Tiger King : Doc Antle accusé de trafic d'espèces sauvages

C'est la dernière star en date de la série « Tiger King » à faire l'objet de poursuites judiciaires. Pas moins de 15 chefs d'accusation ont été retenus contre le propriétaire du Myrtle Beach Safari, dont celui de cruauté envers les animaux.

Publication 13 oct. 2020 à 17:20 CEST, Mise à jour 8 janv. 2021 à 10:46 CET
Bhagavan Antle, dit « Doc », prend la pose avec les tigres de son parc zoologique Myrtle Beach ...

Bhagavan Antle, dit « Doc », prend la pose avec les tigres de son parc zoologique Myrtle Beach Safari en 2018. Il est accusé de trafic d'espèces sauvages et de cruauté envers les animaux dans une affaire impliquant des lions.

Photographie de Steve Winter, National Geographic

Le propriétaire d'un zoo privé populaire de Caroline du Sud qui apparaissait dans la série documentaire Tiger King (Au royaume des fauves en français) a été accusé en Virginie de 15 chefs d'inculpation parmi lesquels trafic d'espèces sauvages et cruauté envers les animaux liée à son activité avec les lions.

Bhagavan Antle, dit « Doc », propriétaire du parc Myrtle Beach Safari, était la figure de proue d'une attraction qui proposait à ses visiteurs de caresser des tigreaux bien avant que Joseph Maldonado-Passage, alias Joe Exotic, n'accède à la célébrité plus tôt cette année à travers son rôle dans la série documentaire haute en couleur Tiger King diffusée sur Netflix. L'établissement que dirige Doc Antle depuis 37 ans avec l'aide de ses trois petites amies et de ses enfants s'est longtemps attiré les faveurs des célébrités en quête de contact avec les bébés tigres. Les comptes Tik Tok et Instagram du propriétaire et de ses enfants comptent plusieurs millions d'abonnés.

Le 8 octobre, le bureau du procureur général de l'état de Virginie a incriminé Bhagavan Antle pour un délit pénal de trafic d'espèces sauvages, un délit pénal de conspiration en vue de s'adonner au trafic d'espèces sauvages, quatre délits mineurs de conspiration en vue de violer l'Endangered Species Act et neuf délits mineurs liés à la cruauté envers les animaux.

Ces accusations sont le fruit de plusieurs mois d'enquête sur la vente et le transport illégaux de lions entre Bhagavan Antle et Keith Wilson, propriétaire du Wilson’s Wild Animal Park de Winchester, en Virginie. Les chefs d'accusation retenus contre Wilson sont les mêmes que ceux retenus contre Bhagavan Antle, auxquels s'ajoutent quatre accusations de conspiration. Wilson devait déjà répondre de 46 chefs d'accusation de cruauté envers les animaux suite à une descente de police survenue en novembre 2019 qui avait abouti à la confiscation par les autorités de 119 de ses animaux.

Il est illégal de vendre des lions d'un État à l'autre, car l'espèce est protégée dans le cadre de l'Endangered Species Act, la loi américaine sur les espèces menacées.

Deux filles de Bhagavan Antle ont également été incriminées pour délits mineurs de cruauté envers les animaux et pour avoir violé l'Endangered Species Act. Les demandes de commentaires adressées à Doc Antle et Wilson sont restées sans réponse.

Parallèlement, la star de la série Tiger King, Joe Exotic, purge actuellement une peine de 22 ans d'emprisonnement pour conspiration en vue de commettre un meurtre et pour avoir tué des tigres. D'autres propriétaires de zoos privés qui apparaissent également dans la série font eux aussi l'objet de poursuites judiciaires : Jeff Lowe a perdu son accréditation lui permettant de présenter ses animaux au public, Tim Stark a été reconnu coupable de cruauté envers les animaux et de violation de l'Endangered Species Act ; il a été arrêté le 8 octobre pour avoir supposément tenté de dissimuler des animaux aux autorités fédérales après plusieurs semaines de fuite.

Tiger King avait fait sensation lors de sa sortie dans les premiers jours du confinement, courant mars, mais d'après ses détracteurs, la série donnerait une fausse image de la réalité des « roadside zoos », ces petits zoos privés qui foisonnent aux États-Unis, dont la plupart accélèrent la reproduction des tigres afin d'offrir en permanence à leurs visiteurs la possibilité de câliner les tigreaux et manquent bien souvent de procurer à ces animaux la nourriture, les enclos et les soins vétérinaires dont ils ont besoin.

Antle pose aux côtés de ses tigres avec son personnel. De gauche à droite, Kody Antle, Moksha Bybee et China York dans un bassin du Myrtle Beach Safari en 2018. La famille Antle diffuse régulièrement des vidéos dans lesquelles on les voit nager avec des tigres et jouer avec des bébés chimpanzés sur Instagram et Tik Tok, où leurs abonnés se comptent par millions.

Photographie de Steve Winter, National Geographic

« Cela confirme bien tout ce que nous avons vu dans Tiger King, » déclare Dan Ashe, PDG de l'Association des zoos et aquariums des États-Unis, qui délivre des accréditations à plus de 200 parcs zoologiques chaque année à travers le pays, mais jamais aux établissements qui proposent de caresser des tigreaux comme celui de Doc Antle. « Ce qui semblait être une horrible exploitation dans la série est effectivement cela. Un par un, nous avons vu les stars de Tiger King (Tim Stark, Jeff Lowe et à présent Doc Antle) être accusées de maltraitance envers les animaux. » Ashe est également l'ex-directeur du Fish and Wildlife Service des États-Unis, l'agence gouvernementale chargée de faire respecter les lois sur le commerce d'espèces sauvages.

Dans les vidéos postées par Doc Antle sur les réseaux sociaux, on le découvre en compagnie de sa famille en train de nager avec des tigres et de jouer avec des chimpanzés, un contraste saisissant avec les charges retenues contre lui, trois desquelles l'accusent d'avoir délibérément fait preuve de cruauté envers des lionceaux en juillet et août 2019 ayant entraîné une « torture ou des souffrances inutiles ».

L'affaire a été suivie par l'Animal Law Unit du procureur général de l'État de Virginie, la toute première cellule du genre dédiée aux enquêtes sur le bien-être et les maltraitances animales aux États-Unis. À ce jour, toutes formations, poursuites et consultations confondues, cette unité a traité 1 714 affaires impliquant des animaux. « Lorsque j'ai créé l'Animal Law Unit en 2015, je ne pouvais pas imaginer les résultats que l'équipe obtiendrait, » a indiqué par e-mail à National Geographic le Procureur général de l'État de Virginie, Mark Herring.

« C'est l'exemple parfait de ce que devraient faire les autorités pour protéger les animaux, » déclare Delcianna Winders, directrice de l'Animal Law Litigation Clinic de la Lewis & Clark Law School de Portland dans l'Oregon. Elle attire par ailleurs notre attention sur les rapports d'inspection favorables délivrés par le département de l'Agriculture des États-Unis, l'agence fédérale chargée de faire respecter l'Animal Welfare Act, au Myrtle Beach Safari de Bhagavan Antle le mois précédant et le mois suivant la descente des autorités étatiques de décembre 2019 dans le cadre de l'enquête visant à obtenir les preuves ayant servi à la mise en accusation du propriétaire.

Il est rare de voir un État enquêter et donner suite aux affaires de trafic d'animaux, ajoute-t-elle, et encore plus rare de les voir poursuivre ces affaires en dehors de l'État en question, comme l'ont fait les autorités de virginiennes en liant les activités de Wilson en Virginie à celles de Doc Antle en Caroline du Sud.

Cependant, la compétence du tribunal de Virginie se limite aux activités menées sur son territoire. Il revient donc aux autorités de Caroline du Sud de mener l'enquête sur les opérations du Myrtle Beach Safari de Doc Antle et aux autorités fédérales de prendre le relais en ce qui concerne les violations de l'Animal Welfare Act et des lois fédérales sur le commerce des espèces sauvages.

Par ailleurs, Antle dirige la fondation Rare Species Fund dont l'objectif est de lever des fonds pour la conservation de tigres sauvages. Il a récemment révélé son intention d'apparaître dans une nouvelle émission de télé-réalité avec l'objectif de changer la façon dont le public le perçoit. Il a également confié au magazine People qu'il existait « une fausse idée selon laquelle les tigres en Amérique avaient désespérément besoin d'aide alors que ce sont les tigres sauvages qui ont réellement besoin d'être sauvés. » (À lire : La folie américaine des tigres.)

Pour Ashe, les enquêtes sur ce type de zoos sont cruciales.

« S'ils existent, c'est grâce à leurs visiteurs, » indique-t-il, rappelant qu'il existe aux États-Unis une multitude de zoos accrédités ouverts aux touristes souhaitant voir des animaux. Pour reprendre le slogan qu'il utilisait au Fish and Wildlife Service alors qu'il tentait d'empêcher les voyageurs d'acheter des souvenirs issus d'animaux victimes du trafic : « Be informed, buy informed » « Informez-vous, achetez en conscience ».

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite