Le requin grande-gueule, un monstre venu du fin fond de l’océan

Le requin grande-gueule porte bien son nom : il possède une tête disproportionnée, pouvant représenter la moitié de son corps. Portrait d’un requin rarissime, dernier du genre Megachasma.

Publication 4 nov. 2020 à 12:10 CET, Mise à jour 5 nov. 2020 à 06:29 CET
L’apparence du requin grande-gueule peut effrayer. La taille de sa tête bulbeuse affiche des dimensions disproportionnées ; ...

L’apparence du requin grande-gueule peut effrayer. La taille de sa tête bulbeuse affiche des dimensions disproportionnées ; elle peut représenter jusqu’à la moitié de son corps, ce dernier atteignant en moyenne 5,20 mètres.

Photographie de National Geographic

Le requin grande gueule (Megachasma pelagios) fait partie de ces espèces singulières et mystérieuses qu’on ne croise que très rarement. Depuis sa découverte et par la même occasion sa première capture le 15 novembre 1976 au large des côtes hawaïennes, seuls 226 individus ont été recensés ou observés.

L’apparence du requin grande-gueule peut effrayer. La taille de sa tête bulbeuse a des dimensions disproportionnées ; elle peut représenter jusqu’à la moitié de son corps, ce dernier atteignant en moyenne 5,20 mètres. Sa gueule, affublée de nombreuses petites dents, peut atteindre 1 mètre de long. Malgré cette mâchoire impressionnante, Megachasma pelagios ne se nourrit que de planctons et de méduses, capturés et filtrés en nageant lentement, la gueule béante, à la manière du requin pèlerin ou du requin-baleine.

Sa cavité buccale est ornée de lèvres recouvertes de marbrures argentées qui, selon les scientifiques, abriteraient des micro-organismes bioluminescents qui appâtent le plancton.

S’il est si difficile à observer, c’est parce que le dernier représentant vivant du genre Megachasma et seul membre de la famille des Megachamidae n’est pas un adepte de la lumière. Il vit à un rythme de migration dite verticale, oscillant entre 300 et 1 100 mètres de profondeur la journée avant de remonter entre 0 et 500 mètres une fois la nuit tombée.

Le requin grande-gueule fréquente les eaux circumpolaires tropicales de notre planète, le long du plateau continental, avec quelques rares spécimens observés au large d’Hawaï, du Mexique, de l’Australie, d’Indonésie ou encore du Japon.

En raison du peu de spécimens observés à ce jour, on dispose de très peu d’informations à son sujet et les scientifiques ignorent encore aujourd’hui le comportement sexuel de ce requin. On sait cependant que le requin grande-gueule est, à l’instar du requin frangé, ovovivipare ; les juvéniles se développent dans des œufs et éclosent dans le ventre de leur mère, qui donne donc naissance à des requineaux déjà bien formés.

Rare : Un requin grande-gueule filmé au large de l'Indonésie

Sa rareté ne permettant pas de recenser la population de Megachasma pelagios, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ne dispose pas d’assez de données afin d’évaluer le risque d’extinction de l’espèce. Le requin grande-gueule est donc classé parmi les espèces en préoccupation mineure sur la liste rouge de l’UICN. Mais cela pourrait rapidement changer. Depuis quelques mois, l’ONG taïwanaise EAST accuse des pêcheurs de cibler spécifiquement des requins grande-gueule, ces derniers étant prisés pour leur chair au Brésil et ne bénéficiant aujourd’hui d’aucune mesure de conservation. Huit spécimens ont été capturés en 2020.

La singularité du requin grande-gueule n’est plus à démontrer et lui a valu dans les années 1970, peu de temps après sa première observation, d’être présenté comme la découverte en ichtyologie la plus sensationnelle du 20e siècle, avec le cœlacanthe.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.