À quoi ressemble la vie pendant la "nuit polaire" ?

Ceux qui vivent près des régions polaires glacées de la Terre font l'expérience d'une nuit quasi-constante chaque hiver.

De Kieran Mulvaney
Publication 5 févr. 2024, 14:18 CET
En décembre, le village d'Arctic Bay, au Nunavut, s’illumine dans l'obscurité hivernale. Située dans l'Extrême-Arctique canadien, ...

En décembre, le village d'Arctic Bay, au Nunavut, s’illumine dans l'obscurité hivernale. Située dans l'Extrême-Arctique canadien, cette communauté inuite isolée connaît chaque année trois mois d'obscurité hivernale.

PHOTOGRAPHIE DE Acacia Johnson

Dans la quatrième saison de la série américaine d’HBO True Detective, deux enquêtrices tentent de résoudre le mystère de morts mystérieuses dans la ville fictive d’Ennis, en Alaska à une période où la nuit froide ne semble pas se terminer. 

On appelle ce phénomène la nuit polaire, mais à quoi correspond-t-il vraiment ? Quand se produit-il et pourquoi ? Comment les personnes et la faune qui le vivent le supportent-elles ? 

 

QUAND A LIEU LA NUIT POLAIRE ? 

En termes simples, la « nuit polaire » désigne une période pendant laquelle le Soleil ne dépasse pas la ligne de l'horizon pendant plus de vingt-quatre heures. Elle se produit en hiver, au nord du cercle polaire arctique et au sud du cercle polaire antarctique, deux lignes circumpolaires situées à 66,6 degrés de latitude nord et sud, respectivement. Plus on se rapproche des pôles, plus elle dure longtemps. Au pôle Nord, par exemple, le Soleil se couche à la mi-septembre, quelques jours après l'équinoxe d'automne, et ne se lève qu'à la mi-mars, ce qui crée, aux pôles, une nuit polaire de 179 jours. À des endroits plus éloignés des pôles, elle peut durer environ vingt-quatre heures lors du solstice d'hiver.

La ville d'Utqiagvik, en Alaska, le village le plus septentrional des États-Unis, qui a probablement servi d'inspiration à la fictive ville d'Ennis dans True Detective, connaît environ soixante-cinq jours de nuit polaire chaque année, de la mi-novembre à la mi-janvier ou à la fin janvier.

Malgré son nom, la nuit polaire n'est pas un bloc continu de nuit pure. La lumière du Soleil reste réfractée à l'horizon même quand le Soleil s'est couché. Ainsi, à de nombreuses latitudes, la plupart des jours peuvent être dominés par différentes phases de « crépuscule polaire ».

Gauche: Supérieur:

Un chasseur cherche un phoque sur la glace. En fin janvier, le Nunavut a été plongé dans près de trois mois de nuit.

Droite: Fond:

Une peau de phoque gelée tient droite sur la glace. Bien que le soleil ne dépasse jamais l'horizon pendant la nuit polaire, une lueur crépusculaire éclaire encore la région.

Photographies de Acacia Johnson

Comme partout ailleurs sur Terre, il fait généralement plus clair en milieu de journée car le Soleil monte vers l'horizon et s'en éloigne sans jamais le dépasser. Ce qu’on appelle le « crépuscule civil » peut offrir suffisamment de lumière pour permettre aux gens de poursuivre leurs activités en plein air, tandis que le « crépuscule astronomique » est si sombre que les seules lumières naturelles sont les étoiles, la Lune et les aurores boréales qui dansent et scintillent dans un ciel dégagé.

Cette sémantique ne change pas le fait que pour les habitants de l'Arctique ou les personnes qui résident dans les stations de recherche de l'Antarctique, la nuit polaire peut être une véritable épreuve.

 

COMMENT EST LA VIE SOUS LA NUIT POLAIRE ? 

L'absence de repères familiers et de cycles diurne-nocturne peut affecter les rythmes circadiens et perturber le sommeil. En outre, le manque perpétuel de lumière du jour sape souvent l'énergie. Cependant, vivre la longue nuit polaire n'est pas perturbant pour tout le monde et de nombreux habitants apprécient l'expérience. Comme l'explique à la radio américaine NPR un habitant du Svalbard, un archipel norvégien situé dans la région de la mer de Barents, « il faut voir la beauté dans [l'obscurité], ce qui n'est pas du tout difficile pour moi [...]. Je me sens encore plus proche de la nature lorsque je marche dans l'obscurité ».

Les habitants de l'Arctique font ce qu'ils peuvent pour lutter contre la déprime que peut provoquer la longue nuit, que ce soit en utilisant des lampes de luminothérapie qui reproduisent les longueurs d'onde de la lumière du Soleil, en maintenant simplement une routine, en restant physiquement actifs et en participant à autant d'activités sociales que possible, bien que ces deux dernières options soient limitées par le froid glacial qui accompagne le long crépuscule.

À la lumière de la pleine lune hivernale, la famille Tatatoapik pose pour un portrait près d'Arctic Bay, au Nunavut. Les hivers sont longs et sombres près du cercle arctique, mais les communautés ont trouvé des moyens de profiter de la longue nuit.

PHOTOGRAPHIE DE Acacia Johnson

À Utqgiavik, par exemple, les températures sont de -27°C en moyenne en janvier, tandis que la municipalité norvégienne de Kautokeino a récemment vu le mercure descendre en dessous de -40° lors de la nuit la plus froide depuis vingt-cinq ans.

Les humains ne sont pas les seuls à devoir s'adapter au froid et à l'obscurité.

Sur terre, les lemmings et les campagnols s'enfouissent profondément dans le manteau neigeux pour se nourrir des graines de l'année précédente, tandis que les spermophiles arctiques choisissent d'hiberner et que les ours polaires peuvent même se terrer au pire de l'hiver pour se mettre à l’abris. De nombreux animaux adaptent leur rythme quotidien en se nourrissant et en dormant par tout au long de la journée sur de toutes petites périodes pour économiser de l'énergie.

Les yeux des rennes brillent en bleu en hiver en raison d’une adaptation qui leur permet de trouver plus facilement le lichen dont ils se nourrissent pendant les mois d'obscurité. Dans la mer, le zooplancton poursuit sa migration quotidienne des eaux profondes vers la surface en suivant la lumière de la Lune.

 

UN PHÉNOMÈNE QUI CHANGE AVEC LE CLIMAT

Même les régions polaires sombres et froides subissent les effets du changement climatique qui, ironiquement, a apporté à la fois davantage et moins de lumière à la nuit polaire. La glace de mer amincie par le réchauffement des températures libère le passage pour davantage de navires et la pollution lumineuse qui en résulte affecte probablement le comportement des organismes marins à plus de 180 mètres sous la surface.

Dans certaines régions de l'Arctique, comme le Svalbard, le réchauffement des températures a entraîné une réduction de la couverture neigeuse et une limitation des pluies hivernales, ce qui rend la saison la plus noire encore plus sombre et plus difficile à vivre.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.