des siècles, Tikitapu a été un lieu de révérence spirituelle, car ils y célébraient des rituels et des cérémonies pour honorer leurs ancêtres et demander conseil au monde naturel.

    L’eau d'une limpidité cristalline fait de Blue Lake un endroit idéal pour se baigner. Nous vous conseillons également de louer des planches de paddle pour accéder à des zones plus reculées. Des criques isolées parsèment le rivage, de même que des grottes où scintillent des vers luisants une fois la nuit tombée. Depuis votre paddle, amusez-vous à repérer les oiseaux de la région tels que le Méliphage tui et les Rhipidures dissimulés dans les arbres le long du rivage.

     

    7. LE LAC DE CONSTANCE, EN EUROPE

    Idéal pour : une balade à vélo

    À cheval sur l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse, le lac de Constance (ou Bodensee, de son nom allemand) est le troisième plus grand lac d’eau douce d’Europe centrale. Pour une expérience optimale, enfourchez votre vélo : la Bodensee-Radweg (piste cyclable du lac de Constance), longue de 270 kilomètres, fait une boucle spectaculaire autour du lac, passant par des vergers, des fermes, des vignobles, des zones humides abritant de nombreux oiseaux, des églises de pèlerinage baroques et des châteaux médiévaux. Séjournez dans des villes historiques comme Constance, sur la rive nord-ouest, et pensez à poser votre vélo de temps en temps pour aller vous baigner. La plage de Hörnle est particulièrement jolie mais évitez d’y faire une pause en juillet et en août, car elle est alors très fréquentée.

     

    8. LE GRAND LAC D’ALQUEVA, AU PORTUGAL

    Idéal pour : l’observation des étoiles

    Parmi les oliveraies, les forêts de chênes-lièges, les vignobles et les villes blanches comme neige de l’Alentejo rural repose le Grand Lac d’Alqueva, au Portugal, le plus grand réservoir d’Europe. Situé à proximité de la frontière espagnole, ce lac d’une superficie de 250 kilomètres carrés présente des plages et des îlots qu’il est possible de rejoindre en kayak, ainsi que des villages et leurs châteaux construits à flanc de colline, accessibles à pied. Première destination au monde de l’astrotourisme et réserve officielle de ciel étoilé, Alqueva brille de mille feux la nuit venue. Vous pourrez, à l'aide d'une paire de jumelles, admirer constellations, galaxies lointaines et autres pluies de météorites. Nous conseillons enfin aux plus passionnés d’entre vous d’utiliser les télescopes de l’observatoire de Monsaraz ou d’opter pour une excursion en canoë à la lueur des étoiles.

     

    9. LA LAGUNA COLORADA, EN BOLIVIE

    Idéale pour : l’observation de la faune et de la flore

    Sur l’altiplano bolivien, la Laguna Colorada est un régal pour les yeux. Ce lac peu profond de 60 kilomètres carrés se trouve à 4 278 mètres au-dessus du niveau de la mer, la teinte rose-rouge des sédiments dans l’eau contrastant avec le ciel bleu et les volcans enneigés. Remplies d’algues et de plancton, ses eaux riches en minéraux attirent des milliers de flamants, dont trois des six espèces vivantes (le flamant du Chili, le flamant des Andes et le rare flamant de James). Au coucher du soleil, il n'y a rien de plus magique que de les observer raser le fil de l'eau sous l’imposante silhouette de la cordillère des Andes. 

    Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

    les plus populaires

      voir plus
      loading

      Découvrez National Geographic

      • Animaux
      • Environnement
      • Histoire
      • Sciences
      • Voyage® & Adventure
      • Photographie
      • Espace
      • Vidéos

      À propos de National Geographic

      S'Abonner

      • Magazines
      • Livres
      • Disney+

      Nous suivre

      Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.