La pandémie de coronavirus perturbe les déplacements de personnes et de voyageurs. Retrouvez l’ensemble de nos articles dédiés sur le coronavirus>>

Voyage dans le temps le long de la baie de San Francisco

La plage d’Ocean Beach se transforme en laboratoire grandeur nature avec ses squelettes et fossiles de clypéastres, aussi appelés dollars de sable.

Publication 19 mai 2021 à 12:47 CEST
43,503.04138 -- Ultra closeup dead cleaned Eccentric Sand dollar (Dendraster ecentricus, Dendrasteridae, 1.9 inch diameter), white ...

Les squelettes de dollars de sable, que l’on appelle des « tests » s’échouent en grand nombre sur la plage d’Ocean Beach à San Francisco. Leur examen, ainsi que celui d’autres vestiges de la mer, vous garantira une excursion scientifique unique pour toute la famille.

Photographie de Robert C. Paulson Jr., Alamy

Lors d’une balade au bord de la plage d’Ocean Beach à San Francisco, il est presque impossible de rater les dollars de sable qui parsèment le littoral. Quelle que soit l’heure, la saison ou la marée, ces disques blancs s’étendent aussi loin que l’horizon. Certains craquent sous les pas, s’échouent brisés par les vagues du Pacifique tandis que d’autres sont encore entiers, immaculés, arborant un motif de fleur sur leur avant.

Dans une ville aussi densément peuplée et développée, il ne reste que peu de lieux où la nature est restée à l'état sauvage. Pourtant, dans cette étendue de la région de la baie de San Francisco, réputée pour ses rouleaux déferlants, ses panoramas époustouflants et sa météo changeante, on pourrait se croire au bout du monde.

À l’instar de nombreuses autres personnes, la quête d’air frais et d’une échappée vivifiante pendant cette pandémie m’a conduit à Ocean Beach. Depuis toujours, je m’adonne à la recherche de trésors sur la plage. Ainsi, lors de mes promenades, je me concentre sur le sol, et non sur l’horizon. Une telle quête transforme chaque visite dans ce laboratoire vivant en une occasion unique de vivre une aventure familiale adaptée à tous les âges.

Les dollars de sable se trouvent sur toute la côte des États-Unis mais les plages de San Francisco offrent l’occasion de plonger dans l’histoire fascinante de cette étrange créature.

Cette illustration de clypéastéroïdes et de spatangoïdes met en lumière la diversité des échinodermes, un embranchement d’animaux marins. Le type de dollar de sable qui s’échoue sur Ocean Beach peut vivre jusqu’à 15 ou 20 ans. Leur taille peut varier de celle du diamètre d’une pièce de 50 centimes lorsqu’ils sont jeunes à celui d’une balle de baseball lorsqu’ils atteignent leur maturité.

Photographie de /

 

DES ESPÈCES INSOLITES

Les dollars de sable sont des espèces étonnantes. Ils possèdent une délicatesse que les galets et le bois flotté n’ont pas. Ils sont omniprésents et pourtant, personne ne sait vraiment ce qu’ils sont.

Ils font partie des oursins, aussi appelés échinides, un groupe d’êtres vivants qui prospère dans les eaux du monde entier. Dans leur habitat naturel, sous l’eau, les dollars de sable sont tapissés de courtes épines qui ressemblent à un épais manteau violet et duveteux. Lorsqu’ils meurent, ce tissu souple se décompose. Leur corps est ensuite blanchi par le Soleil. Par conséquent, les coquillages blancs échoués sur le sable sont en réalité des squelettes de dollars de sable, que l’on appelle « tests » en termes scientifiques. Si vous en examinez un minutieusement, vous observerez une géométrie remarquable, composée de plusieurs plaques imbriquées qui constituent sa forme délicate. Ils ne possèdent pas de colonne vertébrale, puisque ce sont des invertébrés.

Rich Mooi, un expert de l’académie des sciences de Californie, explique que ce motif singulier de fleur à cinq pétales, en d’autres termes un motif pétaloïde, est commun à tous les dollars de sable. C’est ce qui permet à cet animal de respirer sous l’eau. « En réalité, ce sont des branchies. »

Les clypéastéroïdes qui s’échouent sur Ocean Beach font partie d’une espèce appelée Dendraster excentricus. Ils possèdent quelques caractéristiques qui les différencient des près de cent-cinquante autres espèces de dollars de sable présentes dans le monde entier. « Ils sont singuliers de par leur comportement et de par leur forme. Mais ils viennent de San Francisco », précise M. Mooi en riant. « Ils sont donc forcément différents. »

La plupart des dollars de sable se tapissent au fond de l’océan et se nourrissent de ce qui se trouve au-dessus d’eux. « Les grains de sable sont pleins de particules riches, des foraminifères, des nématodes ou des diatomées. Ils font passer ces grains de sable dans des sillons qui rejoignent leur bouche, presque comme un tapis roulant », explique M. Mooi.

Dendraster excentricus, en revanche, dispose de ces sillons sur son avant et son arrière. Ils se tiennent à la verticale dans le sable par centaines voire par milliers, « comme des pièces de monnaie dans de la pâte à modeler ». Ainsi, à l’heure du repas, ils doublent leurs rations. « Ils peuvent utiliser leurs deux surfaces pour attraper la nourriture directement dans les courants. » Le pétaloïde du Dendraster excentricus est irrégulier, légèrement décentré. Cette particularité lui permet d’éviter toute obstruction lorsqu’il s’enfouit dans le sable.

 

RETOUR VERS LE PASSÉ

Les tests de dollars de sable ne sont pas les seuls trésors enterrés à San Francisco. Leurs fossiles sont tout aussi répandus. Pour les repérer, il suffit de chercher des grès gris et granuleux. Par endroits, ils révèlent des traces du motif de pétales caractéristique des dollars de sable dont les tons varient du blanc cassé au brun profond. Mais alors, d’où viennent-ils ?

À environ 11 kilomètres au sud d’Ocean Beach se trouve la Merced Formation, une falaise traversée par la faille de San Andreas. « Elle est datée du Pliocène supérieur et du Pléistocène. Elle a probablement deux millions et demi d’années mais elle a été déposée en continu au cours de cette période et son épaisseur est supérieure à un mètre et demi », déclare Ashley Dineen, du musée de paléontologie de l’université de Californie  « Il me semble qu’ils ont retrouvé plus de cinquante espèces différentes [là-bas]. Dans certaines [zones], on retrouve des échinodermes en grande quantité. »

C’est de là que proviennent les fossiles d’Ocean Beach, préservés, puis exposés et enfin relâchés dans les courants du Pacifique. En réalité, il ne s’agit pas de Dendraster excentricus mais d’un lointain cousin, le Scutellasterinter Lineata, un autre dollar des sables plutôt insolite, éteint depuis deux millions d’années.

(À lire : Le plus petit crâne de dinosaure jamais observé découvert figé dans l’ambre.)

Pour atteindre la Merced Formation depuis Ocean Beach, il faudra passer par Fort Funston et sortir au Mussel Rock Park à Pacifica, une magnifique randonnée qui vous prendra une journée. Attention toutefois à bien vérifier les horaires de la marée et de partir d’un point bas. À mesure que la foule disparaît et que la civilisation s’éloigne, les dunes se transforment en une falaise abrupte qui semble s’élever en continu, révélant des strates fossilifères. Le sable que vous foulez s’épaissit, composé d’une myriade de minuscules fossiles et spécimens à admirer.

Une jeune chasseuse de trésors marins s’amuse dans le sable d’Ocean Beach. Les Dendraster excentricuscan sont présents de Baja en Californie jusqu’en Alaska. Il s’agit du seul clypéastéroïde qui vit actuellement à Ocean Beach.

Photographie de Ida Pap, Alamy

Les dollars de sable sont extrêmement nombreux dans cette région, « des millions » selon Rich Mooi. Le volume de tests échoués sur la plage n’est donc généralement pas inquiétant. Attention toutefois, ils ne doivent pas être pris en souvenirs. Ocean Beach est protégée par la Golden Gate National Recreation Area. La seule chose que vous devez rapportez de cette plage, ce sont vos déchets. 

(À lire : Souvenirs de vacances : ce qu’il ne vaut mieux pas rapporter.)

Pour observer des Dendraster excentricus vivants de près, rendez-vous à l’académie des sciences de Californie, un incroyable musée au sein du parc du Golden Gate de San Francisco qui abrite également un aquarium et un planétarium.

Trouver et tenir entre ses mains ces représentations physiques du temps profond est une expérience apaisante, notamment dans des lieux comme San Francisco, où tout va très vite. Pourtant, ils ne sont que l’une des merveilles que Ocean Beach a à offrir.

Chaque élément qui émerge des profondeurs offre un aperçu d’un écosystème animé et en pleine évolution. Il peut s’agir des carapaces du crabe de Dungeness, voire parfois du crabe en lui-même, des algues tout emmêlées dans des nuances de vert et de brun étincelantes, des méduses translucides de la taille d’un frisbee ou encore des squelettes et des fossiles des dollars de sable. Allez-y avec l’esprit embué et vous reviendrez avec les idées claires. Cette expérience pourrait bien vous inspirer pour votre propre voyage de découverte.

 

Basée à San Francisco, Jordan Kushins est une écrivaine, illustratrice et créatrice. Actuellement, elle est probablement à la recherche de trésors à Ocean Beach.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.