Animaux

Comment aller à la rencontre des animaux sans les malmener ?

Quelques conseils pour vivre des expériences éthiques lors de vos rendez-vous sauvages. Lundi, 3 juin

De Natasha Daly

Les voyageurs aiment les animaux. Les approcher et les étudier nous a toujours fascinés. Toutefois, les touristes ne réalisent pas que pour rester en lice, ces balades à dos d'éléphant, ces séances photos avec les tigres et toutes ces autres rencontres avec la faune reposent sur la mise au travail de créatures sauvages.

La distinction entre les expériences fauniques éthiques et celles qui posent problème est l'un des sujets complexes que s'est engagé à traiter National Geographic dans son magazine à travers le reportage « Suffering unseen: The dark truth behind wildlife tourism. » Pour les visiteurs de structures telles que les zoos ou les parcs nationaux, il peut s'avérer particulièrement difficile de déterminer où observer les animaux avec humanité. Afin d'évaluer la qualité du traitement des animaux retenus en captivité, vous pouvez vous référer aux « cinq libertés » fondées sur un rapport rédigé en 1965 au Royaume-Uni. Quant à votre prochaine aventure animale, suivez ces conseils avisés :

 

FAITES VOS RECHERCHES

Cherchez les structures où les animaux semblent bien nourris et ont accès en permanence à de l'eau propre. Une bonne note sur TripAdvisor ne garantit pas un traitement humain. Attardez-vous sur les commentaires à une ou deux étoiles qui font souvent état de préoccupations vis-à-vis du bien-être des animaux.

 

SCRUTEZ L'ENVIRONNEMENT

Vérifiez que les animaux évoluent dans un environnement approprié : présence d'un abri, suffisamment d'espace, une zone de repos confortable et l'accès à un emplacement éloigné de la foule. Soyez prudents face aux termes à la mode comme « reversé à la conservation, » « sanctuaire, » et « refuge. » Posez-vous des questions si une infrastructure vous fait toutes ces promesses tout en offrant à de nombreux touristes une interaction forte avec les animaux.

 

SOYEZ ATTENTIFS AUX SIGNES AVANT-COUREURS

Fuyez les infrastructures où les animaux sont visiblement maltraités ou forcés à participer à des activités qui pourraient les blesser ou leur faire du mal, de même que celles où l'enclos des animaux est sale. Être enchaîné, se donner en spectacle et interagir avec les touristes (promenades, séances photos, être lavé par un spectateur) ne sont pas des comportements normaux pour un animal sauvage, même lorsqu'il a été élevé en captivité.

 

 

SOYEZ DISCRETS

Ayez conscience qu'une foule dense et des bruits non naturels provoquent du stress chez les animaux, plus particulièrement chez ceux qui ont subi un dressage basé sur la crainte, qui ont été privés de leur mère dès leur naissance ou qui ont été victimes d'autres traumatismes.

 

CHOISISSEZ LA NATURE

Préférez les expériences qui proposent d'observer les animaux se livrant à des activités naturelles dans leur environnement naturel.

L'industrie mondiale du tourisme faunique est basée sur l'entrepreneuriat. Des actions individuelles peuvent faire une différence collective en montrant au marché que la clientèle est attachée à des pratiques éthiques lors des rencontres avec la faune. Lorsque les voyageurs auront montré qu'ils souhaitent un traitement humain des animaux, le marché du tourisme de faune n'aura d'autre choix que de s'améliorer sur ce point.

 

Wildlife Watch est un projet d'articles d'investigation commun à la National Geographic Society et à National Geographic Partners. Ce projet s'intéresse à l'exploitation et à la criminalité liées aux espèces sauvages. Retrouvez d'autres articles de Wildlife Watch à cette adresse et découvrez les missions à but non lucratif de la National Geographic Society ici. N'hésitez pas à nous envoyer vos conseils et vos idées d'articles et à nous faire part de vos impressions à l'adresse ngwildlife@natgeo.com.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.