Espèces menacées : ce que nous pouvons tous faire pour les sauver

Économies d'eau et consommation responsable : nos conseils pour participer à sauver les espèces les plus menacées.

Thursday, April 23, 2020,
De Amy McKeever
Anguille d'Europe

D'après certaines estimations, les populations d'anguilles d'Europe atteindraient aujourd'hui moins d'un pour cent de leurs niveaux historiques. Cet animal figure désormais sur la liste des espèces en danger critique d'extinction dressée par l'Union internationale pour la conservation de la nature.

Photographie de Joel Sartore, National Geographic Photo Ark

Des monarques migrateurs aux pinchés à crête blanche des forêts colombiennes en passant par les éléphants des savanes africaines, partout sur la planète les animaux sont en danger. Pour ceux qui figurent dans la galerie ci-dessus, des menaces comme le changement climatique, l'aménagement du territoire et la pollution sont en train de détruire leur habitat naturel tout en les empêchant de trouver de la nourriture ou des partenaires, quand ce ne sont pas les braconniers ou les prédateurs qui mettent leur vie en péril.

Pourtant, l'espoir demeure et chacun peut y contribuer. Même si les menaces qui pèsent sur ces animaux sont sérieuses et nécessitent une coordination internationale, des actes aussi simples que cultiver un jardin ou acheter du café d'ombre peuvent déjà faire une différence.

 

Note de la rédaction : les 50 espèces vulnérables apparaissant dans cette galerie font partie du National Geographic Photo Ark, un projet fondé par le photographe Joel Sartore qui chercher à photographier chaque espèce vivante de la planète. En ce jour de la Terre, découvrez les menaces auxquelles ces animaux sont confrontés ainsi que les efforts de conservation visant à leur éviter l'extinction ici.
 

ÉCONOMISER L'EAU

L'appauvrissement des réserves d'eau douce de la planète est une menace considérable pour les animaux à travers le monde. En Asie de l'Est, l'évolution des précipitations liée au changement climatique et la construction de barrages rétrécissent les habitats de zones humides des grues du Japon. En Afrique subsaharienne, la sécheresse oblige les éléphants d'Afrique à parcourir des distances toujours plus grandes pour s'abreuver, ce qui explique en partie l'impressionnant déclin de leur population. Aux États-Unis, les grizzlis ont beaucoup de mal à trouver suffisamment de nourriture en période de sécheresse.

Faire des économies d'eau chez soi est une façon d'aider à atténuer ces effets. En moyenne, les Français utilisent, chaque jour, 150 l d'eau par personne, donc même les petites économies peuvent aboutir à un volume conséquent. Ne pas laisser couler l'eau en se brossant les dents peut éviter le gaspillage de près de 30 l d'eau par jour et l'utilisation d'un lave-vaisselle permet d'économiser jusqu'à 50 l d'eau par rapport au lavage à la main.

Face aux multinationales et au secteur agricole, la consommation d'eau domestique paraît ridicule, vous pourrez donc lutter contre le gaspillage à une échelle encore plus grande en les incitant à réduire leur empreinte eau titanesque. Par exemple, plutôt que d'acheter des jeans teints à l'eau, considérez l'offre de jeans fabriqués de manière durable grâce à des technologies faisant intervenir l'air et la lumière. Une autre façon d'aider est de réduire sa consommation de bœuf, la production d'un steak de 200 g nécessite des centaines de litres d'eau. Vous pouvez calculer votre propre empreinte eau sur ce site afin de réfléchir à d'autres stratégies visant à réduire votre consommation.

 

FAIRE DE VOTRE JARDIN UN NOUVEL HABITAT

Les monarques sont les papillons les plus reconnaissables au monde. Malheureusement, leur population est en déclin depuis des dizaines d'années en raison de la disparition des asclépiades, la seule plante sur laquelle ces papillons nord-américains déposent leurs œufs et l'unique aliment dont veulent bien se nourrir leurs chenilles. Autrefois, ces fleurs poussaient en abondance dans les zones agricoles mais leur nombre a chuté avec l'intensification du recours aux pesticides, l'expansion immobilière, d'autres types d'aménagements urbains et les événements météorologiques extrêmes induits par le changement climatique.

Là encore, tout espoir n'est pas perdu, quiconque dispose d'un espace vert peut aider à compenser la perte d'habitat des papillons. Les écologistes encouragent les citoyens à faire pousser des asclépiades dans leurs jardins ou sur leurs balconnières. Pour cela, consultez d'abord cette page Web pour trouver la graine la mieux adaptée à votre région. Par ailleurs, les scientifiques qui œuvrent à la mise au point de stratégies de conservation pour les papillons ont eux aussi besoin de votre aide, bénévole, pour compter et suivre les monarques : ce sont les sciences participatives.

 

UTILISER MOINS DE PAPIER

Avec la disparition des forêts à travers le monde, c'est également l'habitat de nombreux animaux qui s'estompe. Les gibbons à favoris blancs sont au bord de l'extinction à l'état sauvage à cause des vastes parcelles de forêts sempervirentes déboisées par les bûcherons pour la production de bois et de produits dérivés comme le papier. En Amazonie, les pinchés à crête blanche connaissent une situation similaire. Non seulement la déforestation réduit le couvert forestier qui protège ces primates des prédateurs mais en plus elle complique leur accès à la nourriture.

Nous pouvons tous participer au ralentissement de la déforestation en utilisant simplement moins de papier et en achetant uniquement du papier à haute teneur en fibres recyclées, ce qui entraînera une diminution de la demande en bois vierge. Pensez à utiliser des serviettes en tissu plutôt qu'en papier et passez au tout électronique pour vos formalités administratives. Si vous avez réellement besoin de papier, choisissez les produits certifiés durables par des organisations comme le Forest Stewardship Council (FSC).

 

AU DIABLE LE PLASTIQUE

Préférer les produits réutilisables au plastique à usage unique permet non seulement d'aider les espèces arboricoles mais aussi les animaux marins. Des études ont montré que les déchets plastiques se déversaient dans les océans au rythme infernal de 8,5 millions de tonnes par an, tuant ou blessant de nombreuses espèces sur leur passage. Ainsi, les tortues imbriquées ont vu leur nombre chuter à cause des résidus de plastique qu'elles ingèrent ou qui les entravent.

Ces environnements marins auraient bien besoin de notre aide pour les protéger. Alors que sacs et tasses à café réutilisables sont aujourd'hui devenus la norme, les inventeurs en première ligne du combat contre les déchets plastiques ne cessent de relever le niveau en concevant par exemple des systèmes de livraison révolutionnaires, des bacs à glace en inox consignés aux distributeurs d'aliments et de produits d'entretien dans vos contenants réutilisables.

 

UNE NOUVELLE VIE POUR L'ÉLECTRONIQUE

De nombreuses espèces dépendent des forêts du bassin du Congo pour trouver de la nourriture et se protéger. Les chimpanzés dorment et mangent dans les arbres ; leur écorce et leur pulpe nourrissent les gorilles des plaines de l'Ouest ; et les okapis mettent à profit la végétation dense pour fuir les prédateurs et les braconniers. Cependant, les exploitations minières détruisent ces forêts pour extraire des minerais comme le coltan utilisé dans la fabrication de composants électroniques des téléphones et des ordinateurs.

Inutile de renoncer totalement à vos appareils pour aider à protéger ces animaux, assurez-vous simplement de les recycler via une société responsable lorsqu'ils arrivent en fin de vie. Ces recycleurs les dépouilleront du coltan, de l'or, de l'étain et du tungstène qui les composent afin de les réutiliser dans de nouveaux équipements, réduisant au passage la demande de nouvelle extraction minière.

 

UNE CONSOMMATION RESPONSABLE

S'intéresser aux étiquettes lorsque vous arpentez les allées de votre commerce préféré peut faire la différence pour bon nombre d'espèces et d'habitats. Ainsi, en évitant les produits composés d'huile de palme, vous contribuez à la protection des tigres de Sumatra dont les habitats de forêts pluviales ont rétréci de près de 20 % suite à l'expansion des plantations de palmiers à huile en Indonésie. Rappelons que l'huile de palme possède différents sobriquets et apparaît dans une variété de produits alimentaires et ménagers, des pâtes à pizza au rouge à lèvres.

En plus de préserver la canopée forestière sous laquelle poussent les caféiers, l'achat de café d'ombre permet de protéger l'habitat du tamanoir, le mammifère le plus menacé d'Amérique Centrale, et de multiples espèces d'oiseaux.

RARE - Joel Sartore raconte la genèse du projet

Même le type d'alcool que vous choisissez peut aider à sauver un animal. Les chauves-souris de l'espèce Leptonycteris yerbabuenae assurent la pollinisation des plants d'agave bleu à travers les écosystèmes désertiques du Mexique et du sud-ouest des États-Unis. Elles sont aujourd'hui menacées par les producteurs de tequila qui sectionnent les délicieuses fleurs de ces plantes avant même qu'elles n'aient été pollinisées dans le but d'augmenter leur teneur en sucre. Afin de soutenir les producteurs qui laissent le temps à leur agave bleu de fleurir, vous pouvez désormais porter votre choix sur les tequilas respectueuses des chauves-souris, un label créé par l'écologiste et explorateur marin National Geographic, Rodrigo Medellín.

Aujourd'hui, les efforts de conservation ont sauvé ces chauves-souris qui étaient au bord de l'extinction. Leur population est passée d'environ un millier de spécimens à la fin des années 1980 à plus de 200 000 aujourd'hui.

Bien entendu, la tequila n'était qu'une initiative parmi d'autres à l'origine de cette résurgence. Mais chaque geste compte, alors pourquoi se priver des plus savoureux ?

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite